RSS

ARKOUN : L’IMPENSABLE PENSEE D’UN PENSEUR par Mohammed Guétarni*

16 février 2012

Contributions

Mohammed Arkoun nous a définitivement quittés. Sa disparition tragique a laissé un vide abyssal dans la sphère intellectuelle musulmane qu’il n’est pas aisé de combler. Le monde de la recherche en islamologie se voit, à partir du 14 septembre 2010, orphelin d’un penseur doublé de philosophe dont le travail est fondé sur des bases essentiellement scientifiques.

Sa pensée est une révolution dans «la pensée religieuse» qui, habituellement, se confine dans une foi plutôt fidéiste que cartésienne. Il est parti un peu tôt, c’est-à-dire au moment où le monde avait plus que jamais besoin d’un maestro comme lui capable d’établir un dialogue entre l’Orient et l’Occident pour rapprocher les deux civilisations. Il a voulu servir, aussi et surtout, de passerelle qui unit les religions révélées. En matière d’Écritures Saintes, le Coran a évoqué, avec un respect martial, «Les Feuilles d’Abraham» (çohof Ibrahim), «Les Psaumes» de David (Zabour de Daoud), «La Thora» de Moïse, «L’Évangile» de Jésus Christ. Dieu ne fait aucune distinction entre ses Prophètes (que le salut de Dieu soit sur Eux). Tous ces Livres révélés sont majestueusement glorifiés dans et par le Coran. Pour nombre de penseurs musulmans éclairés, le Coran n’est ni l’Ancien ni le Nouveau Testament, mais une sorte de Troisième et Dernier Testament divin destiné à l’ensemble de Ses sujets puisque le Prophète Mohammed (QSSSL) est le Sceau des Envoyés de Dieu. Ce qui explique son éternité et, particulièrement, son universalité «Jusqu’à ce que Dieu hérite la terre et ce qui a dessus». Tels sont les fondements basiques sur lesquels s’appuyait le professeur Arkoun pour étayer ses arguments qu’il n’évoque pas du néant.
LE REFORMISME ISLAMIQUE DE ARKOUN
Mohammed Arkoun a tracé un sillon rationnel dans la critique islamique. Il a toujours voulu développer une pensée islamique moderniste à même de suivre la marche du temps au lieu d’un Islam archaïque et rétrograde comme le veulent les fondamentalistes révolus et dépassés par leur époque dans laquelle ils se trouvent fourvoyés parce qu’ils n’y comprennent rien. Arkoun était profondément attristé de voir l’Europe, après avoir vécu une longue période ténébreuse du Moyen Âge du 9ème au 16ème siècle, se réveiller de sa torpeur pour entrer de plain-pied dans l’ère du développement technologique alors que le monde musulman, après avoir connu son âge d’or à la même époque, ne cesse de croupir dans son Moyen Âge actuel. Que peut faire la nation musulmane avec des potentats machiavéliques à esprit décadent et comportement déliquescent dont certains sont déchus et d’autres attendent leur tour. Ils sont le levain de la stagnation et, par suite, de la régression de leurs peuples respectifs. Ils n’ont jamais rien fait de mieux que d’invoquer leur idéologie pour s’éterniser au pouvoir et révoquer le savoir avec toutes ses vertus sociales, morales, politiques….
Mohammed Arkoun a toujours plaidé pour un Islam moderne, repensé sans forcément être réformé. C’est-à-dire un Islam adapté aux exigences de notre temps et de notre espace. Il a écrit de nombreux ouvrages dans ce sens, parmi lesquelles, nous citons : La Pensée arabe (Paris, 1975), Lectures du Coran (Paris, 1982), Penser l’islam aujourd’hui (Alger, 1993).
DEMOCRATIE ET ISLAM SONT-ILS INCOMPATIBLES ?
