RSS

Un clin d’œil appuyé à Federico Fellini Par : Abdelhakim Meziani

31 août 2012

Abdelhakim Meziani

Samedi, 25 Août 2012 09:50

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI

Parmi les fidèles lecteurs de votre chronique du samedi, il est un ami particulièrement exigeant, vis-à-vis des autres comme de lui-même. Il se manifeste sempiternellement par des coups de gueule à tout le moins rédempteurs surtout lorsqu’ils sont en relation étroite avec les dissonances et les dysfonctionnements à l’honneur dans une société qui semble, tel un merlan en colère, se chercher encore. Esprit critique s’il en est, porté le plus souvent par une générosité à toute épreuve, Mounir, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a horreur des euphémismes et des sentiers tortueux. Ayant une prédilection pour la confrontation saine des idées autant que porté par une somptueuse culture cinématographique, il a été le seul lecteur à avoir fait le lien entre le titre de ma chronique de la semaine dernière et la filmographie du cinéaste italien Federico Fellini. A juste titre d’ailleurs, surtout qu’entre les Nuits de Cabiria et celles de la Casbah, tous les chemins mènent à Roma. Toutefois, Mounir ne voyait pas le rapport induit par le choix du titre, retenu du reste par la Fondation Casbah pour ses soirées ramadanesques, et Cabiria dont la pratique du plus vieux métier du monde n’avait rien à voir avec le statut civilisationnel et historique de l’emblématique médina. La réponse à un tel questionnement est donnée par l’actrice Giulietta Masina qui, en insufflant une dimension humaine au personnage de Cabiria, en a fait une femme particulièrement propre dans un monde dégueulasse et amnésique à souhait, prisonnier d’une déchirante rupture avec cet élan secret, de caractère mystique, qui nous pousse tous à la reconquête d’une pureté perdue, dans un monde qui tente sans cesse de nous étouffer sous une marée de morales conventionnelles et de discours démagogiques. Un monde où la restauration de la dignité humaine et la réappropriation de pans importants de la mémoire collective ne semblent pas constituer des préoccupations cardinales aux yeux de quelques commis de l’idéologie dominante. Fellini passe sans effort et sans transition de la nostalgie à la satire, de la truculence au lyrisme ou à l’insolite. Ce qui n’est pas sans rappeler au cinéphile que je suis son film Huit et demi sans oublier Mohamed Zinet et son merveilleux Tahia Ya Didou où la Casbah adulée, embrassée, mordue, exploitée sans vergogne et rejetée parvient toujours à renouer avec l’espoir. Tout comme Cabiria d’ailleurs qui arrive toujours à rénaître de ses cendres. A l’aube, tandis qu’elle regagne dans un total état d’hébétude et de désarroi la route de Rome, elle rencontre, à l’orée d’un bois, un groupe de jeunes qui, jouant de la musique, l’entourent et la saluent. A travers ses larmes, naît un sourire. Pour le citadin que je suis, la Casbah est à l’image de Roma « la ville éternelle » indestructible, chargée d’Histoire et de gloire. Pour celui qui ne la connaît pas, elle ne serait qu’apocalypse, désolation. Comme l’écrit Gilles Deleuze dans l’image-temps « épouser même la décadence qui fait qu’on aime seulement en rêve ou en souvenir, sympathiser avec ces amours-là, être complice de la décadence et même la précipiter, pour sauver quelque chose, peut-être autant qu’il est possible ».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...