RSS

Clic et clac par El-Guellil Clic et clac par El-Guellil

19 février 2012

Chroniques

Il a fait des pieds et des mains pour avoir son visa, qu’il n’a pas obtenu malgré les hébergements et les entourloupettes. Il a tenté tous les consulats, rien de rien. Il finit par lui envoyer un mail lui fixant rendez-vous à Tunis. Chose faite. Ils ont pu se voir enfin. Elle qui a 45 ans née dans un pays déshenguenisé, et lui 25 ans dans un pays sans shène ni guène.     Après le séjour, c’est la séparation. Il est chez lui. Elle doit le rejoindre pour célébrer le mariage felbled. «C’est ma seule chance, bouya, pour me sauver de la miziriya». Clic et clac par El-Guellil   Clic et clac par El-Guellil    dans Chroniques trans

L’union se concrétisera-t-elle? Pourra-t-il la rejoindre là-bas et faire ses papiers? Un exemple entre autres. Mais ce sont des milliers de nos jeunes qui rencontrent et croisent des âmes soeurs sur le boulevard Internet qui commence à devenir aussi bouché et encombré que les artères d’Oran depuis qu’on a décidé du tramway. A chaque génération ses folies. L’ère est aux rencontres numériques. 

Sur la Toile se tissent des relations amicales (ou plus si affinités), se faisant dans l’ignorance totale de l’aspect extérieur de l’interlocuteur et fomentée par des multiples réseaux mondiaux. Bekri, on disait «ochq taqa ma yetlaqaÿ», ce qu’on pourrait traduire par les amours de la fenêtre ne se concrétisent jamais. 

C’est à travers des fenêtres que des portails s’ouvrent et des coeurs palpitent. Le dicton bien connu «loin des yeux, loin du coeur» n’est plus trop vrai. El-Hob numérique est facile à obtenir car faisant fi de ces éternels préjugés fondés sur l’apparence. 

Mais il est aussi très facile de s’en débarrasser. Le numérique nous permet de ne pas être affectés d’une relation qu’on n’apprécie plus. Une simple absence de réponse à ses envois «fini frête» 

Est-ce le fait de se sentir apprécié loin de chez soi qui pousse nos jeunes à cette pratique, ou est-ce une nouvelle génération de harraga numériques? Ma «insauciologie» ne me permet pas d’aller plus loin.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...