RSS

LES MARTYRS HEROS DE LA REVOLUITION ALGERIENNE : Benabdelmalek, le 1er chahid de la Révolution et le chahid Abane Ramdane

LES MARTYRS HEROS DE LA REVOLUITION ALGERIENNE : Benabdelmalek, le 1er chahid de la Révolution et le chahid Abane Ramdane
Benabdelmalek Ramdane, est le premier chahid de la Révolution de Novembre, qui a permis aux Algériens de se libérer de l’esclavage français et de retrouver leur dignité d’etres humains. Benabdelmalek Ramdane naquit à Constantine en mars 1928 où il effectua ses études primaires et secondaires avant de rejoindre les cellules clandestines du Parti du Peuple Algérien à la fin de la deuxième guerre mondiale.Par la suite, il fut nommé adjoint de Larbi Ben M’hidi, chef de la région oranaise qui le chargea de la préparation des groupes de moudjahidine dans la région de Mostaganem, en prévision du déclenchement de la Révolution. Le 1er novembre 1954, Abdelmalek mena les attaques armées contre le siège de la gendarmerie à cassaigne (Sidi Ali actuellement) dans la région de Mostaganem qui se solda par la mort d’un français, contre les fermes des colons dans la région de Bosquet. .Benabdelmalek Ramdane fut tué au combat le 4 novembre 1954 près de Sidi Ali au cours d’un accrochage entre son groupe et les forces d’occupation. Il fut ainsi le premier chef militaire de la Révolution à tomber au champ d’honneur. Son nom fut donné à la commune sur le sol de laquelle il tomba au champ d’honneur. Il avait 26 ans.

