RSS

Ces «pauvres» coachs chômeurs

14 août 2012

Suzanne Amokrane

PUBLIE LE : 14-08-2012 | 00:00 | PAR Suzanne Amokrane

Les entraîneurs algériens se plaignent en silence de ne pas être valorisés chez eux. Surtout ceux qui sont au chômage, après l’afflux massif de coachs étrangers. Eh oui, les places deviennent chères pour tout le monde, même pour les joueurs qui sont écrasés par l’avènement des binationaux. Mais il y a de la marge sur 11 postes pour les footeux.
Ce n’est pas le cas des entraîneurs qui vont broyer du noir tant qu’on ne leur fera pas confiance. Et dire que ce sont des présidents ignares en foot qui les consomment et les répudient sans remords. Mais le monde du foot est aussi impitoyable que celui des affaires. C’est l’effet des milliards qui transforme les hommes en icebergs. Quand un coach doit trier ses joueurs, il durcit son cœur et ne laisse aucune place aux sentiments. Et bien c’est pareil pour les présidents… Le piège semble s’être refermé sur les «pauvres» coachs qui épuisent leurs derniers millions. L’ISTS a perdu sa crédibilité, enfoncée et défoncée par les anciens internationaux convertis en entraîneurs qui reprochent impitoyablement aux «scientifiques» l’absence du vécu et des sensations du terrain. Mais tout le monde sait que c’est pour mieux occuper l’espace. Ce que je ne comprends pas par contre, c’est l’absence des anciens internationaux à la tête des clubs. Pourtant, ils ne ratent aucun  des stages dits de «perfectionnement» ou de «passage de grade». Toujours les mêmes têtes, mais aucun d’eux n’est retenu au final. De la pure perte d’argent et d’énergie. Si au moins on leur faisait confiance à l’étranger comme par le passé. Mais ce temps est révolu, du moment que l’info circule vite de nos jours et les richissimes arabes ont fini par comprendre où trouver les vraies compétences… Nul n’est prophète en son pays… C’est vrai, mais il faut d’abord être prophète quelque part avant de revendiquer quoi que ce soit chez soi. C’est le tri sélectif naturel du football.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...