RSS

Chronologie des crimes et des assassinats commis par l’OAS

A partir du 19 mars les évènements se précipiteront et les partisans acharnés de l’Algérie française entreront dans l’action clandestine de l’OAS et se mettront à massacrer les populations civiles à Alger et à Oran, pour citer comme exemple la grande offensive du 25 juin 1962, où les commandos de l’OAS, se sont emparés d’un immeuble du front de mer et se mirent des terrasses à tirer à l’arme lourde sur les réservoirs de la British Petroleum, semant le chaos. et pour rappel, entre le 19 mars et le 1er juillet 1962, 32 membres des forces de l’ordre y trouvèrent la mort, 66 civils européens et 410 Algériens, c’est ce que disent les statistiques français, car il y a lieu de savoir que durant cette période ce n’est pas 410 qui ont été exécutés par l’OAS mais des milliers de civils innocents qui perdirent la vie en Algérie et d’autres en métropole. Nous citerons quelques exemples et quelques dates qui ont marqué les derniers mois qui nous séparaient de l’indépendance.

Chronologie des crimes  et des assassinats commis par l’OAS
Des dates et des faits
Le 18 juin 1961 Attentat de l’OAS contre un train près de Vitry-le-François. Le 1er  septembre 1961 Attentats de l’OAS à Alger. Le 8 septembre 1961 Explosion au passage de la voiture présidentielle à Pont-sur-Seine (Aube). Le 19 décembre 1961 Manifestation à Paris contre la guerre en Algérie. Le  6 janvier 1962  Mitraillage du siège du Parti Communiste par l’OAS Le 25 mars 1961, Challe, Sala, Zeller  et Jouhaud déclarent : « Nous garderons ce sol à la patrie, L’armée n’a jamais cessé d’être à vos côtés, Jouhaud hommage à l’armée clandestine « l’écho d’Alger du 25 avril 1961.   5 janvier 237 arrestations dans les rangs de l’OAS à la suite de 1650 perquisitions » journal Echo d’Alger du 6 janvier 1962, le 10 Janvier Série d’attentats OAS dans les grandes villes d’Algérie et en Métropole, Echo d’Alger du 11 janvier 1962.  Le 17  janvier 1962 L’O.A.S. fait exploser une dizaine de bombes à Paris. Dans la nuit du 17 au 18 janvier 1962 « nuit bleue à Paris mesures répressives Echo d’Alger du 18 janvier Toujours le  mois de Janvier 1962 : L’O.A.S. enlève à Maison-Carré le bijoutier israélite Choukroun et, après une parodie de jugement, l’assassine et le même mois, le Commando Delta assassine le général Ginestet. Dans le courant du même mois, Yves Le Tac, un militant anti-O.A.S. qui avait été blessé à Alger, est assassiné dans sa chambre d’hôpital par des tueurs du Commando Delta.. Le 22 janvier 1962, Une bombe de l’O.A.S. explose contre le Quai d’Orsay à Paris, faisant un mort et deux blessés. 24 janvier 1962 13 plasticages de l’OAS à Constantine  Explosion d’un colis, Entre le 23 et 24 janvier1962 l’on dénombrera en  22 autres attentats de l’OAS qu’à Paris.  Le 29 janvier 1962, Explosion d’une caisse piégée par soixante kilos d’explosifs à Maison-Blanche, à l’intérieur d’un bâtiment occupé par le M.P.C. L’attentat, organisé par l’O.A.S., provoque la mort de dix-neuf personnes. A Alger, l’O.A.S. fait encore sauter une autre bombe contre les bâtiments du Gouvernement général installés à Rocher-Noir. Le 1er février 6 hold up dont celui de l’usine Bastos, Philipe Castille est arrêté. Echo d’Alger. , Le 7 février 1962  Tentative d’assassinat à Paris du  Ministre et écrivain André Malraux. L’explosion de la bombe, qui avait été placée sur le rebord d’une fenêtre, blesse gravement Delphine Renaud, une fillette de quatre ans. L’attentat est dû à l’O.A.S.. Le 8 février 1962 : une manifestation anti-O.A.S. à Paris, organisée par le parti communiste et six syndicats fera l’objet d’affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre, suite auxquels huit personnes sont tuées à la station de métro Charonne, alors que trois cents cinquante-six autres sont blessées. A la suite de ces graves incidents, certaines personnes affirmeront que les forces de police avaient été infiltrées par des agents de l’O.A.S. soucieux de provoquer des incidents susceptibles de déstabiliser l’Etat. 12 février Château Joubert commande l’OAS, le 22 février 1962 un autre