RSS

Profil avenir par El-Guellil

28 août 2012

El-Guellil

 
Bekri tout était clair, safi. Le rôle de l’école était de transmet tre le savoir. On ne discutait pas le principe. On était d’autant plus homme, d’autant plus responsable qu’on était plus instruit, plus cultivé, plus éduqué.

Le moualim était exemplaire au point où on le respectait autant, sinon plus que ses parents. Cette vérité était aussi un tracteur. Elle poussait les parents à booster leurs enfants pour qu’ils fassent de bonnes études. El koulij, el msid était le juge de paix de la promotion sociale. Chemin de beaucoup de possibles, el madrassa n’était pas le chemin de la facilité.

El youm yal khaoua, il ne viendrait à l’idée de personne de respecter assez les jeunes pour leur dire, d’une voix forte, que s’ils ne travaillent pas à l’école, ils vont droit vers l’exclusion et le chômage. Car le gosse a devant lui ses aînés qui ont fait de brillantes études et qui sont au chômage.        Le coulige est devenu le meilleur endroit pour faire mûrir l’amertume d’être inutile. C’est parce que nos msaghers ont le sentiment que rien n’a de sens.

C’est que de mon temps, on commençait sa vie d’adulte en demandant : «Quelle activité puis-je exercer ?». El youm, la phrase clef est : «A quel droit puis-je prétendre ?».

- «Tu sais le voisin, il a fait un dossier Ansej, on lui a donné des millions pour un dossier bidon, il a empoché l’argent, avec la complicité du fournisseur, actuellement, il se la coule douce fi sbagna.     D’ici à ce qu’il soit recherché, il aura changé de nationalité, ya hasrah…».

Pour les moins aventuriers : «Il a fait des pieds et des mains pour devenir diouani, grâce à des connaissances. Il n’a pourtant pas le bagage nécessaire. Il est actuellement affecté à un poste frontalier où les affaires coulent à flots… (le pays). Il va travailler un an, deuzans, adieu el miziria».

Mais il y a aussi ceux-là, qu’on a orientés très jeunes vers «la vie active». Les renvoyés. Que feront ces jeunes plus doués pour faire fonctionner leurs poings plus que leurs neurones ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...