RSS

Aït Ahmed ou la dernière illusion par Kamel Daoud

2 juin 2012

Kamel Daoud

C’est l’info du jour, de la semaine, de la décennie et des 50 ans d’indépendance: le FFS s’en va. Tombe en miettes, se démembre, chasse ses militants, mange chez le régime. De partout dans le pays, les élites algériennes suivent le feuilleton avec consternation, curiosité aussi: comment a-t-on pu piéger le vieil homme aussi facilement, lui dont le parti a survécu à deux guerres, la prison, les complots, infiltrations et coups de «Services» ? Par quoi a-t-on pu attirer le bonhomme ? C’est que toute l’Algérie s’interroge non sur l’avenir du FFS, ni sur les déclarations de ses disgraciés, mais sur une seule chose: le deal. Supposé, imaginaire, réel ou pas, les Algériens supposent qu’il y a eu un Deal entre le Régime et son plus vieux opposant. Tout est alimentaire dans l’histoire nationale. Du coup, les grandes questions sans réponse: que peut-on promettre à Hocine Aït Ahmed pour qu’il accepte de jouer le jeu: une Omra ? Un pèlerinage ? Une villa avec 1.001 oliviers ? Une pension à vie avec effet rétrospectif à partir de 1954 ? La moitié de la Kabylie en lots de terrain ? Hamrouche comme Président ? On ne sait plus.

Brusquement, on comprend surtout qu’une époque est morte, celle où il y avait trois partis en Algérie: le régime, les partis du régime et le FFS. La dernière illusion est perdue et, pour certains, il faut tout refaire: fonder un nouveau parti, trouver une mère pour la faire accoucher d’un nouveau leader, etc. «Même Aït Ahmed !», soupire l’âme collective. Il ne reste donc rien que nous-mêmes, nos bras ballants et l’histoire nationale que l’on doit porter sur le dos ou en chewing-gum pour le cerveau. L’impact de la crise du FFS est immense en Algérie: pas seulement en Kabylie où on a voulu enfermer le vieux lion, mais ailleurs, de là où on regardait Aït Ahmed comme la preuve vivante que l’histoire nationale n’est pas une salissure, un repas, une compromission et la preuve qu’il était possible de faire la guerre de Libération, sans enlever la liberté des autres, ni leur argent, ni leur terre. Le symbole d’une vie nationale alternative à la rente et à la cupidité. Et voilà que ce mythe tombe à genoux et que le régime réussit à prendre la dernière citadelle, croit-on, dit-on, voit-on.

Que s’est-il passé ? Comment a-t-on pu FLNiser le FFS ? «Ce n’est pas important», dit l’âme collective. C’est seulement la preuve que ce régime est fort, que le fatalisme est une logique saine. Possible mais pas viable. C’est peut-être, surtout, une bonne chose: voir clore cette époque, cette cartographie politique paralysante héritée des années 60 et ces mythes de confort idéologique. Maintenant que le FFS a basculé, autant donc choisir: refaire l’histoire nationale seul, pour soi-même et ses enfants; ou accepter la soumission et la défaite, partir ou s’asseoir. Le FFS a prouvé que l’on peut rester longtemps debout, sans tomber. Il suffit de faire mieux, les hommes du régime et leurs gardiens seront tous morts d’ici là. Ainsi posée, l’équation permet de rêver le rêve de Aït Ahmed sur lequel il vient de baisser les yeux. Mais en attendant, c’est triste, vraiment: le slogan, parfait, du FFS était «Lève-toi et regarde». Il est à relire, désormais: «Assis et tais-toi». C’est vous dire qu’on est seuls. Sauf qu’on est beaucoup, qu’on est jeunes et qu’on n’a pas besoin d’historiques pour faire l’histoire.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...