RSS

Le deuil

21 août 2012

Non classé

Nous avons tous été ou nous serons tous confrontés au deuil. C’est une loi   de la nature…      J’essaye de me faire à cette idée   alors qu’on recouvre le cercueil de mon grand-père d’une poignée de terre.      Quand un proche meurt, on dit qu’il   nous quitte. Le prêtre, dans son   discours, ne cesse de souligner la   douleur de « ceux qui restent ».

Pour  lui, il ne fait aucun doute que mon   grand-père sera plus heureux là où il   va.

« Il part et nous restons » dit-il.

Cette idée me donne la chair de   poule. Elle est injuste. Elle implique   que la mort est un bienfait tandis que   la vie ne vaut pas la peine d’être   vécue. Je pense le contraire : nos   chers défunts n’ont plus rien à perdre,   mais nous, nous avons encore tant à   vivre !      Ils restent.

C’est nous qui partons. Une pluie fine s’est mise à tomber   sur le cercueil maintenant couvert au   trois quart de terre.

J’imagine la vie comme un vaste hall   de gare. Les défunts attendent au bord   de la voie. Ils sont là, un peu   désemparés, comme l’ami qui vous   accompagne. Le train s’éloigne. On   agite la main par la portière et celui   qui vous répond depuis le quai   s’amenuise dans la distance.

Ils restent, nous partons.  Le phénomène de l’éloignement   physique n’explique pas tout. Ils   rapetissent parce qu’ils restent. Rivés   sur le quai de la gare, ils deviennent   des lilliputiens. Ils se fondent dans   le lointain d’une vie immuable : mêmes   repas autour de la même table, mêmes   feuilletons télé, et le chien,   semblable à lui-même, et le paysage,   figé pour l’éternité dans l’encadrement   de la fenêtre du salon. Nous, les   voyageurs en route pour une nouvelle   vie, nous faisons figures de géants.   Nous sommes les aventuriers. La vie   nous réserve encore de belles surprises.      Aujourd’hui, mon grand père est   arrivé à destination. Il a posé ses   bagages. Il reste.      Moi, je continue le voyage.       ————————————–

« Vivre ce n’est pas seulement   changer, c’est continuer. »     Pierre Leroux

« Ceux qui rient et qui jouent sont   les plus vivants »     Plotin

(c)2012 Christian Godefroy, Chesières     Reproduction autorisée sans aucune modification      du texte avec mention de l’origine :      wwww.cpositif.com     ………………………………..  chalet Imniac 27, Chesieres, VD CH 1885, SWITZERLAND

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...