RSS

Belaïd Abane. Auteur : Bennabi, était un intellectuel sans attaches avec le mouvement national

24 février 2012

Non classé

Belaïd Abane. Auteur : Bennabi, était un intellectuel sans attaches avec le mouvement national bennabi-240x300le 24.02.12 | 01h00

-Comment un autodidacte comme Malek Bennabi, sans formation politique, est-il devenu le gourou de certains hommes politiques algériens ?

Toute une frange de l’islamisme politique, qui a toujours refusé d’adopter l’islamisme radical, s’est portée sur ses théories fumantes parce qu’il était francophone et qu’il représentait un islamisme soft. C’est pour cela que dans les années 1980, certains leaders politiques comme Noureddine Boukrouh (fondateur de PRA, Parti du renouveau algérien) se sont ouvertement réclamé de sa pensée. Bennabi a toujours joui d’une sorte d’aura. Certains étaient persuadés de la portée de sa vision et de sa pensée, notamment sur la société musulmane.  

-Mais dans votre livre, il est dépeint comme un opportuniste voulant se construire un destin…

Effectivement, c’est ce que j’écris. Bennabi a tout fait pour monter dans le train de l’histoire algérienne, mais les responsables de l’époque n’en voulaient pas. Il leur avait paru suspect. Bennabi était persuadé d’avoir un grand destin. D’ailleurs, contrairement aux authentiques intellectuels engagés, Bennabi était un intellectuel sans attache avec le Mouvement national. Il a toujours préféré s’épuiser à fustiger hargneusement ses frères, qu’il traitait par dérision de «zaïmillons» et d’«intellectomanes». En réalité, Bennabi est resté trop longtemps en dehors du jeu et a préféré, pour se faire remarquer, l’invective rageuse.

-Comment expliquez-vous la haine que Bennabi avait à l’encontre de Abane Ramdane ?

C’est la réaction d’un homme aigri à qui l’on a refusé de jouer un rôle majeur lors de la Révolution algérienne et qui, pour se venger, s’en est pris à Abane. En réalité, Malek Bennabi a d’abord reproché au docteur Lamine Debaghine, chef de la Délégation extérieure du FLN au Caire, d’avoir refusé ses services. Il lui vouera une rancune et une aversion tenaces. Après cela, il s’est attaqué à Abane car c’était lui qui avait dépêché Lamine Debaghine au Caire pour chapeauter les délégués extérieurs. 

-Que reste-t-il de la pensée de Bennabi ?

Je ne saurais dire. A son retour en Algérie après l’indépendance, il n’a pas eu les honneurs qu’il imaginait mériter. On l’a casé d’abord comme recteur de l’Université d’Alger puis comme directeur de l’enseignement supérieur, jusqu’à son limogeage en 1967 par Ahmed Taleb El Ibrahimi. Malek Bennabi est mort dans une indifférence générale et totale, le 31 octobre 1973, à l’âge de 68 ans.

Salim Mesbah

© El Watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...