Le Professeur Arkoun a œuvré pour la destruction des préjugés et l’abolition des «stéréotypes négatifs» dont le Musulman est affublé. Il part de l’idée qu’une nation, quelle qu’elle soit, n’est ni forcément bonne ni foncièrement mauvaise. Elle a des qualités comme elle peut avoir ses défauts. Elle a, aussi, ses forces comme elle a des faiblesses. Telle est, selon notre penseur, la nature de la société humaine. Le monde musulman n’est pas plus mauvais que l’Occident. Ce dernier n’est pas, non plus, l’incarnation du diable matérialisé, matérialiste et athée. De même pour Arkoun, le monde musulman n’est pas défini uniquement par son terrorisme. Le professeur rappelle que le Saint Coran, en tant que «Constitution divine du monde musulman,» plaide pour la démocratie, la consultation entre les membres de la famille, de la communauté et, par suite, de toute la nation pour prendre des décisions consensuelles. Il interdit, par la même, toute forme de fraude électorale – qui est devenue, hélas, une «sainte tradition» très loin d’être saine chez tous les politiques musulmans de l’Atlantique au Golf persique. Les Pouvoirs arabes ont réduit leurs sociétés à la seule obédience. Autrement dit, Mohammed Arkoun souligne fort que l’Islam n’est pas du tout incompatible avec la démocratie et le modernisme. Sa flexibilité le rend modulable et, donc, pérenne à travers les aires et les ères. Mais modernité signifie démocratie. Ce que tous les dirigeants arabes rejettent.
LA LAÏCITE EST-ELLE BANNIE EN ISLAM ?
Mohammed Arkoun s’est toujours évertué à démontrer que l’Islam n’est jamais en porte-à-faux avec la laïcité. Terme que les fondamentalistes refusent, mordicus. Certes, ce concept n’a pas la même acception ni la même conception dans d’autres aires culturo-cultuelles, en ce que chaque pays a sa propre Histoire et ses spécificités socioculturelles qui lui sont particulières.
«Je m’efforce depuis des années, à partir de l’exemple si décrié, si mal compris et si mal interprété de l’islam, d’ouvrir les voies d’une pensée fondée sur le comparatisme pour dépasser tous les systèmes de production du sens – qu’ils soient religieux ou laïcs – qui tentent d’ériger le local, l’historique contingent, l’expérience particulière en universel, en transcendantal, en sacré irréductible. Cela implique une égale distance critique à l’égard de toutes les «valeurs» héritées dans toutes les traditions de pensée […] l’expérience laïque déviée vers le laïcisme militant et partisan1».
Selon Arkoun, pour redorer le blason d’un Islam terni par le terrorisme, la misère, l’analphabétisme, l’injustice sociale, le retard technologique, les dictatures des dirigeants sans science ni aucune conscience, il faut qu’il sorte de ses impasses archaïques et s’engage, avec vigueur et détermination, dans le chemin de la modernité. Se moderniser ne signifie aucunement se détourner des valeurs originelles, mais savoir se défaire de certains us sociaux surannés encore en usage. Pour ce faire, il y a lieu de provoquer un électrochoc thérapeutique dans la pensée islamique qui permettrait de réveiller le monde musulman de sa torpeur légendaire et rejoindre le concert du monde moderne sans, pour autant, tomber dans l’hérésie. Il rappelle que l’Islam, la science et le savoir forment le triptyque sur lequel repose une foi pensante. Penser le contraire serait ignorer ses lois (de l’Islam).
«Rien ne se fera sans une subversion des systèmes de pensée religieuse anciens et des idéologies de combat qui les confortent, les réactivent et les relaient. Actuellement, toute intervention subversive est doublement censurée: censure officielle par les États et censure des mouvements islamistes. Dans les deux cas, la pensée moderne et ses acquis scientifiques sont rejetés ou, au mieux, marginalisés. L’enseignement de la religion, l’islam à l’exclusion des autres, est sous la dépendance de l’orthodoxie fondamentaliste2».
POLITIQUE
Au lendemain des Indépendances, les pays arabo-musulmans, qui étaient sous domination coloniale, sont partis d’un mauvais pied. Arkoun dénonce énergiquement les échecs de ces pays dont la plupart se sont mus en régimes militaires et policiers par des quarterons de parvenus qui se sont hissés indûment et sans mérite ni compétences au pouvoir et entendent s’y maintenir le plus longtemps possible quitte à passer sur les corps de leurs compatriotes (Tunisie, Libye, Égypte, Syrie, Bahreïn). Les dirigeants arabes ont, tout simplement, supplanté le colon colonial. Rachid Mimouni avait parlé en visionnaire : «Vous ne vous seriez levés contre le colonisateur que pour le remplacer3 ».
