RSS

Vive la Russie syrienne par El Yazid Dib

10 février 2012

Contributions

Le veto par définition est une perversion diplomatique. Il s’assimile sans ambages à une effraction dans l’équilibre censé contenir la justice internationale. Il ne s’offre dans un partage bigarré que dans l’inélégance des Etats qui se le sont offert sans égards aux autres.
Ce conseil dit de sécurité où les membres comme des quindécemvirs veillent à garder «les livres sibyllins» n’est plus une aubaine pour la paix ni pour son maintien. Il n’est en fait qu’un accord vétilleux par lequel toutes les guerres passent. Le monde depuis la conférence de Yalta vit dans une torsion de totale différence, perclus et en eternel quête d’un aplomb juste et durable. 

La Russie syrienne n’est pas uniquement une contrariété face au désir hégémonique américain. Elle est aussi l’autre mesure que depuis 1945 les Etats unis refusent d’admettre au profit d’une justice internationale. Le veto longtemps usité par l’oncle Sam est vite perçu comme un bris de glace dans l’harmonie façadière qui sévit au sein du conseil de Manhattan. A ce même moment, c’est à dire à celui où la puissance sino-américaine marque son entêtement à ratifier une condamnation inégale châtiant unilatéralement le régime pourri de Damas, l’entité sioniste met dans l’embarras du choix Abbas Mahmoud. Ou moi ou Hamas. Drôle de diplomatie, qu’encourage Obama. Au conseil de sécurité, la Syrie devait être à l’instar des palestiniens, propriétaires de droits seulement à bafouer. Ici la parole est certes une équation de force économique mais s’enracine également dans les méandres d’une idéologie que l’on dit disparue. L’on y voit que le pilonnage, les images facebook, les ruines de Homs, les bouches vitupérant le régime Susan Rice, la copie clownée du président américain devient prophétique en sermonnant les deux puissances sur leur prochain regret. Elle les blâme d’avoir utilisé un droit inique qu’elle-même n’a cessé de brandir à chaque fois que Tel-Aviv est sommée de comparaitre au banc des coupables. Ce veto est jugé par ceux qui en sont dérangés dans leurs desseins, comme étant un alignement frontal sur la démarche d’un dictateur qui veut chaque jour tuer son peuple. Ainsi les arguments à court de raisonnement vont dans tous les sens. On leur dit qu’il ne fallait pas s’inscrire dans une telle dynamique qui n’ira qu’en stimulant les exactions contre la population civile et enhardit la persévérance de la force locale. L’on n’insinue jamais l’autre partie, antagoniste au régime. Croyez-vous que l’entièreté du peuple syrien est dans la rue pour gommer ses dirigeants ? L’autre partie, ce sont eux. Les services, l’intelligence et la subversion. Les régimes post révolutionnaires tunisien, libyen ou égyptien nous donnent l’exemple, une année après de quoi ca retourne. L’autre partie est selon les promoteurs de l’obligation à faire mourir le régime syrien, personnalisée exclusivement dans la diversité du peuple. Ainsi dans les rues de villes l’armée tire sur le peuple. Débile jugement. Un peuple qui se soulève peut en moins de 18 jours mettre en fuite ou en prison son dictateur. Un « peuple » qui depuis une année est cité dans tous les JT comme victime n’a pas le droit de vivre, si cela en est le cas.

L’autre partie est celle que dirigent le département américain et ses appendices installés dans les coulisses d’une ligue arabe liguées corps et âme à l’injonction à la mode d’une politique prônant la libération de l’élément humain arabe. Un consortium de renégats mous à l’action mais prompts à la rescousse. Ils viennent des métropoles étrangères moissonner ce que spontanément l’enfant, le caricaturiste, le poète syrien a voulu entamer pour se faire laisser voir un avenir libre et radieux. Applaudis, quand ils ne sont pas procréés par Doha et autres intérêts occultes ; ces nouveaux opposants, touts prêts à bien parler sont volontiers reçus sur les perrons de l’Elysée ou ceux de la maison blanche. Antoine Basbous dans son dernier livre « le tsunami arabe » nous donne aléatoirement le contre exemple de la facilité qu’ont les éventuels futurs et probables maitres de la scène arabe à être reçus avec toute l’aisance par les dirigeants du monde au moment où un président en exercice est contraint de faire une longue chaine d’attente en vue de franchir les mêmes perrons. Ils sont une pure création des officines de la haute déstabilisation. Certains ne cachent plus leur embarras. Ainsi le ministre français des affaires étrangères Alain Juppé s’est vite dévoilé en disant « nous allons aider l’opposition syrienne à se structurer. Le régime doit constater qu’il est totalement isolé, il va y avoir des sanctions économiques ». sans commentaires.