La Révolution doit beaucoup à Abane Ramdane
Dès son jeune âge, Abane Ramdane a déjà choisi son camp, celui de suivre les chemins de ses aînés résistants tels que l’Emir Abdelkader, El Mokrani, Bouaâmama et Fadhma N’soumer, car il a su que l’indépendance de l’Algérie ne s’octroie pas mais elle s’arrache par le sacrifice. Digne fils de l’Algérie combattant et véritable fondateur du Front de Libération Nationale ainsi que celui du journal El Moudjahid, la vie de Abane Ramdane et son itinéraire révolutionnaire ont été revisités hier lors d’une conférence historique organisée par l’association «Machaal Ech chahid » au centre de presse du quotidien El Moudjahid s’est avéré trop exigu pour contenir les moudjahidine et moudjahidate ayant fait le déplacement de plusieurs endroits de la capitale. Admirablement animée par MM. Rédha Malek et Abdelhamid Mehri, la rencontre à laquelle ont assisté M. Karim Younès, président de l’APN ainsi que plusieurs figures du nationalisme algérien, a pu lever le voile sur un important pan de l’histoire de notre glorieuse Révolution dont Abane Ramdane fut le stratège et l’organisateur. Figure emblématique de la révolution de Novembre 54, Abane Ramdane demeure, selon les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé et connu comme MM. Rédha Malek et Abdelhamid Mehri, un homme de dialogue mais surtout un véritable stratège qui ne connaît pas de répit. Véritable théoricien et penseur , Abane Ramdane était en avance sur son temps devait reconnaître ces deux compagnons de lutte. “Son sens de l’organisation n’avait d’égal que son amour et sa patience pour sa patrie”, devait dire M. Malek à une assistance accrochée à ses mots et passionnée par son récit sur la vie d’un homme qui a tronqué son statut de secrétaire général de la mairie de Chelghoum Laïd ex-Châteaudun du Rummel contre une vie de moudjahid ne connaissant guère de repos ni de paix. M. Rédha Malek, qui a connu Abane Ramdane à Tunis alors qu’il était responsable de l’information ne tarit pas d’éloges sur ce personnage en le qualifiant de “véritable créateur du FLN et de fin organisateur des rangs du Front, il n’a pas cessé de multiplier les rencontres avec les leaders de partis pour qu’ils rejoignent le front et les rang de la révolution”, une révolution que Abane ne voulait pas un simple soulèvement populaire ou Intifada mais une véritable guerre de libération avec des orientations et une stratégie permanente . “Il était impératif pour les Algériens qu’ils changent le cours de l’histoire par une révolution armée, car pour lui ce qui a été pris par le feu ne peut se reprendre que par le sang”, et Abane incarnait cette idée. “Par son courage illimité, sa modestie désarmante et sa capacité de prendre des décisions importantes, Abane Ramdane a su rallier beaucoup de militants et membres de partis politiques et autres associations à la cause nationale. C’est ainsi qu’en mai 1955, Ferhat Abbas contacte Krim Belkacem pour qu’il lui organise une entrevue avec Abane Ramdane. Et le 26 mai de la même année Ferhat Abbas rencontre Abane dans son appartement de la rue Trollard, juste à quelques mètres du siège du gouverneur général (actuellement Palais du gouvernement). Durant cette réunion Abane a demandé à Ferhat de dissoudre son parti, les AML, et de rejoindre les rangs du FLN. En novembre-décembre 55 Abane rencontre Benkhedda, Cheikh Larbi Tébessi et appelle les oulémas à rallier le FLN. Même Ben Bella, devait révéler Rédha Malek dans son récit, reconnaît l’influence de Abane Ramdane en ces temps de début de guerre. Même pour ce qui est du choix de l’hymne national “Qassaman” Abane a demandé à Benkhedda, qu’il avait choisi comme adjoint, de prendre contact avec le poète de la Révolution Moufdi Zakariya à la fin de 1955 pour qu’il compose cet hymne . Même cas pour la création de l’UGTA avec Aïssat Idir le 24 février 1956. Abane Ramdane a été également le véritable fondateur du journal El Moudjahid qui sera l’organe central du FLN en juin 1956 et le premier article de Abane sera consacré au mouvement de libération irlandais qui luttait contre l’occupant britannique depuis des siècles déjà. Les 7 premiers numéros du journal seront consacrés à la plate-forme du congrès de la Soummam. Doté d’une volonté sans commune mesure, Abane Ramdane a, toujours selon M. Malek, contacté même la communauté juive se trouvant en Algérie pour la rassurer non seulement sur son avenir mais également sa protection et ses intérêts dans une Algérie indépendante. Les mots de “Nidham et Djabha” sont des créations de Abane en raison de l’organisation stricte qu’il a pu insuffler au sein du FLN. Rassembleur, Abane disait à ses compagnons que “si on veut combattre le colonialisme français nous devrons mobiliser toutes les franges du peuple”. Visionnaire averti, Abane a toujours recommandé d’éviter le mensonge qui conduit souvent et automatiquement à la trahison et à l’infidélité. Prenant la parole à son tour M. Abdelhamid Mehri dira “je ne peux nier à quiconque de nos moudjahidine ou chouhada leur sens de militantisme et sacrifice pour que vive l’Algérie. Tous ont participé à la libération de ce cher pays du joug colonial. Ma relation avec Abane a été directe puisqu’il était mon responsable et nous avons habité sous un même toit. Militant consciencieux, critique mais discipliné, il était ouvert à tout écoutant avec respect et confiance les idées des gens. Mais au moment de la prise de décision, il n’hésite jamais. Ses premières préoccupations vont souvent à l’issue de la révolution et ce en raison des conflits qui continuent de miner certains partis politiques nationaux, son souci majeur etait de rassembler ces gens autour des idéaux de Novembre 54”. Dans ce cadre, M. Mehri indique que les idées de Abane cadraient avec ceux du congrès de la Soummam et il n’existait aucune contradiction. La mort de Abane a laissé un grand vide. Terminant son intervention M. Mehri dira que “ les idées de Abane sont toujours d’actualité et aujourd’hui l’Algérie a besoin de toutes ses forces pour sortir de la crise qui secoue la scène nationale et plus particulièrement celle du parti FLN”.

La rédaction
Lundi 5 Septembre 2011
Arrêt Sur Mémoire

 

Source :
http://www.reflexiondz.net

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...