RSS

Plus de 1.100 victimes civiles algériennes de l’OAS à Oran

23 février 2012

Colonisation

Par Le Matin DZ | 

Plus de 1.100 victimes civiles algériennes de l’OAS à Oran dans Colonisation Inscription propagandiste de l’organisation criminelle des ultras en Algérie.

La sinistre Organisation armée secrète (OAS) a fait, entre 1961 et 1962 à Oran, plus de 1.100 victimes civiles algériennes, a affirmé l’historien Sadek Benkada.

 

S’appuyant sur une étude sur les victimes de cette organisation terroriste dans la ville d’Oran, entamée en 2002 et non encore achevée, Sadek Benkada a précisé qu’il est « difficile de déterminer le nombre exact des victimes des crimes commis par l’OAS », ajoutant que plusieurs de ces victimes « n’ont pas été inscrites sur les registres de décès de l’état civil. La non-inscription des victimes de l’OAS résulte de plusieurs facteurs », a affirmé cet historien dans une conférence intitulée « Villes et massacres collectifs : le cas d’Oran 1961-1962« , organisée par le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC). « Dans certains cas, on enterrait les victimes dans l’urgence, sans recourir à l’état civil, dans d’autres, les victimes étaient méconnaissables, le lynchage étant l’une des méthodes d’exécution de l’OAS », a-t-il expliqué, ajoutant que dans certains cas, les assassins de l’OAS tuent et enterrent leurs victimes.

Lors de la période post-indépendance du pays (1963-1964), a ajouté M. Benkada, plusieurs nouveaux locataires de maisons coloniales avaient découvert des ossements humains dans les caves et les jardins.

« Une grande majorité des victimes des massacres des routes perpétrés par de faux officiers de l’armée française, érigeant des faux barrage sur la route reliant Oran et Tlemcen, n’a pas été inscrite sur les registres », de l’état civil, a-t-il en outre révélé.

Des appelés victimes de l’OAS

Le conférencier a, par ailleurs, souligné que les Algériens n’étaient pas la seule cible de l’OAS, indiquant que « des appelés de l’armée française et des officiers français engagés dans la lutte anti-OAS, ont été également la cible des exactions de la sinistre armée terroriste ».

Oran est l’une des villes algériennes où les opérations de l’OAS « furent les plus sanglantes ayant laissé la région dans un état apocalyptique l’été 1962″, a-t-il encore soutenu. 

« L’étude sur la victimologie de guerre dans la ville d’Oran puise sa matière dans plusieurs matériaux mémoriels, dont les registres de décès de l’état civil algérien et européen, les archives des pompes funèbres, la liste des inhumations, ainsi que des registres de réquisition des autorités militaires, médicales et policières », a indiqué l’historien Benkada.

Medjadji H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...