RSS

Des noms qui ont marqué l’histoire de Mostaganem LE CHAHID ABDERRAHMANE BERRAIS

Des noms qui ont marqué l’histoire de Mostaganem  LE CHAHID ABDERRAHMANE BERRAIS dans 2.Pers. révolutionnaires 3355622-4818570

Plus que quelques jours nous séparent du 57ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée décidée ce 1er novembre 1954, par des hommes téméraires dont le sacrifice aura porté ses fruits. Dans cette revue historique les noms se mêlent et se recomposent au nom du souvenir, pour les évoquer dans la rubrique consacrée aux célèbres chahid de la cause algérienne.

Après la rétrospective publiée dans l’édition du 15 octobre 2011 Intitulée « Des noms qui ont marqué l’histoire de Mostaganem », nous y revenons sur certains, afin de les faire revivre pour mémoire et marquer ainsi ce jour mémorable du 1er novembre, car lorsqu’il s’agit d’une figure historique, c’est la société ou les enfants de sa région qui revendiquent son héritage le récupère et le remémore, bien que la réalité soit inscrite au cœur du présent quand elle n’est pas réduite au seul discours idéologique de sa légitimation. Peu de travaux ont été consacrés au chahid, Barraîs Abderrahmane, ainsi qu’à d’autres, qui ont été au feu de l’action durant la colonisation. L’histoire de ce Chahid, constitue un moment de forte inscription du destin collectif qui est au cœur même des destins individuels, parce qu’elle porte à l’extrême le poids des morts sur les vivants, elle exacerbe la présence du passé dans le présent et la mémoire des morts, plus que tout autre mémoire, ce qui engage à la fois la question de la mémoire-trace dans laquelle le passé nourrit le présent et celle de la mémoire remémoration dans laquelle c’est le présent qui assigne rétrospectivement un sens au passé. Ce rappel historique sur l’homme, n’est que le reflet d’un combattant, héroïque qui s’est sacrifié pour la liberté et la dignité et qui a incarné le nationalisme. Son parcours révolutionnaire est des plus riches et son historique n’est qu’un rappel à ceux qui ont oublié ce que des hommes comme lui ont donné pour leur patrie. Personnalité modeste, Le chahid, Berrais Abderrahmane est né le 29/05/1911 à Tijditt Mostaganem, il est le fils de Berrais Abdellah et KHedidja Ould Adda. orphelin de père étant enfant, il a suivit ses études a l’école Mehdi benkhedda (ex ; Jaumaire ). Par la suite il ira vivre chez son oncle Berrais Hamida qui résidait dans la wilaya de Saida. Auprès de cet oncle Abderrahmane apprendra le métier de cordonnier. Il sera appelé en 1931 au service militaire français qu’il effectuera en Syrie, de retour en Algérie il sera mobilisé encore et fera son service à Boufarik puis à mazagran. Berrais Abderrahmane, adhérera tout d’abord aux scouts musulman El Fallah en 1935, il fera aussi du théâtre, avec l’association « Tahdibia » qui était animée par M. Abdelkader Belmekki, hadj Ali Bensadoun, Mohamed Belkhouane , Sadek Benghaliet Norddine Benguedouz; ils présenteront à l’époque une pièce intitulée «le dernier des Abeucérages » qui aura un grand succès, mais attirera l’attention des autorités coloniales qui l’interdira, mais malgré cela, la troupe théâtrale continuera dans la clandestinité et interprétera d’autre pièces en 1937 comme celles de « L’avare » « le Dentiste atomique » et de nombreuses autres. En 1945, il rejoint Djemaiete El Ouléma comme responsable au niveau de la wilaya de Mostaganem, et assurera la distribution du journal « El Basair », En 1948 il rejoindra l’UDMA de Ferhat Abbes et deviendra responsable, l’on pouvait compter à cette époque, Dr Bentami Djilali, Benguetat Adda, Benderdouche Abdelkader, Bensadoun Ahmed, Benderdouche Djelloul, Djelouate Abdelhamid dit Said, Bensmain Abdelkader, khelifa Ali dit Filali, Benameur Harag, Benslimane Mohamed, Khelifa Abdelouaheb, Ghoumri Benhamdada Sadek, Benanteur Kaddour , Belkebir Mazouz, Si Abdelkader El Achaachi. Ils avaient la responsabilité de faire la propagande en distribuant les journaux « Egalite » qui sera interdit et par la suite, « La République Algérienne ». Il se consacra à la sensibilisation des citoyens en allant dans les douars et les contrées les plus éloignées en organisant des réunions, entre autres dans la Madrasa de Cheikh Mesbah avec l’aide d’autres militants. Il était toujours accompagné à ces réunions par la petite « Belayachi KHedoudja » sa nièce parce qu’elle maitrisait à la perfection la langue arabe. En 1954 Berrais Abderrahmane, avec le groupe il rejoint le FLN, le bureau de liaison était son magasin de cordonnerie, qui se trouvait dans l’ex rue de Sig en face de l’hôpital, assurant ainsi l’acheminement des armes et c’était Benbrahim Mohamed dit El Menkoub qui se chargeait de les remettre à qui de droit, quant au médicaments, la livraison était assurée par Beryati Laarej et Stambouli M’hamed), les finances quant à elles étaient collectées par Ghoumri Benaouda, Benchhida Abdallah et Hassaine Mostepha). Pour ce qui était de la liaison avec L’ALN stationnée dans le maquis des Hachems, celles-ci était assuré par Amour Hamou dit El Hachmi un handicapé. Berrais Abderrahmane était un fervent militant de par sa sincérité et son courage. Celui malgré, les couvre feu et la surveillance de l’administration française, Il organisait avec ses compagnons, des assemblées nocturnes parfois sous le présidence du défunt Boumenjel Ahmed, jusqu’au jour ou ils furent contraint de changer de lieu, car ils se sentaient surveillés par le capitaine Salamero qui les avait pris en filature, les rencontres et les réunions seront organisés au niveau de Tijditt chez un certain Chehanbi dit Zelabi Said. En 1955 il sera sollicité par son collègue Benguettat Adda pour s’installer en Égypte, mais n’ira pas en fin de compte. En 1957 le Chahid averti par son neveu Abdelkader, sera contraint de quitter l’Algérie. Surveillé par la DST, il finira par être arrêté dans l’après midi du 11 septembre 1957, à son domicile de Tijditt. Il sera interné au camp de concentration de Sidi Ali appelé « Camp de la mort » ou il subira les pires sévices et les pires tortures et ce durant prés d’une semaine, sans que les autorités françaises puissent lui soutirer le moindre renseignement. Selon les témoignages des détenus Belayachi Hadj-ahmed, et Driss Abdelkrim qui étaient avec lui, après qu’il ait été torturé, insulté et humilié Le Chahid Berrais Abderrahmane, fit une dernière tentative en frappant les soldats qui le tenaient en criant Allah Ou Akbar, c’est alors qu’il sera frappé à la tête par un coup de barre de fer qui lui sera fatal, du fait qu’il rendra l’âme le jour même. Telle a été la vie de ce héros, qui s’est battu pour la dignité et la liberté, aussi à la veille de cet anniversaire, ses amis, sa famille et tous ceux qui ont une pensée pour lui et pour tous les autres lui rendent hommage. Nous y reviendrons.
Benyahia Aek
Samedi 15 Octobre 2011
Arrêt Sur Mémoire

 

Source :
http://www.reflexiondz.net

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...