RSS

La route, cette cicatrice de 2500 ans par Kamel Daoud

12 février 2012

Chroniques

Pourquoi les Algériens en colère coupent les routes, précisément? Dans le vaste monde des protestations, la recette semble être une grande tradition algérienne. Plus que la grève de la faim, l’immolation massive, se coudre les lèvres ou refuser de voter ou percer un pipeline. Techniquement, cela s’explique : en coupant une route, on empêche la circulation, on crée un bouchon et un empêchement et donc une demande d’ordre. Les coupeurs de routes menacent, symboliquement, de privatiser un espace qui appartient au régime : la route et les deux destinations qu’elle relie. On s’imagine donc le contraire : des automobilistes qui coupent un trottoir. Ce qui se fait déjà avec les stationnements sauvages.

Mais revenons à la méthode : pourquoi la route et pas la place Tahrir, une place publique par exemple ? Techniquement, c’est trop fermé, donc peu propice au mouvement et facilement cernable par les CRS. Quand on occupe une place, il semble qu’on fait de la politique, mais quand on coupe une route, on fait une demande non manuscrite. Un journal raconte même l’histoire d’un Algérien qui a coupé une route, tout seul, à l’aube, après avoir fait la prière. La route reliait Bordj Bouariridj et Msila. Tout seul donc, avec la route en turban autour de son idée fixe après que la police lui eut retiré son permis de conduire.

Pourquoi la route donc ? Parce que cela vient aussi du passé : la route est un signe de colonisation ancienne. Elle a été apportée par Rome, souvenez-vous. La route est présentée comme le signe de la colonisation positive française. C’est aussi la mémoire collective spinale qui réagit : la route est ce qui reliait les Ottomans occupants et les tribus mal soumises. Par la route s’en allait le fils aîné, les plus beaux moutons et la moitié de la récolte sous forme de fisc. La route est par où revient le collecteur de l’impôt surtout, l’armée qui punit et tue. Aussi, la route est ce qui relie un peu l’Algérie indépendante à l’Algérie dépendante. Le signe de cousinage lointain et diffus entre le régime et la population.

Voyez : quand la route était coupée par la neige, le Pouvoir a parlé d’élection et le peuple de bouteille de gaz butane, les deux vivant dans deux mondes distincts à cause d’une route coupée. Le premier acte de Bouteflika a été l’autoroute Est-Ouest et le premier acte de révolte a été de couper la route, donc proportionnellement et en écho symbolique. Et c’est ce qui reste aussi : pas d’usines à occuper, pas de places publiques emblématiques, pas autre chose à faire et impossible d’accéder désormais aux ruelles près d’El Mouradia. Donc on coupe la route comme on se replie, comme on déchire un livret de famille ou comme on coupe un pont. Couper la route est paradoxalement ce qui nous relie.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...