RSS

BILLET Krim s’est suicidé !

18 février 2012

BILLET

Détails
Publié le Dimanche, 12 Février 2012 00:00
Écrit par Didi Baracho

Par Didi Baracho

J’ai appris, par le plus grand des hasards, qu’un film historique visant à raconter le parcours de Krim Belkacem, surnommé « le lion des djebels », a été tout bonnement censuré par notre ministère du mercenariat et de la mémoire collective défaillante, officiellement désigné « ministère des Moudjahidines ». Nos vieux sages ont jugé que l’histoire du bonhomme ne devait pas être connue des Indigènes.

Emmené par ma curiosité maladive, j’ai décidé de connaître les raisons de ce veto. Par conséquent, j’ai appelé un copain que je rencontre parfois dans l’un de mes bistrots clandestins préférés. Cet ami n’est pas n’importe quel ami. Il est officier à la Sécurité Militaire. Mais chuuuut ! Personne n’est au courant. Je me suis dit comme les membres de cette honorable institution sont désormais beaucoup plus loquace que par le passé, il ne manquera pas de me révéler les raisons de cette censure qui, peut-être, n’en est pas une.
C’est ainsi que nous nous sommes vus autour de quelques bonnes bouteilles de vin rouge. Très vite, mon copain espion m’a dit que les généraux M. dit T. et T. dit B. ne devaient surtout pas avoir connaissance du contenu de notre discussion. J’ai vite compris qu’il allait me faire de graves révélations. En quelques phrases, mon interlocuteur me résuma la situation avec des arguments imparables. 
Contrairement aux racontars d’ivrognes, Krim Belkacem n’a jamais été assassiné par des hommes de la SM. Il s’est suicidé accidentellement, dans un hôtel en Allemagne, en nouant trop fort sa cravate. Et là j’appris que le « lion des djebels », négociateur à Évian, ne savait pas faire un nœud de cravate.  En fait, si le ministère du mercenariat et de la mémoire collective défaillante a empêché le tournage de ce film, c’est pour que le scandale n’éclate jamais. Un héros de la révolution qui ne sait pas nouer sa cravate, c’est quand même grave. Non ? Heureusement qu’on apprend très tôt aux militaires et aux membres de la « famille révolutionnaire » à faire correctement un nœud de cravate. Sinon, en ce qui me concerne, je ne mets que des Tee Shirt. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes ! 

 

didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...