RSS

HOMMAGE À TAHAR DJAOUT Un poète peut-il mourir ?

2 juin 2012

Non classé

Culture :

Le film-documentaire Un poète peut-il mourir ? Un hommage à l’écrivain et journaliste Tahar Djaout, assassiné en mai 1993 à Alger, sera «bientôt» diffusé par la Télévision algérienne, a appris l’APS lundi dernier auprès de son réalisateur établi à Paris.
«Le produit vient d’être accepté par la commission de visionnage de la télévision algérienne, dans ses deux versions originales : en tamazight avec un sous-titrage en français et en version arabe, qui viennent d’être réalisées », a indiqué le réalisateur, Abderrezak Larbi Cherif. Pour ce dernier, «tout concourt à dire que le film sera diffusé prochainement sur la télévision algérienne». «Cela permettra de mieux faire connaître l’universaliste qu’était Tahar Djaout et de rendre hommage à son œuvre éternelle», a ajouté le réalisateur, à l’issue de la diffusion en avant-première de son film en langue française. D’une durée de 80 minutes, le film-documentaire Un poète peut-il mourir ?retrace le cheminement, à la fois bouleversant et bouleversé, de celui qui fut le premier intellectuel victime du terrorisme en Algérie, il y a exactement dix-neuf ans. Tournée dans une première version en tamazight avec un sous-titrage en français, Amedyaz Uryetmetat est la deuxième œuvre filmique de Larbi Cherif. En 2010, le jeune réalisateur avait décroché l’Olivier d’or au Festival du film amazigh de Tizi-Ouzou avec son portrait Kamel Hamadi, l’art en fréquence, une réalisation également primée au Festival international de Marrakech (Maroc), en novembre dernier. A titre exceptionnel, son œuvre sur le défunt Djaout a été projetée, hors compétition, à l’ouverture du 11e Festival du film amazigh qui s’est tenu en mars 2011 à Azzefoun, ville natale du défunt écrivain. Elle était en compétition au 7e Festival international du film oriental de Genève (Fifog), organisé du 28 avril au 6 mai dans la ville suisse.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...