holdup de 13 millions de frs , à la compagnie algérienne à Bab El Oued  de l’accord Franco-FLN par les membres d’un commando de l’OAS Echo d’Alger du 25 et 26 février 1962.Le 15 février 1962, des agents spéciaux français de la Mission C, appelés aussi les « barbouzes », abattent trois membres du Commando Delta . Le 24  sera marquée par une journée sanglante qui fera 20 victimes entre   musulmans et européens, œuvre toujours de l’OAS. Au mois de Février 1962 : Une voiture, avec à son bord, quatre agents spéciaux français de la Mission C, est mitraillée à Alger par des membres du Commando Delta. Les quatre hommes sont tués. Ce même mois, le Commando Delta assassine un pharmacien d’Alger, celui-ci protégeant son préparateur, un musulman, contre les menaces de l’O.A.S. qui avait décrété que tous les préparateurs en pharmacie musulmans étaient des agents du F.L.N. Suivant un raisonnement du même ordre envers les facteurs musulmans, le Commando Delta tue également cinq d’entre eux. Enfin, dans le Douar, le Commando Delta fait sauter un camion piégé contre des musulmans et ouvre ensuite le feu le feu sur les survivants. Le 15 Mars 1962, un commando delta de l’O.A.S. assassin : Marcel Basset,Robert Eymard, Mouloud Feraoun, Ali Hammoutene , Max Marchand Salah Ould Aoudia. Tous des inspecteurs de l’éducation nationale, réunis ce 15 mars 1962, trois jours avant la signature des accords d’Evian, à Château-Royal dans le quartier d’El Biar, près d’Alger. Parmi eux, Max Marchand, leur responsable, un Normand passionné d’Algérie, et Mouloud Feraoun, l’écrivain kabyle. Ils dirigeaient des centres sociaux lancés en 1955 par Germaine Tillion, où l’on crut jusqu’au bout à l’alphabétisation et à la formation professionnelle des jeunes et des adultes pour apprendre, enfin, à vivre ensemble un peu moins mal. Un commando Delta de tueurs de l’OAS, commandé par l’ex-lieutenant Degueldre, les arrosa  à l’arme automatique, ce jour-là, comme des chiens, dos au mur. Le 19 mars 1962, émission pirate de l’OAS grève générale à Alger et Oran 20 mars Tract de Salan interdisant aux cadres de l’armée d’obéir. 25 mars 1962 Arrestation de Jouhaud l’un des chefs OAS à Bab El Oued  Journal d’Alger  du 26 mars 1962 .  L’armée tire sur les pieds noirs qui manifestaient sur la rue d’Isly le bilan sera de 46 mort et 150 blessés  journal du 29 mars 1962. Le 29 mars 1962 l’OAS veut organiser le maquis dans l’Ouarsenis.  7 avril 1962 arrestation de Degueldre . Le 13 avril 1962, Jouhaud est condamné à Mort. le 20 avril 1962 arrestation de Salan à la 23 rue Desfontaines à Alger.  13 mai 1962 L’O.A.S. fait exploser quatre bombes, à Paris, blessant dix personnes. 19 mai 1962  L’O.A.S. commet dix-neuf plasticages à Alger. 31 mai 1962 : Le Commando Delta de l’O.A.S. assassine, rue du Docteur-Trolard à Paris, le commissaire de police Gavoury. L’un des trois assassins a été identifié comme étant Bobby Dovecar, un ancien légionnaire, réputé pour avoir perpétré de nombreux meurtres pour le compte de l’O.A.S. 3 juin 1962 Godard Organise l’OAS mais échoue. 13 juin 1962  L’O.A.S. commet un plasticage dans le centre d’Alger. 16 juin 1962  Une bombe placée par l’O.A.S. contre l’habitation de l’Ambassadeur de France aux Etats-Unis explose et fait cinq blessés. 19 juin 1962  L’O.A.S. fait exploser une bombe contre les bureaux du périodique Afrique Action en Tunisie. 28 juin Degueldre est condamné à mort, le 22 août 1962 attentat du petit Clamart, 17 septembre 1962 arrestation du colonel Bastien Thiry qui sera exécuté le 11 mars 1963. Roger Degueldre, chef des commandos « Delta », avait avec l’accord de l’état-major de l’OAS en la personne de Jean-Jacques Susini, décidé d’éliminer le responsable de la lutte contre les menées subversives en Algérie.
Il avait confié la mission de cet assassinat à Albert Dovecar et Claude Piegts. Tous trois ont été par la suite condamnés à mort par la justice française et fusillés  le 7 juin 1962, Degueldre le 6 juillet 1962.
Benyahia Aek
Mercredi 30 Novembre 2011
Arrêt Sur Mémoire

 

Source :
http://www.reflexiondz.net

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...