RSS

Non, le Congrès de la Soummam n’est plus un exemple par Kouidri Saadeddine

30 août 2012

Contributions

 

On peut constater qu’au Conseil National de la Révolution Algérienne issu du Congrès de la Soummam tenu le 20 août 1956 à Ifri, il n’y a pas un seul membre d’une autre communauté que musulmane.

Il n’y a pas de représentant de la minorité, jusqu’à l’absence du communiste Amar Ouzeggane*qui a été, dit-on, un des principaux rédacteurs de la plate forme, avec de telles exclusions on veut faire croire que le congrès peut être encore une référence pour les jeunes d’aujourd’hui. Tous les C.N.R.A prendront exemple et resteront fermés aux autres y compris à Frantz Fanon pour ne pas parler de Jean-El Mouhoub Amrouche, de Berrenguer Abbé Alfred ou de Pierre Chaulet, ces noms parmi d’autres étaient tous impliqués dans la guerre à de hauts niveaux de responsabilité sans qu’aucun d’eux n’ait été désigné au C.N.R.A. Leur absence au Conseil est en deçà de l’appel du 1er Novembre 54, et marque le présent d’une emprunte négative.

Au début de l’indépendance, le leader de la guerre de libération de l’Algérie était Ben M’Hidi, est-ce à cause de sa médiatisation par le film « La bataille d’Alger », est ce à cause de sa résistance exemplaire face à la torture, est-ce à ses paroles proverbiales, à sa présidence du premier congrès du F.L.N. Certainement à tout cela, et à d’autres exemples. A son sujet je me suis toujours demandé s’il était possible de croire à son sourire, à cette façon de défier l’ennemie, exemple dit-on de milliers de soldats de l’A.L.N, face aux officiers tortionnaires, sans ce témoignage fixé pour la postérité par les photographes.

Aujourd’hui il y a ceux qui cherchent une tête d’affiche à l’histoire et tentent de donner le change à Abane, à Amirouche …quand d’autres optent carrément pour afficher Messali pour les uns et Ferthat pour d’autres sans oublier que l’histoire du système brandit depuis des décennies Ben Badis en gommant tout le reste.

Dans le film de Ahmed Rachdi sur Ben Boulaid il est affirmé que « la tête d’affiche » n’a pas été trouvée et que Liamine Debaghine a refusé de prendre le train en marche. Pourquoi après l’indépendance il en serait autrement ?

Il est utile de rappeler que le congrès de la Soummam a été présidé par Ben M’Hidi, que le 1er Novembre 54 a été l’œuvre d’un collectif, et qu’il a précédé la Soummam. Des évidences certes mais des évidences qu’il est bon de rappeler. Au lieu de s’arrêter à cette vérité que la guerre de libération a été dirigée par un collectif, d’hommes d’égale valeur, on répète à satiété une fausse idée par des articles dont le seul message très souvent est d’imposer un leader à cette victoire exemplaire d’un peuple sur le colonialisme. Quand on ne relate pas la vérité on ne facilite pas l’écriture de l’histoire, la faire pencher dès le départ, c’est lui assurer une chute certaine, n’est ce pas.

Le 1er Novembre n’aurait pu survivre sans ce 20 Août 55, et le congrès de la Soummam n’aurait pu se tenir sans ce dernier ; consolider par d’autres actes dont le plus important restent la bravoure du soldat de l’A.L.N qui essoufflé a été réanimé par les enfants de Décembre 1960, qui ont étonné le G.P.R.A et ont finit par assommer les stratèges de l’armée impériale et à leur tête le Général de Gaulle, qui a finit par céder.

L’exemple est dans cette révolution, portée par le Mouvement de Libération National, qui a réussit une guerre d’indépendance sur une colonisation de plus de 130 ans, les congrès, ou autres réunions à l’image de certains attentats ont parfois été suivit de lacunes souvent dommageable que seule une guerre juste a pu surmonter. Favoriser un événement sur un autre, un dirigeant national sur un autre, sans être historien, c’est tendre à faire une division dont les conséquences seraient l’oubli d’acteurs de cette guerre, ce que le système politique après 1962 n’a cessé d’entretenir jusqu’à faire croire aux écoliers que la guerre de libération a été initiée par des « Oulama », et a consolidé l’islamisme qui était toujours aux aguets.

*Amar Ouzegane a été exclu du Parti Communiste Algérien en 1948 et arrêté en janvier 1958 pour son action au sein du F.L.N. Ministre de l’agriculture en 1962 dans le premier gouvernement de Ben Bella.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...