RSS

Humblement humain

7 février 2012

Chroniques

Voxpopuli : CHRONIQUE

«Je suis allée à Bossuet (Dhaya) avec l’espoir d’y voir un bâtiment historique. L’ancienne redoute est devenue une caserne occupée par un régiment. Rien n’indique, et demain personne ne saura, à quoi elle a servi pendant la guerre d’indépendance. »
Ceci est un extrait de l’entretien accordé à El Watan par Sylvie Thenaud sur les camps d’internement en Algérie. Tout est résumé dans ces quelques lignes : l’oubli par mégarde, l’oubli naturellement, l’oubli imbécile, l’amnésie programmée systématique avec au bout du chemin une histoire privatisée, une histoire qu’on interpelle à sa guise, une histoire à la carte au lieu d’une histoire ciment, une histoire humaine qui rend à l’Algérien son humanité, son sentiment d’appartenance, sa fierté d’être et d’appartenir. Quelques films ont bien décrit ces époques abominables : Le vent des Aurès, Les déracinés,…(récemment un film de l’ENTV a couvert le sujet des exactions dans les caves vinicoles dans la région de Mostaganem, des victimes ont témoigné, on pourrait donc retrouver les criminels… pourquoi on ne fait rien de ce côté, ou bien est-ce la conséquence d’une paresse, d’un pardon donné sans être demandé, des accords d’Évian qui accordent l’amnistie pour tous les actes de violence de part et d’autre : la victime étant mise au même rang que le bourreau ?). Quelques sujets existent sur internet, Youtube, mais ce ne sont que des bribes : ma question : où sont les lieux, où sont les acteurs ; où sont les victimes, les suppliciés, où sont les bourreaux, où sont les tortionnaires, que sont-ils devenus, où sont les consciences ? L’humanité est à ce prix, mais les recherches ici et là de compatriotes ou d’autres nous apportent l’espoir que de plus en plus de gens prennent conscience de cette histoire ensevelie et éprouvent le besoin de rétablir les faits, de corriger les torts (ex. crânes d’illustres combattants égarés dans des tiroirs de musée en France) et ainsi de rendre honneur (sans chercher justice ou réparation) à ces générations de victimes disparues dans la longue nuit. Je suis sûr que ce travail pratique technique fera réellement toucher du doigt dans chaque coin et recoin de l’Algérie la dette immense que nous avons envers notre passé, c’est à cette condition que le futur nous appartiendra. Amen.
Rahmani Mustapha

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/02/07/article.php?sid=129895&cid=49

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...