RSS

Le Rouge-gorge et la JSK.

18 février 2012

BILLET

BILLET

Détails
Publié le Vendredi, 17 Février 2012 15:52
Écrit par Didi Baracho
Le Rouge-gorge et la JSK. dans BILLET didi%20baracho_200_200

Par Didi Baracho

Ne vous ai-je jamais dit que j’aimais le football ? Voilà une chose de faite. Malgré ma relation intime avec le divin breuvage, je ne cache pas que j’ai toujours eu le sport roi comme autre passion.

Oui, mais c’était à l’époque où le Mouloudia d’Alger était encore le Mouloudia, c’était du temps de Lalmas au CRB, du grand USMA, éternel finaliste de la coupe d’Algérie. C’était quand la JSK s’imposait comme la grande équipe de Kabylie, juste avant que Boumediène ne décide de l’amputer de sa référence kabyle pour l’affubler d’un « Kawakibi » comme pour mieux signifier probablement un lien tout juste satellitaire entre ce club, la région qu’il représente et le reste du pays. Mais bon, l’ex-maître à penser de Bouteflika, dit-on, aimait l’huile d’olive. 
Ayant passé l’après-midi d’hier dans un bar kabyle, j’ai appris, de la bouche de quelques supporters de la JSK, que les généraux M. dit T. et T. dit B. étaient, eux aussi, de grands fans des canaris et notamment de leur président : le rouge gorge, Mohand Cherif Hannachi. Ces Indigènes, inconditionnels du club, ne comprenaient pas pourquoi le président refuse de passer la main.
Il m’a fallu deux heures et cinq cageots de bières pour leur expliquer la situation. Premièrement, toute personne sensée doit comprendre que les présidents sont indéboulonnables surtout s’ils ont le soutien des généraux M. dit T. et T. dit B. Deuxièmement, il n’est pas admissible de demander à un président de partir. Ce serait contraire aux lois du travail. Hannachi, comme tout président qui se respecte, a signé un contrat à durée indéterminée. Troisièmement, un président ne doit jamais être jugé sur son bilan, mais sur sa capacité à faire main basse sur ce qu’il préside. Il faut donc reconnaître que le président répond aux trois critères. 
Que reste-t-il aux supporters de la JSK ? Prendre la mer et aller clandestinement en Espagne, se transformer en supporters du Barça, sinon s’immoler collectivement dans les gradins, sans garantie de résultat, ou alors orienter la parabole vers les chaînes étrangères et découvrir que le président syrien est pire que Hannachi même si ce dernier n’en pense pas moins. Alors oui Ulac Smah Ulac. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !

 

didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...