RSS

Un air de 1978…

24 février 2012

Non classé

le 24.02.12 | 01h00

Une mort annoncée, vite démentie. Décidément, ce genre de nouvelle concernant une personnalité d’envergure nationale, telle que celle qui fut le premier président de la République algérienne démocratique et populaire, n’a rien de surprenant tant l’opacité du système qui nous régit tous depuis l’indépendance est immense. D’autant que l’anniversaire du 24 février 1971 ne doit pas être gâché.Rappelons-nous le cas de celui qui avait présidé aux destinées de l’Algérie du 19 juin 1965 au 27 décembre 1978, le tombeur de Ben Bella, Houari Boumediène. Sa mort, comme sa maladie, sont restées tellement secrètes qu’il fallait bien trouver un subterfuge pour pouvoir l’annoncer au peuple. Sous d’autres cieux, une telle nouvelle serait passée comme telle au titre d’une actualité. Rappelons-nous cette fin d’année 1978. Officiellement, la mort du président du Conseil de la Révolution de 1965 à 1977, puis à partir de 1977, président de la République, est annoncée le 27 décembre. Auparavant, il était difficile, pour les décideurs, de se faire à l’idée de l’après-Boumediène.

Le dilemme était immense d’autant que la course à la succession allait se faire sentir entre deux prétendants, Abdelaziz Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangères, et Mohamed Salah Yahiaoui, patron du FLN. Cependant, Boumediène était mort cliniquement avant le 27 décembre, puisqu’il était dans le coma, victime officiellement de la maladie de Waldenström, une infection rare du sang, découverte par un chercheur suédois qui lui a donné son nom. Malade, Boumediène l’était depuis un voyage en Syrie en septembre de la même année. Il se plaignait de maux de tête récurrents. Pour beaucoup, il aurait été victime d’un empoisonnement par le Mossad, via le flash d’un appareil photo. Avec son état de santé qui ne s’améliorait pas, décision fut prise de le transporter jusqu’à Moscou pour des soins plus intensifs.

L’Union soviétique est alors préférée à la France ou même à la Suisse pour des raisons d’ordre idéologique, bien évidemment, mais aussi parce que la discrétion y est de mise. Bien peu savent réellement les causes de cet ultime voyage du président à l’étranger. Les Algériens, eux, ignorent tout de la maladie encore que la nouvelle arrive, d’une façon diplomatique, par la bouche de Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangères, lors d’une visite à Baghdad : «Le Président a éprouvé le besoin de prendre du repos car il était complètement exténué.» Le retour s’effectue à Alger le 14 novembre, mais le 18, Boumediène plonge dans le coma. L’opacité totale est de mise dans l’hôpital Mustapha, comme ses derniers jours à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja. Peu de nouvelles sortent. Toute une équipe médicale internationale est installée.

En même temps des réunions secrètes se tiennent, auxquelles assistent les membres du Conseil de la Révolution, dont un certain Chadli Bendjedid. Le 24 novembre, Boumediène sort du coma. Petite lueur d’espoir, vite éteinte quatre jours après. Il ne se réveillera plus. Comme l’a avoué Jan Gosta Waldenström, le médecin chef de l’hôpital de Malmö, à Bouteflika : «Il n’y a rien à faire.» Boumediène rend l’âme le 27 décembre à 3h55 du matin. Les Algériens l’apprennent avec consternation, pour beaucoup. Peu connaissaient les circonstances exactes de la disparition de l’homme du 19 Juin. Peu de transparence donc, comme en ce mois de février 2012, concernant le «tombeur» du GPRA.

Noël Boussaha

© El Watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...