RSS

Assassinat de Mohamed Boudiaf : La version officielle remise en cause

24 juillet 2012

Mohamed Boudiaf

Assassinat de Mohamed Boudiaf : La version officielle remise en cause dans Mohamed Boudiaf Mohamed-Boudiaf-300x224

le 28.06.12 | 10h00

«Bien que la commission d’enquête officielle ait conclu que le président Boudiaf a été victime d’un complot politique, le tribunal optera pour l’acte isolé», avait relevé Mahfoudh Bennoune.

L’assassinat de Mohamed Boudiaf soulève toujours des interrogations. 20 ans après. D’abord c’est son épouse, Madame Fatiha Boudiaf, qui, dans une émission diffusée par la chaîne satellitaire qatarie Al jazzera, «Ziara khassa», «visite particulière», en 2010, remet totalement en cause l’identité de l’assassin, Mbarek Boumaârafi, qui a pourtant reconnu avoir été l’auteur du crime, et été condamné à perpétuité par la justice algérienne. Elle affirme même avoir en sa possession une cassette vidéo qui le démontre. Selon elle, «le tireur embusqué derrière le rideau de la salle des conférences du centre culturel de Annaba avait une corpulence qui n’est pas celle de Boumaarafi». Mme Boudiaf dit même que la personne en question a été tuée, car il y avait un deuxième corps gisant sur le sol.
Deux ans après la déclaration de Madame Boudiaf, son fils Nacer déclenche une campagne pour réclamer la vérité sur l’assassinat de son père. Une pétition alors est lancée.

Le texte bénéficiera d’une large diffusion dans les journaux et sur le web. Il y est écrit et signé Nacer Boudiaf : «Vous qui voulez la vérité sur l’assassinat de feu le président Boudiaf et les circonstances qui ont conduit à son lâche assassinat avec des dizaines de balles dans le dos à un âge ayant dépassé les soixante dix ans, j’ai décidé aujourd’hui la publication de cette pétition et de la soumettre à la signature de celui et celle qui aspire à mettre fin à l’injustice à la dictature et l’écoulement du sang des innocents.» Le fils de feu Boudiaf ne s’engageait que «deux mois après» son lancement, il la remettrait «à Monsieur le président de la République et à Monsieur le chef du département du renseignement et de la sécurité, pour leur demander la réouverture du dossier de l’assassinat du président du Haut comité d’Etat (HCE), devant des magistrats intègres». Plus récemment, et à l’occasion de la commémoration du 20e anniversaire de son retour au pays en janvier dernier, Nacer Boudiaf interpelle, dans une tribune publiée dans la presse, «toutes les consciences et particulièrement Messieurs Ali Haroun (membre du HCE), Ahmed Djebar (ministre de l’Enseignement supérieur) et Khaled Nezzar (membre du HCE) ». «Ces trois personnalités ont été très proches de Boudiaf pendant sa mission à la tête de l’Etat».

Selon lui, «Ils ont joué un rôle fondamental dans son retour en Algérie». «De par la position qu’occupait chacun de ces messieurs, au moment de «l’acte isolé», dit-il, soit ils étaient en position de connaître ses bourreaux, soit en position de ne pas les connaître». «S’ils ne les connaissent pas, de qui ont-ils peur pour demander la réouverture du dossier et de l’enquête. S’ils se taisent et donc connaissent les bourreaux, alors ils deviennent eux-mêmes bourreaux, et donc pas respectables». «Boudiaf était-il aussi fort physiquement pour nécessiter toute une rafale alors qu’eu égard à son âge et sa santé précaire, une seule balle aurait suffit», souligne Nacer Boudiaf avant de poursuivre sa complainte. «C’est là où se situe le problème, votre problème», pense-t-il en expliquant : «En fait, une seule balle était destinée au président du Haut comité d’Etat qui commençait à déranger le système». Sur un ton de dérision il a ajouté : «Alors tout le reste des balles du chargeur, voire des chargeurs, n’était pas destiné à la victime de ‘‘l’acte isolé’’ mais à toute personne qui s’imaginait facile de toucher là où Boudiaf a mis le doigt et a commencé à faire mal au système».

Nacer Boudiaf aurait voulu que «le ministre de l’Intérieur de l’époque, feu Larbi Belkheir et d’autres responsables de la Sécurité de l’Etat, qui ne sont plus de ce monde, soient aujourd’hui à vos côtés pour répondre à cet adage». «Mais ils sont là où aucune pétition ne peut les sauver, ni les soustraire à la justice divine. Avec la justice divine, il n’y a ni faux procès ni ‘‘acte isolé’’» assène le fils de feu Mohamed Boudiaf qui semble de plus en plus douter de la version d’un assassin solitaire mue par son fanatisme religieux.
Mais avant que la famille du défunt président du HCE ne relance la question de son assassinat, d’autres avaient douté de la véracité officielle de cette liquidation unique dans les annales des assassinats politiques.
En 1998, c’est le défunt professeur anthropologue et historien, Mahfoudh Bennoune, qui pose l’interrogation en ces termes : «Pourquoi Boudiaf a-t-il été assassiné ? »
Dans sa réponse, il confond la décision de la justice qui avait conclu à l’acte isolé et les conclusions de la commission d’enquête sur l’assassinat de feu Boudiaf. «Bien que la commission d’enquête officiel ait conclu que le président Boudiaf a été victime d’un complot politique, le tribunal optera pour l’ acte isolé», avait relevé Mahfoudh Bennoune. 

Said Rabia

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...