RSS

Prenez les voyous et rendez-nous notre papier par Moncef Wafi

30 août 2012

Moncef Wafi

 

Lu çà et là dans la rubrique faits divers : des combats de rue, de véritables batailles de tranchées urbaines secouent des quartiers populaires de la capitale et des villes de l’intérieur du pays. Des bandes rivales se battent pour le contrôle de territoires ou pour régler leurs comptes à quelques bâtiments du QG de la République. Résultat : des morts d’innocents, des blessés et une psychose en supplément. Comme si les Algériens avaient besoin de la menace permanente d’une bande de criminels, à peine sortis de l’adolescence. L’absence de l’Etat dans ces pires moments prend en otage toute une population livrée à elle-même, incapable de se défendre face à la vague de violence qui habite ces énergumènes, véritables guerriers de la lâcheté. Frappant en meute et en traitre, ils font la loi en absence de la loi. Ils colonisent des cités entières lorsque la police de la République pointe ses matraques en direction de poitrines revendicatrices de pain et de liberté. Vol, agression, racket sont leur menu quotidien et épées artisanales, bombes lacrymogènes, couteaux à cran d’arrêt et pistolet d’alarme, leur rosaire de chevet. Ils sont devenus maîtres de l’espace laissé en friche par l’Etat qui préfère voir ailleurs jusqu’à ce qu’un gamin se fasse tuer en allant faire les provisions familiales. On se rappelle alors de ces zones « dortoirs » qu’on ne visite qu’une fois la contestation sociale risque de déborder en dehors de ces cités insalubres. On fait la chasse aux voyous et l’uniforme bleu devient plus ostentatoire empêchant la justice collective de frapper. Mais dans tout ce magma putride, ces joueurs de couteau, ces petites frappes ne sortent pas de nulle part. Ils sont le fruit de la grâce qui, chaque année, ouvre les portes des prisons pour remettre en liberté une petite délinquance qui ne fait que prendre du grade. A chaque date anniversaire, la République décide d’aérer ses geôles en libérant des numéros d’écrou récidivistes qui, une fois dehors, se remettent au boulot en gang ou en solo. Si la police arrête, la justice libère. Si la justice condamne, le président gracie. Voilà toute l’histoire de la chaîne criminelle aujourd’hui en Algérie. Pour ceux qui s’offusquent des conditions carcérales, pour les âmes sensibles qui s’émeuvent de la qualité de la nourriture ou du m² de la cellule, il faut savoir qu’ailleurs, dans la capitale de la démocratie occidentale, aux States, les prisonniers sont enchaînés et envoyés dans des camps de travail. Alors que chez nous, et depuis qu’on a arrêté les cargaisons de petits truands acheminées vers le sud pour faire connaissance avec l’alfa, l’Algérie produit plus de voyous que de papier de qualité.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...