RSS

Zabana et la préparation du 1er Novembre PARCOURS ET ITINERAIRE D’UN HERO

2 août 2012

Ahmed Zabana, Benyahia Aek

La Préparation du 1er Novembre 1954, fut l’objectif que s’était assigné les hommes qui ont été à la base de son déclenchement, et l’on peut dire que Zabana était l’un de ses artisans, selon les témoignages de survivants qui ont cotoyé ce grand héro.

Pour cela, qu’il est emps aujourd’hui de mettre en lumière le rôle joué par Zabana et son implication dans la préparation du 1 er novembre 1954. Dans le livre intitulé «  Viva Zabana » de Boualem Nedjadi, l’auteur  rappelle le contexte politique dans lequel était né Ahmed Zahana (1926) et ses engagements précoces pour la libération du pays par les armes. Boualem Nedjadi considère Zabana comme étant parmi les concocteurs du 1er Novembre 1954. Car si l’on croit l’auteur, Zabana avait  compris que la seule voie pour le peuple, était le recours à la lutte armée, et s’est avéré par la suite l’un des éléments les plus convaincus du Mouvement national et ce bien avant le déclenchement de la révolution de 1954.  Le livre de Viva Zabana  met en relief  un personnage intelligent et brave de par  son engagement, en se basant des témoignages vivants, car la Déclaration du 1er novembre 1954 représente en quelque sorte la constitution de la Révolution et la référence première qui a guidé Zabana comme les autres à la voie qu’ils s étaient tous tracés.

Retour aux sources
Pour revenir à son parcours il y a lieu de savoir, qu’à sa sortie de prison en 1953, Zabana séjournera d’abord (selon le témoignage de son compagnon Saïd Stambouli) à Kristel où régnait à l’époque un regain de nationalisme. Pour preuve, en 1952, les jeunes natifs de cette contrée refusèrent de rejoindre l’armée française et répondre ainsi à l’ordre d’appel. Par la suite et du fait qu’il était interdit de séjour, il rejoindra  Mostaganem, et demeurera chez chérif Bakhlouf dit Moulay Cherif, au 21, impasse TIdjit. Il y rencontre ses camardes de l’OS qui étaient avec lui en prison à Oran et El-Asnam et tienra de nombreuses réunions. De nomreuses seront organisés, dans la maison de Moulay Cherif, avec Benyahia Belkacem, Bordji Amar, Benayed Bendehiba, Bensaid Mustapha dit Hamou El Meroki, Larbi Ben M’Hidi, Benabdelmaek Ramdane, Hamou Boutlélis, Hadj Mohemed Benalla et d’autres non moins importants et dont la majorité est tombée au champ d’honneur. Selon certains témoins Mostaganémopis encore vivants, l’homme était un nationaliste convaincu et était conscient des enjeux et de la situation des algériens et toutes les réunions tenues dans la maison de Moulay Cherif convergeaient versun seul objectif, qui était la lutte armée. Il est vrai que le livre de Boualem Nedjadi, ne s’est pas étalé sur cette période qui l’a conduit à vivre en exilé à Mostaganem, car d’autres témoignages mettent en relief cet interlude passé dans cette maison, dont nous aurons l’occasion d’y renir. Le livre aborde le témoignage d’Abdelkader Zoubir et Saïd Stambouli. Selon ces deux témoins  témoignent : « à quelques mois du grand événement, Zabana pressentait que l’on s’acheminait vers le déclenchement d’une révolution armée à l’échelon national en Algérie. » Il en a pris conscience lors de son incarcération avec ses amis de l’OS. Il a compris que la révolution armée était  en marche et que rien ne l’arrêterait. C’est pour cette raison qu’il sillonnera toute l’Oranie pour expliquer et préparer l’insurrection. Il contactera et rencontrera Ramdane Ben Abdemalek ; les deux hommes sont restés très attachés et une intime amitié liera les deux hommes. Pour Ben Abdelmalek, Zabana était l’archétype du militant algerien, c’est à ce titre que Ben Abdemalek se confiera totalement à lui et n’hésitera pas à discuter avec lui des sujets les plus secrets concernant les objectifs futurs du mouvement national. A Mascara, il contactera plusieurs membres de l’OS qui étaient avec lui en prison à Oran et El-Asnam « Chleff » pour discuter sur l’idée d’un recours aux actions armées. Selon Mahfoud Kaddache, il s’installera à Sidi Abbès et trouvera un emploi de soudeur qui lui permettra de fabriquer des bombes. Enfin, il regagne Djeniene El-Meskine où habitait sa sœur mariée.

La longue traversée de l’Exil
Il arrivera à se faire embaucher à la cimenterie de la CADO comme ouvrier professionnel dans l’atelier de soudure. Stambouli révélera que c’est grâce à une carte d’identité de français musulman confectionné par Mécherki Benshila, Khodja à la mairie de Saint- Lucien, qu’il arrivera à se faire embaucher. Cette opération s’était réalisée sur intervention d’Abdelkader Brahmi. Vers le mois d’août 1953, des amis de Saint-Lucien commenceront à entretenir des liens très étroits avec Zabana ; qui dureront plusieurs mois, une période que Zabana mettra à profit pour  observer, et étudier le comportement de chacun en testant  l’un d’eux à qui il confiait une banal mission, ce qui lui permettait de jauger ses capacités et sa détermination. Rassuré par le comportement de ses nouveaux amis, il commencera à les préparer militairement et politiquement. Zabana, comme nous l’avons signalé était interdit de séjour à oran. De ce fait, il ne pouvait se déplacer librement entre l’usine, son lieu de travail, et Oran où il avait des attaches familiales et politiques. Il décidera alors d’organiser des rencontres périodiques entre ses amis à Saint-Lucien ; au cours de ces divers réunions entre  amis à intimes, ceux-ci ne manquaient pas de souligner tout l’intérêt porté par les militants MTLD sur l’apparition de nouvelles tendances, l’orientation du parti et ses futurs objectifs. Durant huit mois, ces diverses composantes du MTLD se déchiraient et perdaient leur énergie dans des discussions et des réunions stériles, les militants assistaient désarmés, et prenaient leur mal en patience. Au cours de son séjour à Saint-Lucien, Zabana est pris en charge par ses amis et en particulier par Saïd Stambouli ; ainsi que Abdelkader Brahimi. Mais viendra la sission, que ne comprenaient pas les militants en attente du signal, pour le déclenchement de la lutte armée, car celle-ci n’était pas pour arranger les choses, mais en homme sage Zabana instruira ses camarades pour leur demander, de rester à l’écart de tout conflit en attendant de voir plus clair.  Cependant, Zabana et ses amis et campagnons ne perdaient pas espoir de voir les désaccords se dissiper et que l’objectif principal prendrait le dessus, à savoir la lutte armée pour faire sortir l’occupant français et les colons exploiteurs des terres de leurs ancêtres puisque aucune solution politique avec la France n’avait permis le moindre progrès. Mais pour ce qui était, de la lutte armée, il eut le mérite, de garder les idées claires , pour rester neutre et attendre et ce jusqu’en mars 1954, date de la création du Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action (CRUA) par des militants pressés de passer aux actions armées

Benyahia Aek
Samedi 14 Janvier 2012
Arrêt Sur Mémoire

 

Source :
http://www.reflexiondz.net

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...