Ces dirigeants ont toujours interdit l’enracinement de la culture démocratique et tout ce qui favorise son expansion pour l’unique raison qu’ils n’ont pas d’assises politiques. Les pouvoirs en sont usurpés et, par voie de conséquence, aucun chef politique arabe n’est à la tête de son pays par la volonté populaire, mais au moyen des coups de force et/ou les fraudes électorales massives dont nos dirigeants sont passés pour maîtres incontestés parce très contestables. Ce qui explique le verrouillage politique suicidaire et son corollaire la césure abyssale qui prévaut entre les peuples musulmans et leurs dirigeants.
REPENSER L’ISLAM
Pour Arkoun, il est nécessaire de repenser l’Islam en tant que système «culturo-cultuel». Ceci ne peut se faire sans une application rationnelle des autres sciences sociales et humaines : philosophie, anthropologie, droit, sociologie, psychologie, politique, voire économie à dessein d’élargir le champ consensuel dans le domaine religieux. Cette nouvelle méthodologie de recherche en islamologie, en tant qu’étude des différents aspects de l’Islam, n’a pas eu l’adhésion requise des théologiens traditionnels. Pourtant, Arkoun est un intellectuel profondément humaniste. Il voulait servir de point de jonction entre les deux civilisations : l’Orient et l’Occident pour se rapprocher et mieux se comprendre au lieu de continuer à s’affronter. Sa pensée n’a, certes, pas été appréciée à sa juste valeur parce que mal comprise même dans le monde musulman. Son islamologie mettra du temps pour être assimilée.
Le drame des intellectuels arabo-musulmans a souvent été émouvant. Ce sont ces albatros (Baudelaire) incompris par leurs compatriotes, marginalisés, voire muselés par les pouvoirs politiques. Cependant, penser réduire au silence des œuvres porteuses d’espoir et d’humanisme comme celles de Mohammed Arkoun, serait, en quelque sorte, croire pouvoir empêcher le jour de se lever. Il est vrai que les hiboux craignent la lumière. Sous nos cieux, le libre penseur a toujours été honni par les pouvoirs en ce qu’il leur rappelle crûment leur étroitesse d’esprit, ainsi que leur faiblesse devant les forts de ce monde. Comme le dit si bien le sage adage : «quand une vérité meurt, beaucoup de mensonges naissent».
En conclusion, Mohammed Arkoun est un intellectuel clé de la conscience islamique. Il a tiré sa révérence dans la nuit du 14 au 15 septembre 2010. Il a abandonné la scène intellectuelle à Paris où il a vécu son Islam en toute quiétude. Arkoun est mort, mais ses idées continueront à veiller sur lui pour des siècles. Il a préféré être inhumé à Casablanca. Né en Algérie, vécu à Paris, enterré au Maroc : c’est… le Ibn Khaldoun du 21° siècle.
Rentré dans la légende de l’immortalité par la grande porte grâce à son œuvre colossale, il repose en paix. Puissent d’autres penseurs musulmans et islamologues de sa trempe lui emboiter le pas pour qu’ils puissent nous éclairer sur notre Islam. C‘est alors qu’il recouvrera tonus et verdeur à notre ère et dans nos aires. Amine.
Aux grands hommes, la nation (musulmane) est reconnaissante.
*Docteur ès lettres Maitre de Conférences Université de Chlef.
Notes :
1. Ouvertures sur l’islam. Paris 1989. 2e édition revue et augmentée. Paris 1992. pp. 199-200.
2. «Il est vrai que l’Islam accède à la modernité. » Entretien de Mohammed Arkoun au journal L’Express du 27/03/2003.
3. Rachid Mimouni. L’Honneur de la tribu. Ed. Laphomic. Alger. 1990. P. 213.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...