RSS

BILLET L’amour est roi.

18 février 2012

BILLET

Détails
Publié le Mercredi, 15 Février 2012 13:59
Écrit par Super User
BILLET  L'amour est roi. dans BILLET didi%20baracho_200_200

Par Didi Baracho

J’avais promis à Tata Maracho, ma copine de toujours, une sortie pour fêter Sidi Ballantine’s, selon la bonne tradition instaurée par Belkhadem et Soltani. Je suis donc parti la récupérer en début d’après midi après avoir sifflé quelques bières en guise d’apéritif. Évidemment, j’ai fait en sorte de la retrouver à 3 kilomètres de son quartier afin de ne pas éveiller latrans dans BILLETcuriosité de ses frères et celle de ses voisins. Elle est arrivée à l’heure. Je sentis mon cœur battre la chamade. Souriante, montrant la belle dent en or que je lui avais offerte à son anniversaire, elle me lança, de sa voix caverneuse, un « Saha Djarri ». Telle une diva sous son hidjeb violet, sa silhouette entassée en forme d’une bouteille de gaz mit en valeur cette beauté rare qu’on n’apprécie qu’en temps de pénuries. Elle portait merveilleusement bien ses 110 kilos et son sac simili cuir lui donnait l’air d’une bourgeoise désargentée. En la retrouvant, j’ai oublié tous mes soucis. Le chagrin créé par la disparition du général Lamari devenait un vague souvenir. Même Gaïd Salah ou encore les généraux M. dit T. et T. dit B. ne pesaient plus rien devant ma muse.
Nous décidâmes d’aller nous balader du côté de Houbel. Nos discussions étaient passionnantes. Tata Maracho n’est pas comme ces filles d’Indigènes qui, à peine pénétré par l’amour, te demandent de les épouser. Elle est quasiment de la génération de Bouteflika. À 69 ans, ce qui l’intéresse : c’est la religion et les saveurs de la vie. Ne ratant jamais une prière du vendredi, elle est, en revanche, à cheval entre El Cheïkh Al Karadhaoui et le Cheb Bilal. Elle peut ingurgiter trois bouteilles de vin, mais en même temps rester elle-même ne quittant jamais son voile, y compris lors de nos rencontres les plus intimes. Sa manière à elle de sortir couverte. 
Ayant parlé des derniers tubes en vogue à Saïda et à Relizane, nous avons eu envie de passer l’après-midi au cabaret Hiziya. Nous sommes descendus tranquillement la main dans la main, pressés de danser jusqu’à l’aube. En chemin, je lui ai donné son cadeau : un string importé d’Arabie Saoudite par un ami barbu lors de sa dernière Omra. À ce propos, je ne sais pas pourquoi le videur du cabaret nous a appelé El Hadj et El Hadja alors que nous n’avons jamais eu le privilège de faire le pèlerinage. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !
didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...