RSS

La cloche par El-Guellil

4 août 2012

El-Guellil

Si en temps froids, ils se font plus discrets, fi les étés, pendant les chaleurs nocturnes, les sans-abri réapparaissent sur les bancs publics à la belle étoile. Il y en a de tout âge. De toutes les couleurs. Il se trouve ceux qui sont arrivés grâce à la cinquième saison : le Printemps arabe. Hypocritement, on les appelle réfugiés alors que de refuge, ils n’en ont point. «Sans domicile fixe», alors que de domicile ils n’ont point, fixe ou pas. Ce soir, un ami me faisait remarquer qu’il y avait une personne qui dormait dans l’entrée de l’immeuble à côté du sien, toutes les nuits, quelle que soit la saison, depuis des années; une sorte de fixe sans domicile.

Dans mon enfance, on les nommait «clochards», personnes qui, en règle générale, avaient choisi de se mettre en dehors de la société, de se tenir à l’écart de leurs semblables et vivotaient de-ci de-là. Aujourd’hui, nous rencontrons beaucoup plus souvent une clochardisation subie, une société rejetant certains de ses constituants dans une non-vie incertaine.

Mais ceci dit, savez-vous pourquoi on appelle ces exclus des clochards ?

Il se trouve qu’au Moyen Âge, à la fin des marchés, on sonnait la cloche qui était le signal pour les pauvres qu’ils pouvaient venir glaner les invendus, les fruits plus très frais, les légumes flétris. Ceux qui répondaient à ce signal étaient, de manière méprisante, appelés des clochards.

Finalement, peu de chose a changé depuis.

Hier, avant le passage du camion de ramassage des ordures dans cette rue-marché quotidien, une meute d’enfants et de femmes, courbés nez sur l’asphalte dégueulasse, s’arrachaient les légumes pourris et les fruits piqués jetés par les «légumiers» en fin de journée. Alors clochard ? Non, ce sont des pauvres. Ceux qui ont honte de tendre la main.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...