Au début du soulèvement l’innocence était de la partie. Les chasseurs de révolutions se sont vite réveillés et prenant leurs cors, commençaient à vociférer les pires atrocités du parti unique, du régime familial, du système fermé, de la rente particulière. Ainsi nous disons, que le président de la Syrie doit légèrement partir. Son ère est à jamais révolue nonobstant la nostalgie qu’il put recréer dans le cœur des nationalistes.

Ce veto vient à la faveur d’une possibilité de pouvoir enfin contredire les Etas unis. L’on montre ainsi que ce moyen exorbitant dans l’usage du droit universel n’est toujours pas saint d’esprit. Il suscite de la réprobation selon l’arrangement des uns et des autres. L’histoire parfois devient risible. Cette histoire nous a enseigné que c’est par essence, philosophie ou idéologie que l’on fait des révolutions et l’on mène des politiques. Elles ne peuvent été faites que contre des puissances coloniales et des forces étrangères. On ne le fait pas avec ces forces et en leur compagnie contre son propre peuple. Ceci ne sera donc qu’une contre-révolution. En Syrie la situation demeure fort complexe. Comme chez nous. L’affaire palestinienne, la guerre contre l’Irak, l’Afghanistan, les révolutions arabes surtout de la Libye ; ont bien démontré le fossé qui sépare la rue et le peuple des palais royaux, des cabinets présidentiels mais aussi du conseil de securité où aucun Etat arabe n’est entendu avec un semblant de droit de veto. Celui-ci est une chasse gardée pour les seigneurs. Les uns s’essayent à manœuvrer de la manière la plus mesquine tentant de ne pas lorgner sur le mal que font les nouveaux libérateurs des peuples, les autres s’échinent à la démonstration du contraire par l’indéfectible soutien nonobstant la matraque ou l’interdiction de marcher. Le veto sino-russe n’est que la bonne réponse pour un peu débarbouiller la domination exercée sur les peuples via leurs dirigeants que l’on peut qualifier au gré des intimités comme saumâtres et indésirables. Il est aussi venu réconforter l’avis des mécréants quant à la religiosité de ce droit qui n’a plus raison d’être. L’on voit l’indignation de l’autre coté prendre de l’ampleur. Les procédures esseulées comme bon usage de la diplomatie réciproque d’antan prennent le relais. Les Etats unis ferment leur ambassade, le Royaume unis également. La machine à convaincre les autres commence à fonctionner. Ils gueulent à faire peur à tout le monde. Oui pour le veto, s’il est brandi contre Israël pour les séculaires bestialités commises contre un peuple encore non-membre reconnu par l’ensemble e la communauté internationale. Oui pour le veto s’il s’instaure comme mondanité dans la résurgence de l’équité universelle. Oui pour ce veto s’il arrive à réduire l’effet de serre et à abolir la fabrication des armes de guerre. C’est ainsi que l’on voit dans l’acte sino-russe une certaine distanciation stratégique dans l’unicité sécuritaire qui a émaillé ces derniers temps la sphère politique mondiale. Que le peuple syrien soir rassuré la paix ne peut provenir de Paris ou de Londres. Elle ne sera pas pour eux une offrande à octroyer par les mains atrophiées d’un Obama prévendu ou d’un Sarkozy en ultime sautillement électoral. Cette paix, cette liberté, ce recouvrement de droits humains, seront manufacturés par eux-mêmes, chez eux. Sans conseil de quiconque, ni conseil d’aucune securit. Non justement à ces vétos qui fragmentent l’unité des peuples, qui attisent les douleurs et qui aggravent les situations. Que dire de ces multiples vetos qui ont eu à bloquer non seulement l’indépendance, premier droit des peuples ; mais obstruent encore la voie de la liberté et du droit de vivre en autodétermination. Les Palestiniens, les sahraouis, les personnes affamées, les sans abris, les chômeurs, les femmes maltraitées, les harraga, les sidaïques, ceux sont eux qui méritent de se lever en veto aux titulaires eternels du veto.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...