RSS

À minuit comme le fantôme de l’opéra IL EST ARRIVE DIMANCHE SOIR EN RASANT LES MURS

17 février 2012

M. MOHAMMEDI

Liberté : 09 – 10 – 2008

Avec une petite graine de fantaisie pour ce 21 septembre : un léger crachin à la sortie des Tarawih. C’est bon pour la ville, pour ses murs, pour le bitume gélatineux de la rue de la Bastille et ses cageots brûlants. L’automne s’installe à Oran pour ceux qui ne l’auront pas remarqué. Il prend ses quartiers jusqu’à l’an neuf.
Finies les vacances et la dolce canicule… On passe à plus chaud, à plus speed.
Après les beklaouas glamour et des kalbelouz au miel qui ont survitalisé leur taux d’insuline, les Oranais descendent peu à peu de leur nuage rose et amorcent un atterrissage d’urgence. À la cité Lescure, l’eau n’est pas montée aux étages pendant dix jours.
Les locataires sont fourbus à force de grimper et de descendre un jerrycan dans chaque main. Ils en ont ras-le-bol. Ras la casquette. Ras le tarbouche. Quand ce n’est pas l’eau, c’est l’ascenseur qui fait des siennes et quand ce n’est pas l’ascenseur, c’est la chaussée qui vomit ses crevasses à chaque fois que son goudron est surchauffé. Et à force de pression, certains abcès ont fini par éclater. Au siège de la Casoran, littéralement assiégé par une foule aphone à force de s’égosiller, 2 000 pères et mères de famille en colère réclament leur 2 000 DA de prime de scolarité. La rumeur a fait croire à ces malheureux que le directeur en détenait les coffres. À la gare routière des Castors qui tient du souk hebdomadaire et du meeting populaire, la pagaille est telle que le citoyen de base, le citoyen lambda ne sait jamais qui est qui et qui pilote quoi, qui va ou/et qui pilote quoi.
Bref, une joyeuse anarchie qui gère un parc de plus de 300 taxis, toutes directions confondues, en plus d’une centaine de clients et quelques chiens en rupture de laisse. C’est, paraît-il, la nouvelle réorganisation que des cerveaux lumineux ont pondue pour faciliter la circulation intra-muros. Pour l’instant, ce sont des chiens errants ou en liberté provisoire qui occupent l’actualité de la cité.
Près de 900 citoyens ont été gratuitement mordus par ces molosses au cours de l’été 2008.
MOHAMMEDI MUSTAPHA 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...