RSS

Néo-stakhanovisme ? Par Kader Bakou

22 juillet 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir
Néo-stakhanovisme ? 

Par Kader Bakou
Cassons un tabou et parlons de travail au mois de Ramadan. Etes-vous un stakhanoviste ? Dans l’ex-URSS, le stakhanovisme était une campagne faisant l’apologie d’un type de travailleur très productif et dévoué à son travail. Par extension, on appelle stakhanovisme tout ce qui est fait pour accroître la productivité du travailleur au-delà de la moyenne et l’inciter à adhérer aux objectifs d’augmentation de la production.
Le mot «stakhanoviste» peut aussi désigner un travailleur acharné ou une personne très efficace, volontaire et abattant une quantité de travail hors normes. «Dans une des usines que nous visitons, qui fonctionne à merveille (…), on me présente un stakhanoviste, dont j’avais vu le portrait énorme affiché sur le mur. Il est parvenu, me dit-on, à faire en cinq heures le travail de huit jours (…). Je me hasarde à demander si cela ne revient pas à dire que, d’abord, il mettait huit jours à faire le travail de cinq heures ?» écrit André Gide dans Retour de l’URSS, I936). Les termes «stakhanovisme» et «stakhanoviste» proviennent du nom du mineur soviétique Alekseï Stakhanov qui, dans la nuit du 30 au 31 août 1935, aurait extrait 102 tonnes de charbon en six heures, soit environ quatorze fois le quota demandé à chaque mineur. Mais ce «record» aurait été décidé par le gouvernement soviétique sous Joseph Staline pour servir de modèle aux autres salariés, pour qu’ils travaillent plus et si possible qu’ils dépassent les cadences et les quotas de travail. Le stakhanovisme s’inscrit dans une politique visant à accroître la productivité par un contrôle plus sévère des travailleurs. Cette campagne fut ensuite utilisée à l’extérieur pour «démontrer» l’adhésion des travailleurs au socialisme, les capacités de l’«Homme Nouveau» et les extraordinaires capacités productives du socialisme. Le stakhanovisme servit ainsi d’incitation à l’amélioration des cadences et de la productivité. Mais, il était impopulaire même parmi la classe ouvrière. Aujourd’hui, en Occident (et ailleurs), on taxe de « stakhanoviste» celui qui «en fait trop», celui qui, par exemple, bosse plus que ses collègues de travail, déjà exploités par les patrons. Le cinéaste Abderrezak Hellal a dit un jour : «Nous ne sommes pas les stakhanovistes de l’audiovisuel.» Dans le langage populaire algérien, un stakhanoviste serait celui qui «rend plus chère la chorba» pour ses collègues… en plein Ramadan !
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/07/22/article.php?sid=136974&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...