RSS

Souffles… Quatre lettres dans une boîte postale scellée (3/3) Par : Amine ZAOUI

9 février 2012

Chroniques

CultureJeudi, 09 Février 2012 10:00Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Lettre à Cheikha Remiti : Houwa Goudami wana mourah (lui devant et moi derrière)   (Titre d’une  chanson de la Diva)
En 1978, encore étudiant à l’université d’Oran, j’étais l’un des premiers qui ont osé interviewer la diva cheikha Remiti et publié cet entretien. Aux yeux du système de Boumediene, cette grande dame symbolisait l’interdit. Le tabou. Elle fut casseuse de toutes les constantes dogmatiques et conservatrices de cette époque politique. Trente ans plus tard, peut-être un peu plus, la mort de la diva Remiti le 16 mai 2006 et son enterrement  comme  en catimini, m’a attristé. Enterrer la honte ! Rien ou presque n’a changé. Grand salut à Beyouna, une autre Remiti ! La diva Remiti est plus forte, plus grande,  qu’un  ministère appelé : ministère des Affaires étrangères. Pourquoi je vous parle de cette Diva algérienne? De Sidi Bel-Abbès en passant par l’Olympia de Paris, et jusqu’aux États-Unis d’Amérique, la Diva est similaire à l’Algérie plurielle. Elle n’avait dans sa bouche, sur ses cordes vocales, que cet arabe algérien. Dans la bouche de la Diva, la langue algérienne se métamorphose en langue universelle. Autour d’elle, dans sa voix rocailleuse et transparente, la Diva incarnait  les Algérie(s) (selon l’expression du poète  algérien Jean Sénac, lui aussi mort, assassiné dans une cave ! sans suite.). La Diva  faisait plaire au Kabyle de Aïth Yenni, au Chaoui de Arris, au Mozabite de Ghardaïa,  à  l’Algérois de Sostara, à l’Oranais de Sid el Houari, au bechari de Belbala… à l’immigré de Montréal et  à celui du XVIe arrondissement de Paris… “Digoulle (Charles De Gaulle) a embrassé ces tatouages”, me disait la Diva, en exposant devant mes yeux éblouis ses mains osseuses et mystérieuses.  Elle avait en elle, âme et corps, tout ce que resserre cette belle et triste Algérie: la langue algérienne, la chanson, les tatouages, la spontanéité, la franchise, le courage, l’aventure et l’âme du peuple algérien. Après Kateb Yacine, c’est cheikha Remiti (Allah Yarhamha) qui a fait connaître l’Algérie aux petites gens dans les quatre coins du monde. Non-savante, selon la définition de l’anthropologue Levy- Strauss,  la Diva Remiti détenait le secret d’une culture prophétique. Elle était visionnaire et vraie. Pourquoi je vous parle de la Diva Remiti ? À travers Remiti, toutes les voix du patrimoine juif algérien sont réveillées: Rénette l’oranaise (1915-1998), Maurice al Medioni (1928-2006), Lili Bonich (1921- 2008) et les autres.  Et  derrière la Diva, en elle,  la mémoire profonde de Tolède musulmane, juive et chrétienne nous interpelle. En tant qu’écrivain, la voix magique de la Diva Rémiti suscite en moi toute cette mémoire. Fidèle à la langue de Lahkdar Benkhlouf, Benguitoune, Belkheir, el Khaldi … La Diva Remiti a sauvé la langue de ma mère, de vos mères. La langue dialectale, parce qu’elle est  le génie populaire, elle fait peur aux ennemis de l’art libre et de la liberté du dire. Le plurilinguisme dérange la médiocrité (salut mon maître Mostefa Lacheraf). Mes chers : Si Mohand Ou M’hand, Kateb Yacine, mon père et Cheikha Remiti, je suis le fruit de cette Algérie grande par sa peur, par son courage, par son vin, par sa prière, par ses langues, par son unité, par son histoire glorieuse et par Vous. Salam.  (Fin).
A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...