RSS

Les Paroles et sagesses, du Cheikh Ahmed al-Alawi Et si Mostaganem m’était contée

4 février 2012

Non classé

Les Paroles et sagesses, du Cheikh Ahmed al-Alawi
Amis, si vous avez compris la vérité de mon état, la voie est là, devant vous. Suivez mes pas, car par Dieu ce ne sont pas choses douteuses ni vagues produits de l’imagination : je connais d’une connaissance à la fois secrète et manifeste, j’ai bu la coupe de l’amour et j’en ai eu la possession, elle est devenue mon bien pour toujours.

………………………………………………………………………………………………………………….

Par ailleurs, sache que l’habitude s’est établie, parmi les gnostiques, de transmettre leurs connaissances dans le choix des paroles composant leurs «Prières sur le Prophète». Elles aident ainsi l’ascension (mi’raj) de leurs disciples, leur permettant d’atteindre à la connaissance de certains aspects de la fonction divine (ullûhya) et aux réalités profondes de la fonction législatrice (risala).

………………………………………………………………………………………………………………….

La Vérite (Dieu) ne peut être saisie par la vue, tandis qu’Elle nous perçoit. Et comment pourrions-nous La saisir alors qu’Elle est plus près de nous que nous-mêmes! Est-il possible à l’oeil de voir son oeil?

………………………………………………………………………………………………………………….

T’obliger à considérer tes frères, les soufis, comme des membres de la communauté des vrais croyants dont nous sommes tenus, les uns et les autres, de respecter chaque personne. Le Prophète a dit : «Quiconque prie selon notre prière, utilise notre orientation, et mange de nos aliments sacrifiés est un musulman; il est sous la protection d’un pacte entre Dieu et Son envoyé. Ne soyez donc pas cause de la violation du pacte de Dieu. « (Hadith – Bukhari)

………………………………………………………………………………………………………………….

Il ne s’agit pas de savoir si vous êtes dans la miséricorde de Dieu , mais plutôt si la miséricorde de Dieu est en vous.

………………………………………………………………………………………………………………….

Si vous ne trouvez pas Dieu parmi les humains, vous ne le trouverez nulle part.

………………………………………………………………………………………………………………….

Le souvenir de Dieu est la règle la plus grande de la religion … La loi ne nous a pas été imposée, ni les rites ordonnés si ce n’est pour affermir le souvenir de Dieu.

………………………………………………………………………………………………………………….

Mieux vaut une prière sans génuflexion qu’une genuflexion sans âme. Le but étant plus loin que le moyen, pleurons sur ceux qui ne s’arrêtent qu’à cette derniere.

Belkacem BELHAMIDECHE
Lundi 16 Mars 2009
CULTURE
Source :
http://www.reflexiondz.net

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Les Paroles et sagesses, du Cheikh Ahmed al-Alawi Et si Mostaganem m’était contée”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    EL-BAYADH : La taille de la pierre, un savoir-faire à sauvegarder
    Le métier de la taille des pierres carrées, destinées surtout à la construction, attire de plus en plus de jeunes de la wilaya d’El Bayadh, notamment ceux de la région de Stitine soucieux, peut-être plus d’autres, de sortir de l’ornière persistante du chômage et de l’oisiveté.

    Le métier de la taille des pierres carrées, destinées surtout à la construction, attire de plus en plus de jeunes de la wilaya d’El Bayadh, notamment ceux de la région de Stitine soucieux, peut-être plus d’autres, de sortir de l’ornière persistante du chômage et de l’oisiveté.
    La taille des pierres est un métier artisanal qui consiste d’abord en la recherche, à travers les vastes étendues des hauts plateaux, de ces gros cailloux que l’on extrait par l’usage de moyens traditionnels et rudimentaires comme une pioche ou un marteau et bien d’autres outils dont l’acquisition est à la portée de tous.
    Après la collecte des pierres, souvent plus ou moins volumineuses au départ, les jeunes ouvriers s’emploient à les réduire pour parvenir à la taille et à la forme qu’il faut selon les besoins exprimés, l’usage qui doit en être fait et les spécificités de la construction en milieu saharien. La même pierre est parfois sculptée et même décorée de dessins inspirés de la culture et de la tradition locales, ce qui dénote d’un sens artistique certain chez beaucoup de ces jeunes gens.
    En dépit de la difficulté de la tâche, qui nécessite une endurance physique à toute épreuve, surtout que le climat désertique n’est en rien favorable à ce genre de travail, les jeunes de Stitine excellent par leur savoir faire, sans doute à force de le pratiquer et de vouloir coûte que coûte en faire une source de revenus sûr et durable, dans une région déshéritée et qui offre très peu d’opportunités de travail.
    Ces « œuvres d’art », comme il plaît à leurs auteurs de les nommer, sont écoulées au prix de 1.300 DA le mètre-carré en moyenne, suivant la nature et l’utilisation des pierres ainsi confectionnées, a souligné l’artisan Kada, un homme très connu dans ce métier et dont la particularité est sa capacité à transmettre son expertise dans ce domaine à plus jeune.
    La pierre taillée, souvent naturellement coloriée, est surtout utilisée dans la décoration extérieure des constructions, explique Kada. Elle est généralement posée selon des formes triangulaires, circulaires ou en carrés pour garnir les angles des constructions.
    Ce matériau sied particulièrement, selon lui, aux maisons dont la construction comprend des parties en bois ou en marbre, comme il peut servir à l’encadrement des ouvertures (fenêtres, portails…) et même aux minarets des mosquées, selon l’architecture arabo-mauresque basée sur les arcs dont l’esthétique ne peut être complet sans une garniture en pierre taillée comme c’est le cas parfois pour la toiture intérieure voûtée de certains couloirs.
    C’est pourquoi les habitants d’El Bayadh, connus pour être plutôt exigeants en matière de construction, préfèrent encore et toujours décorer leurs maisons avec ces pierres travaillées en raison de la beauté qu’elles confèrent à toute réalisation digne de ce nom.
    D’autres artisans locaux utilisent les piérres carrées pour réaliser… des cheminées, une chose que l’on croyait disparue à jamais et qui constitue assurément « une autre façon de préserver un legs ancestral » (la pierre taillée), a résumé un habitant de la commune de Brizina.

    Réflexion
    Mardi 10 Février 2009
    CULTURE

    Source :
    http://www.reflexiondz.net

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...