RSS

Mehdi Sayed, ma vie de clandestin en France

23 février 2012

1.LECTURE

Par Le Matin DZ | 11/02/2012 


Mehdi Sayed, ma vie de clandestin en France dans 1.LECTURE La couverture du livre

« Ma vie de clandestin en France » est un livre-confession. Une histoire vraie. L’histoire de Mehdi, le harrag tunisien qui a passé 17 ans d’errance en France.

La France d’en dessous, celle des bas-fonds, celle que personne n’évoque, celle qu’on préfère ignorer, Mehdi Sayed (*) connaît très bien. Il y est entré clandestinement à 14 ans pour y vivoter, patauger pendant 17 ans. Des années marquées par la drogue, la violence brute, les courses-poursuites avec la police. 

Ce livre-témoignage décrit crument la vie des clandestins et interroge sur les frustrations de ces milliers de jeunes Africains jetés sur les routes à la recherche d’un improbable rêve. « Je rêve de ne plus rêver« , confie Mehdi dans ce livre écrit avec Virginie Lydie.

En Tunisie, Mehdi a connu d’inavouables traumatismes. La perte de  sa sœur, Malik, son cousin, tué en pêchant à l’explosif, puis l’impensable : séquestré avec un ami pendant plusieurs jours, Mehdi a subi les assauts bestiaux d’une meute d’hommes. L’adolescent décide de mettre les voiles pour la France. Mais là aussi, indésirable, sans papiers, il sera expulsé plusieurs fois. Il revient  toujours. Il  fait des petits boulots. Il connut l’exploitation dans des chantiers, la drogue. Sans papiers, il passe par la case prison, le  centre de rétention et l’expulsion en août 2009.

Par un de ces paradoxes que seuls les harrag comprennent, Mehdi a préféré la prison en France à son pays, la Tunisie. Endurci par la vie, tête brûlée mais fragile, Mehdi a fui sa Tunisie natale, son enfance brisée à la recherche d’un ailleurs plus clément. Mais qu’a-t-il rencontré ? La vie d’un damné.

Ma vie de clandestin en France est un récit de vie dans toute sa cruauté. Car ici de clémence, il n’y en a point. La vie de Mehdi est un combat permanent. Rares ceux qui pourraient tenir devant autant de difficultés. Mehdi n’a pas désespéré devant les coups du sort. Car il a fait des rencontres fabuleuses. Comme celle de Virginie, la journaliste qui l’a aidé à écrire sa vie, le militant de lutte pour les sans papiers. Voire des policiers compréhensifs.

Sans prétention ce livre est un document intéressant écrit au plus près de la douleur de l’exil par un homme revenu de l’enfer des harraga.

Kassia G.-A.

(*) Mehdi Sayed est un pseudonyme

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...