RSS

Ecole, violence et libre arbitre ! par Yazid HADDAR *

23 août 2012

Contributions

Peut-on imposer, physiquement ou moralement, à une personne de croire à une Foi ou d’adhérer à une opinion, s’il n’y croit pas ? Voilà un sujet de philo pour les lycéens ! Evidemment non ! Or sur le terrain en Algérie oui ! Car comment explique-t-on cet acharnement contre les personnes qui n’observent pas le mois du jeûne, contre les personnes qui manifestent pour les libertés, etc. Signalons que la violence ne s’est pas restée au niveau verbal, mais elle est passée à un niveau physique ! D’année en année, l’intolérance seradicalise ! Cette évolution est-elle le fruit du système éducatif algérien, des lois et/ou de la religiosité prédominante ! Est-ce possible au XXI siècles certains croyants ou citoyens y pensent que s’est légitime d’imposer leurs croyances et leurs opinions aux autres ? En lisant les commentaires sur internet dans les forums de certains journaux ou des réseaux sociauxcomme Facebook, je suis stupéfiéde lire une telle haine à l’égard des personnes qui ne croient pas aux valeurs dominantes en Algérie. Certains commentateurs vont même jusqu’à faire des appelles au meurtre, c’est un vrai désastre ! On n’est pas sortis de l’auberge de la violence! Au final, la violence s’est multipliée en diverses violences dans notre société. Elle n’est pas uniquement une violence contre soi par le suicide, de se brûler, etc., ou une violence de la délinquance, mais la violence dogmatique, qui s’exprime par la recherche du puritanisme.

La délinquance dans le sens qu’un délinquant pratique soit le vol (de voiture, cambriolages, etc.),soit le trafic de drogue, ou bien l’agression sur les personnes (attaque à main armée, viol, homicide). Selon le sociologue R. Fillieule1 , on peut distinguer trois types de délinquance : la délinquance juvénile (l’individus isolés ou petits groupes) ; la violence urbaine (gangs, qui se propage dans plusieurs wilaya en Algérie) ; et enfin, le crime organisé (mafias organisés).

La violence dogmatique s’est ancrée chez l’individu ou le croyant en incarnant les valeurs religieuses authentiques, qui sont malassimilées et maldéterminées généralement. Selon Kant, l’erreur et la vérité ne se distinguent pas d’après leur différence spécifique, mais seulement à la manière dont le plus petit se distingue du plus grand, il n’y a pas d’erreur absolue, mais chaque connaissance, au moment où elle naît en l’homme, est vraie pour lui.D’après Kant, « Remettre sur la bonne voie ne consiste qu’à faire intervenir des représentations2 qui faisaient défaut auparavant, et la vérité précédente se transforme par la suite en erreur sous le simple effet du progrès de la connaissance3 ». La connaissance est le moteur de l’évolution d’un individu et sans elle il sera condamné à reproduire les mêmes représentations ou schémas perpétuellement. Cependant, l’orientation poursuivie par notre système éducatif est de « produire, écrit Daho Djerbal4 , selon les formes désirées, un changement dans la personnalité de l’individu afin de préparer à être un membre sain de société. Avec l’éducation religieuse, poursuit-il, qui se poursuit tout au long des cycles primaire et secondaire, la formation atteint les domaines de la vie en société, de la morale et des valeurs de culture ».

Ainsi, le jeune écolier qui poursuit sa formation dans une école algérienne va vivre plusieurs antagonismes ; il sera affrontera à plusieurs contradictions entre valeur de société et valeur enseignée à l’école. « Purifier le corps et protéger l’esprit, s’en remettre au maître pour atteindre le sens des choses, imiter les hommes de foi et répéter les percepts moraux et religieux, brider sinon réprimer sa sexualité, tel sont les enseignements qui vont accompagner l’adolescent dans son passage à l’âge adulte », a écrit Daho Djerbal.Le programme de philosophie, qui est censé apprendre au futur universitaire et adulte à raisonner par la connaissance, à exercer son esprit critique, à s’initier à l’argumentation, à une discipline de la méthode, à penser par lui-même et à forger une confiance en lui, en sa raison et en sa volonté, a été revu et corrigé en 1988. Selon une étude du sociologueOmar Lardjane5 , « la notion de la conscience n’est plus placée en position de fondement de l’action humaine, elle est posée comme simple objet d’une science positive (la psychologie). Le sujet, dans sa conscience comme dans sa raison, n’est plus source de savoir ni d’action, écrit-il. L’individu-sujet n’occupe plus le centre de l’interrogation existentielle (Individu- Etat, individu-famille, individu-valeur patriarcale, etc.) ». Conséquence de cet enseignement pisttaciste aliénant, à écrit la linguiste Khaoula Taleb Ibrahimi6 , ils (les étudiants) perdent leur repères cognitifs car ils ne savent plus réfléchir et raisonner ». De le même ordre d’idée, Daho Djerbel7 écrit : « (…) en séparant le champ des savoirs positifs et des sciences de celui des valeurs et du sens, en imposant un univers normatif à référence transcendante, en inscrivant l’individu dans l’ordre moral répressif et ségrégationniste, on a fini par produire l’inhumain. »

L’échec de l’école algérienne est palpable, surtout au niveau de la transmission d’une éthique, d’une morale universelle, dans le fait d’inculquer un libre arbitre. Cependant l’absence d’une vision claire d’un projet de société d’avenir a crée un vide et celui-ci est remplie par des mythologieset des légendes, déplumé d’un raisonnement construit. S’ajoute à cela plusieurs déficits au niveau de la politique économique, sociale et culturelle poursuivis depuis l’indépendancejusqu’à ce jour.

Toute pensée qui critique ce statu quo de la société est considéré et traité d’occidentaliste, d’aller vivre ailleurs, etc. Cette violence latente, et parfois active, dans notre société n’aspire guère à un avenir meilleur. Nous assistons impuissamment à une régression pas uniquement dans la mission de base de l’école, qui est la société de demain, c’est-à-dire, la lecture, l’écriture, la socialisation, mais à l’annihilation de soi, la perte des valeurs humaine, le repli sur soi, la négation de l’autre et l’absence d’espoir. A vrai dire, la volonté éducative est une volonté d’avenir ; elle est relative non pas à une humanité d’hier, mais à l’humanité de demain. Il s’agit de préparer l’enfant d’aujourd’hui à devenir l’homme de demain. Mais, qu’en est-il de l’Algérie ?

* Neuropsychologue et auteur

Note :

1 R. Fillieule, Sociologie de la délinquance, PUF, 2001.

2 Ce que nous appelons en psychologie cognitive le schéma et Jean Piaget l’appel le schème.

3 Une conférence donnée par le philosophe Kant en 1783 à Berlin.

4 Le changement des valeurs et des idéologies dans la société algérienne, in l’année du Maghreb, 2004.

5 Publie dans la revue NAQD n°5, 1993.

6 Publie dans la revue NAQD n°5, 1993.

7 Cf. Note 4.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...