RSS

Les folles nuits de La Casbah Par : Abdelhakim Meziani

31 août 2012

Abdelhakim Meziani

Samedi, 18 Août 2012 09:50

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI

Le titre de la présente chronique peut donner lieu à des interprétations mues par quelques hasardeux raccourcis. Mais il est bien loin des turpitudes prêtées à l’époque à une bourgeoisie d’État en panne d’imagination sociale et/ou culturelle. À La Casbah d’Alger, en ce mois d’abstinence que d’aucuns auraient voulu inhibiteur, nous avons eu droit effectivement aux plus folles nuits d’Alger. Saines celles-ci, en ce qu’elles ont été la manifestation tangible des aspirations d’une société civile conquérante. 
Une société civile symbolisée par la Fondation de l’emblématique médina et l’Association des amis de La Casbah qui auront éclairé de mille feux  une cité qui ne veut pas mourir. Femmes et hommes originaires des différentes régions du pays se sont donnés rendez-vous à Bab J’did pour témoigner à l’unisson des voix leur solidarité à une population de La Casbah privée de toute activité artistique et culturelle. Une population consciente qu’elle est de son statut bien que plongée dans la nuit opaque des ténèbres quand elle n’est pas maillée par les intégristes de tous bords, les commerçants de la poudre de l’initelligence.
De grands moments d’émotion et de retrouvailles, en effet, où jeunes et moins jeunes, moudjahidate et condamnés à mort, ont donné aux invités américains et espagnols présents une image rédemptrice et conquérante d’une médina qui ne veut pas abdiquer. Avec de somptueux pas de danse, Djamila Bouhired, l’icône de la Révolution nationale, en est le meilleur symbole.
Elle qui semble donner la nette impression de vouloir en découdre avec  le tragique repli sur soi pour offrir un exemple édifiant de ce que sera désormais demain. De grands moments rendus possibles grâce au soutien indéfectible de deux solides représentants du capital national, Isaâd Rebrab et Azouaou Mehmel, P-DG respectivement des groupes Cevital et Algérie Télécom.
De quoi conforter celle qui avait du mal à contenir ses larmes, je voudrais parler de mon amie Fatima-Zohra Karadja dont les capacités ne semblent pas avoir été émoussées par l’érosion des temps incertains imposés par quelques appareils idéologiques d’État. Loin s’en faut ! Témoin ce magnifique projet de construction d’une maison pour l’enfance abandonnée qu’elle porte avec Houria Bouhired et le soutien du Groupe Cevital dont le P-DG a été honoré.
Dans une salle où trônent les œuvres picturales de Abderrahmane Naceur parti enveloppé dans le linceul de l’indifférence des clercs alors qu’il a été l’initiateur des maisons d’enfants des frontières et de chouhada. Tout au long des soirées musicales organisées par la Fondation Casbah dans plusieurs quartiers de la médina, Belkacem Babaci ne tarissait pas d’éloges  au profit du Groupe Algérie Télécom qui n’aura ménagé aucun effort pour que Les Nuits de La Casbah soient une réussite totale. Comment ne pouvaient-elles pas l’être, ces soirées irriguées qu’elles étaient par des concerts de musique citadine que la population de La Casbah fit jadis progresser jusqu’au firmament ?
Sans oublier ces magnifiques poèmes à la gloire des effets magiques des demeures, des coutumes et d’ une qualité de vie insoupçonnable transportée le plus souvent par les merveilleuses senteurs du jasmin et du basilic, le chant sublime du chardonnet.


A. M.
zianide2@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...