RSS

Kamel Daoud, journaliste oranais

14 février 2012

Chroniques

Je suis allée à Oran au mois de mai dernier. Oran, la radieuse, la magnifique, Oran, la nostalgique, cette ville ne m’a pas laissée indifférente. Elle m’a ravie et pourtant Oran s’effrite, se délite, certains quartiers tombent en ruine. Les murs d’Oran, c’est ce que j’ai vu en premier, ils m’ont d’abord choquée. Boubakhar, un jeune Oranais m’a dit un jour, « ces murs nous ressemblent, ce sont nos visages ». Alors à chaque personne que j’ai rencontré à Oran, je lui ai d’abord demandé de me parler des murs de la ville. Kamel Daoud m’a répondu en me parlant du rapport de l’Algérie à son histoire. Kamel Daoud est romancier, nouvelliste, journaliste et chroniqueur au Quotidien d’Oran, il est connu ici pour son franc-parler, pour dire haut et fort ce qu’il pense. Sans peur, rageur, révolté, Kamel Daoud est une figure d’Oran et le rapport de l’Algérie à son histoire est un de ses sujets de réflexion: histoire officielle, mémoire tronquée, histoire falsifiée, emplie de mythes et de légendes guerrières, de héros et de martyrs, Kamel Daoud ne cesse d’interroger le rapport des Algériens à leur propre histoire. Observateur brillant de la société algérienne, critique sans concession, Kamel Daoud rêve d’une Algérie libérée de ses libérateurs, libérée de la gérontocratie. Dans sa chronique « Raïna Raïkoum » qu’il écrit chaque jour pour le Quotidien d’Oran, Kamel Daoud ose tout. Il est un alibi, il le sait, il en use. Depuis le début du Printemps arabe, Kamel Daoud, comme tous les Algériens, regarde très attentivement ce qui se passe chez ses voisins et réfléchit au chemin que pourrait prendre l’Algérie dans ce mouvement des révolutions arabes. En attendant, il écrit à l’adresse du pouvoir: « Rendez-Nous Notre Pays » Jusqu’à 21h, une heure de discussion à bâtons rompus pour essayer de comprendre ce qui se passe aujourd’hui en Algérie.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...