RSS

SLIMANE AZEM, LE POÈTEDE YOUCEF NACIB Stigmates de l’exil

28 février 2012

Non classé

SLIMANE AZEM, LE POÈTEDE YOUCEF NACIB Stigmates de l’exil  Slimane-Azem-300x227Culture : En librairie

Cet ouvrage consacré à la vie ainsi qu’à l’œuvre de Slimane Azem, célèbre chanteur et poète kabyle, décédé le 28 janvier 1983 à Moissac (France), est fabuleux.
Youcef Nacib y retrace tout le parcours du poète : sa naissance le 19 septembre 1918 dans le village d’Agwni g-Geyran en Kabylie, son enfance, sa scolarité, ses premiers disques, son émigration et aussi son âme torturée de ne pas avoir pu revoir son pays. Sur l’envol de sa carrière, l’auteur écrit : «Au milieu de la décennie quarante, il compose A Muh a Muh qui connaît un succès immédiat dans l’émigration et en Algérie. Pathé Marconi lui grave son premier disque en 1948» (p.36). C’est en vedette que Slimane Azem revient en Algérie en 1950 «…Sa notoriété est faite. Les parents frères et sœurs du poète… achètent même les disques disponibles sur le marché pour les écouter joyeusement à l’aide d’un phonographe offert par Slimane. Celui-ci donne plusieurs galas au village et se produit dans les fêtes. En Kabylie, il est déjà une star… On le guette le mardi au marché des Ouadhias pour faire sa connaissance ou à tout le moins, le voir de près. Sa chéchia stamboul (le fès arboré le 1er mai 1938 à Longwy) et sa gentillesse naturelle s’ajoutent au talent du poète.» (P.37). L’auteur évoque l’exil de Slimane Azem au lendemain de l’indépendance et la souffrance endurée à cause de son déracinement. Il tente d’apporter une réponse au bannissement du poète de son pays : «Il est vrai qu’il a chanté dans les villages pour les harkis ou le fonds d’action sociale français, mais pas de sa propre initiative» (P.46). Et de poursuivre trois pages plus loin : «On s’interroge sur la mise à l’index du poète mais aucune explication officielle ne vient clarifier le cas. Seule la rumeur enfle les imaginations. A-t-il signé une pétition en faveur de l’Etat juif ? Jamais ce document n’a été exhibé…» (P.49). Sur des thématiques liées à la nostalgie, à l’identité, à la fuite du temps, aux inquiétudes spirituelles… les poèmes de Slimane Azem se déclinent en français et en berbère. L’interprète de Tamurt iw aazizen ou Effagh ay ajrad (criquet hors de ma terre, allusion à l’armée coloniale), a ce don de toucher nos cœurs et nos âmes au plus profond. Dans le poème Algérie, mon beau pays, l’enfant d’Agwni g-geyran écrivait Je t’aimerai jusqu’à la mort, loin de toi, moi je vieillis, rien n’empêche que je t’adore» (P. 181).
Sabrinal
Slimane Azem, le poètede Dr Youcef Nacib, 708 P. Editions Zyriab, 1000 DA

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/02/28/article.php?sid=130887&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...