RSS

LARBI / VACANCES ET TRACAS / le pauvre gosse . Cette semaine, du mauvais Larbi de Bordj BA, vers les douars d’en haut .

20 août 2012

Farid Talbi

A Paris, sa dernière copine Roberte , une bretonne  -de loin çà- va-,  s’est tirée avec le tunisien équivoque   Zoheir  .  Un  clando,  dit «  fleur de jasmin fanée » ,   qui se fichait du  khol  pailleté  bleu  à l’œil droit,  borgne de l’autre , et  qui portait des talonnettes  dorées. De quoi rendre Larbi curieux ,  habituellement méfiant  avec ces invités  du bled au sens géographique trop large du terme, trop polis, trop prévenants , trop larmoyants , trop frontaliers  qui avaient trouvé – les salauds  -  le truc  avec les  anciennes,  encore bonnes  femmes des autres    :  se la  jouer recto  l’étalon en rut  , ou verso  frangin  ‘trans’  persécuté .
 Larbi  dans le contexte ? A voulu faire dans l’humanitaire post ramadhan , lui de BBA , qui dans la situation de  ces cousins débordants,  qui ne sortaient jamais la main de la poche profonde du futal pour faire peur . Ou au prétexte  de  réchauffer une contraction rhumatismale , logée  à l’étroit dans le squat du futal  . Et en face de Larbi le guerrier , ce drôle de Zoheir . Faire gaffe à lui  ! un   fiché  dans le douar pour être un  sacré laboureur  tous terrains …. . Comme quoi  t’as beau être , comme Larbi respectueusement avoir été  un ancien éleveur de poulettes de macadam  et releveur de compteurs su trottoirs   , il y aura toujours un blédard  , équivoque, pour tenter de te  jouer dans le dos  au remplaçant , à la séance  décisive de tirs aux buts,  dans tes propres  dix huit mètres.  La bretonne pensait , elle, que le  jeune tunisien, réversible, avait en réalité  un besoin  vital de  double tendresse tardive bien profonde . D’ailleurs  Zoheir appelait  Roberte  « maman ! » la vieille blondasse  décolorée,  jouant au pauvre  rescapé du Titanic ,  effrayé de dormir tout seul  sous la couette. Et c’est là que le bât allait blesser : Larbi naïf   devenait  « papa »,   le temps  d’un abordage traitre de derrière  la confiance de sa vieille  bretonne .   Et enfin ,  en plein public  Zoheir interpelait notre Bordjien,   à haute voix   «  Y a cheikh  ! ! » ( Oh le vieux !!!)  , si tu vois arriver le coup de pied de l’âne   !!  Fatal la traîtrise.
 Je te le confirme.  Les jeunes de maintenant admirablement  instruits , à l’image de leur maître de conscience  d’école officielle  définitivement primaire, le lui rendraient bien,  mais  en perfidie  avec intérêts constants  ! .
Autre mauvaise nouvelle  pour Larbi : la réouverture estivale  de la chasse aux pigeons déjà plumés .  Tu auras deviné, il s’agit encore de la flambée régulière des prix, spécialement dirigée par la compagnie unique ,  sur le peuplement du peuple migrateur algérien et descendance  « d’origine »  , ces exilés en terre hostile,  mais toujours  nostalgiques du bled . Le temps d’un voyage aérien par an ,  en avant goût du plat de résistance de retrouvailles traditionnelles  , également en inflation constante,   et pas qu’en émotion  pardi !. Larbi compte pourtant parmi les émigrés favorisés avec ses 1300 euros de pension, dont  820  pour loyer et charges .Sans compter mutuelle médicale, dépassements honoraires soins  spécialisés, transports, hygiène…..Et dont le compteurs eau, électricité, gaz individuels,  demeurent  hélas inaccessibles aux usagers habiles  …. Usagers qui pointent  aux   restos du cœur, les crédits ruineux, la gratte sociale, la fripe, les fins de marchés, la co location humiliante. La vérité vraie,  la situation générale !
Restent plus  que les yeux avec ou sans cataracte pour chialer ! Ne pas confondre « émigrés » et descendants  « d’origine »,  avec les autres  récents, du marchepieds, provenus  de la confusion utile , des  situations d’opportunité souriant aux audacieux ,  contrefaits de partout . Situation extraordinaires, douillettes, de rente, sinécure, planques  dispensées, parait-il,  par une curieuse  et bien généreuse providence, discrète, qui prend toujours  sa source d’un douar de prédilection, prolongé à des branchements d’un tout-à-l’égout traversant Alger .  Et dans ce cas, avec   de ramifications  aux berges de  Seine .
Le truc de la contrefaçon  organisée ?  prétendre à un héritage  des fromages  nationaux  réservés de la culture, la politique, « la représentation nationale »,  et par là investir des gisements inouïs d’emplois crées pour ,  stratégiques,  hautement rémunérés  à discrétion . Pour l’achat d’un billet d’avion  par an , Larbi entretien le coût de lignes régulières de tout un monde tribal parasite,   en maraude incessante sur douze mois , dilapidateurs . Et l’autre monde des gratos, celui des « ex »  ( enfants, cousins, belles familles, retraités, voisins de la cuisse gauche ….) et « futurs –ex »  inoxydables de la Compagnie . Faveurs courant  deux cent cinquante générations successives ou collatérales plus tôt ou plus tard au premier et  premiere pistonnés .  Tant mieux pour ces gens là vernis que  cette bénédiction,  mais pas que Larbi paie pour le bien-être  dispendieux des autres , sans savoir pourquoi cette peine   ! 
La soir tombé lui aussi,  Roberte  rejoignait, confuse et repentante ( ou repentie)  , Larbi  dans la solitude  héroïque du repaire bestial  de nuit de l’homme, le vrai   . Et d’attaque le cousin !
 Roberte , pathétique  ajoutait :  «  Rien à craindre Larbi mon pigeon, Zoheir le petit tunisois cet enfant  déjà paumé ,  aurait  perdu dans la traversée « harraga » ,   sur un radeau de l’infortune  dénommé «  le jasmin fleuri »  , ses bijoux de famille ! »
 Et Larbi de B.B. Arreridj de maugréer  :    » Pauvre gosse  » ,  la larme à l’oeil heureusement   borgne .
 
Farid Talbi 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “LARBI / VACANCES ET TRACAS / le pauvre gosse . Cette semaine, du mauvais Larbi de Bordj BA, vers les douars d’en haut .”

  1. jeudevoiture Dit :

    J’ai adorer vous lire! Merci beaucoup!

    • F/ Talbi Dit :

      Merci avec retard de votre merci !
      Je pense que l’auto dérision, le pamphlet constituent aussi une forme de thérapeutique sociale .
      Avec le mérite de la gouaille populaire,la déconne !
      UN vrai exercice de sagacité , sans autre prétention que d’égratiner les comateux .
      F/T

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...