RSS

BILLET Belkhadem et moi au Far West algérien.

28 février 2012

BILLET

BILLET  Belkhadem et moi au Far West algérien. dans BILLET didi-baracho

Par Didi Baracho

Mon dernier billet, qui revenait sur la création de Seddik Chihab, a suscité énormément de réactions. Figurez-vous qu’hier après midi, alors que je sifflais quelques bières avec H’mida Layachi et Anis Rahmani, les meilleurs d’entre nous que la presse mondiale nous envie, Abdelaziz Belkhadem, accompagné de trois gardes du corps en djellaba et lunettes de soleil, a poussé, sans ménagement les portes battantes du saloon et, devant tous le monde, m’a interpellé en ces termes : « Hé Didi ! Tu me cherches mon attestation d’ancien moudjahid ou quoi ? ».

Je lui ai alors rétorqué tout en gardant un œil sur les Men in barbe qui avaient la main sur leur flingue : « Qu’est ce qui se passe Azizou, tu ne dis plus Essalem Alikoum ! ».
Et là, celui qui voulut m’impressionner cracha le reste de son siwak, me fit un sourire en coin et avança de deux pas sous le craquement du vieux parquet. Je croyais qu’il comptait me défier en duel, mais il me lança : « Toi aussi tu crois que Seddik Chihab et Amara Benyounès sont plus importants que moi ? ». Je répondis calmement, mais sans me démonter : « Pas du tout Azizou ! Je pense juste qu’eux, ont toujours le soutien des généraux M. dit T. et T. dit B. alors que toi tu as été viré de la bande ». J’ai ajouté en le fixant droit dans les yeux : « L’armée mexicaine ne croit plus en toi ! »
Là, H’mida Layachi toucha sa canine gauche qui bougeait de plus en plus depuis quelques jours et Anis Rahmani caressa sa moustache de meunier mexicain originaire de Rio d’El-Arreridj. Tous les Indigènes présents au saloon retinrent leur souffle.
L’atmosphère était tendue et on sentait que la fusillade pouvait éclater d’un moment à l’autre. Belkhadem fronça les sourcils, ajusta sa calotte, se gratta d’abord la barbe, ensuite le derrière et me lança : « Pour ta franchise, j’offre une tournée générale ».
La musique qui s’était arrêtée repris de plus belle, les danseuses en niqab, poitrine galbée à l’air, firent leur entrée devant les regards amusés des gardes du corps qui, du coup, se relaxèrent et libérèrent leur djellaba qu’ils avaient accrochée à leur slip, comme pour mieux se préparer à une éventuelle algarade qui n’eut heureusement pas lieu. Anis Rahmani et H’mida Layachi qui avaient tous les deux retenus un pet purent enfin se lâcher et nous nous assîmes tous au comptoir pour boire à la santé du Far West algérien qui va de Tiaret à Oujda. Cela dit, j’ai promis à Belkhadem, que j’appelle habituellement Azizou, de lui consacrer le prochain billet. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !

 

didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...