RSS

La Turquie, Soliman le Grand, François 1er…, Louis XIV par Meriem Mahmoudi

2 février 2012

Chroniques

En 1525, tout de suite après le désastre de Pavie, «un premier envoyé secret était parti de France pour la Turquie. Onze ans plus tard, seulement, en 1535, un autre envoyé français, le diplomate humaniste, La Forest, négocia et conclut les premiers traités entre la France et la Sublime Porte. L’un était un traité de commerce ou de capitulation, l’autre, un traité secret, d’alliance offensive et défensive. 

Pourquoi tant d’adversité ? Pourquoi tant de véhémence à l’encontre d’une nation qui fut jadis une alliée toute-puissante de la Maison de France ? L’histoire se répète-t-elle ? 

Ignorez-vous qu’un rapprochement entre la France et la Turquie lui vaut, pendant plus de trois siècles, une alliance fort avantageuse à un tournant dramatique de son histoire et, qui par la suite, lui assure la suprématie commerciale sur l’Angleterre en Méditerranée ? «La présence de l’Angleterre en Méditerranée, puis sa tendance à l’hégémonie sur la Mer Blanche devaient fatalement opposer les Anglais et les Français dans le Bassin Occidental.» 

La Turquie assure, également la victoire des Français face à l’Espagne de Charles- Quint qui aspire à la domination de tous les continents et se propose de «créer de Séville à la Sicile, riche en grains, une route impériale adossée à la côte africaine.» Aux côtés de la Turquie, la France met fin aux visées impérialistes de l’Espagne. 

Oubliez-vous, ou niez-vous cette alliance traditionnelle qui se noue, dès le début du seizième siècle, entre la France et l’Empire Ottoman ? Aux cours des siècles, une histoire passionnelle se tisse entre les deux pays et traverse bien des vicissitudes. Ce passé est ponctué d’attaques de l’extérieur, de l’intérieur, d’intrigues, d’émeutes populaires, de blocus et de bombardements. Cette passion houleuse et extrêmement douloureuse connait des moments de grandeur et de décadence jusqu’à la rupture finale 

Nous sommes en 1525, le Roi François 1er subit un échec cuisant face aux Espagnols. Dans les livres d’histoire, le résumé de la défaite française que les écoliers apprennent est le suivant : «les débuts du conflit entre François 1er et Charles Quint, de 1521 à 1530, ont été désastreux pour le roi de France. Il a perdu le Milanais, dès 1524, et la France a même été envahie…quand il a essayé de reconquérir Milan, il a été vaincu et fait prisonnier à Pavie en 1525.»(1) 

Les sources historiques nous rappellent que Charles-Quint, petit-fils de Marie de Bourgogne et Maximilien de Habsbourg, de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille recueille un quadruple héritage : ses possessions ont compris, à partir de 1519, les Etats autrichiens c’est-à-dire, les anciens Etats bourguignons, la Flandre, les pays Bas, le Franche Comté, ( à peu près la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et le nord français actuel)la Castille et ses dépendances d’Amérique, l’Aragon et les Etats italiens qui y étaient rattachés, c’est-à-dire la Sardaigne, la Sicile et le royaume de Naples. 

L’Empire hispano-allemand prend donc de l’ampleur et étouffe le royaume de France. Les possessions de Charles Quint enserrent le pays de tous les côtés, sur le Rhin, dans les Pays-Bas, du côté des Alpes et du massif pyrénéen. Sa puissance considérable et ses ambitions démesurées constituent un péril conséquent pour la France, dont le souverain devient, tout naturellement, son rival. Il s’ensuit une lutte acharnée qui oppose la Maison de France à la Maison d’Autriche, la plus prestigieuse de beaucoup de maisons régnantes, à cette époque, en Europe. 

. Conscient qu’il ne peut vaincre à lui seul un ennemi aussi irréductible, il cherche des alliés et obtient une alliance très profitable : celle du sultan des Turcs. Faut-il rappeler, qu’à partir de 1480, que l’Empire ottoman comprenait toute la péninsule des Balkans jusqu’au Danube et toute l’Anatolie jusqu’au haut Euphrate ? Ses possessions s’étendent, également, de l’Inde à l’Algérie, de la Provence à la Hongrie. Le Sultan manifeste sa puissance par les armes et garde, longtemps, la suprématie sur les armées des autres peuples. 

En 1525, tout de suite après le désastre de Pavie, «un premier envoyé secret était parti de France pour la Turquie. Onze ans plus tard, seulement, en 1535, un autre envoyé français, le diplomate humaniste, La Forest, négocia et conclut les premiers traités entre la France et la Sublime Porte. L’un était un traité de commerce ou de capitulation, l’autre, un traité, secret, d’alliance offensive et défensive»(2) 

Ayant consulté plusieurs ouvrages, nous nous référons à l’article de l’encyclopédie Larousse qui définit le vocable de capitulations «comme étant emprunté à la langue italienne, s’appliquant à des conventions spéciales, passées entre puissances chrétiennes et l’Empire ottoman, et dont le but était de soustraire, à la compétence des juridictions ottomanes, les étrangers, sujets des états bénéficiant d’une capitulation. De concessions gracieuses, ces capitulations deviennent rapidement de véritables traités, valables seulement, il est vrai, durant la vie du sultan signataire.» 

La première capitulation générale est conclue en 1535 entre Soliman le Magnifique et François 1er. Elle est renouvelée onze fois, jusqu’à 1740, date à laquelle Mahmoud 1er, en signant une nouvelle capitulation avec Louis XIV, par l’intermédiaire du Marquis de Villeneuve, décide que ses successeurs seraient tenus de la capitulation »(3) 

Contemporain de Charles Quint et de François 1er, Soliman le Grand se trouve, intimement mêlé, à la rivalité de ces deux monarques. Conjuguant leurs efforts, les deux alliés s’acharnent sur Charles Quint 

L’alliance avec la France représente «un fait nouveau et capital dans l’histoire des Turcs, au 16è siècle : ils jouent, désormais, un rôle dans la politique européenne et qu’ils rentrent, appelés par François 1er, dans ce qu’on nommait le concert européen. En Hongrie, comme dans la Méditerranée occidentale, leur expansion se heurtait au même adversaire, la maison d’Autriche. Cette maison, elle aussi, était à l’apogée de sa puissance. Elle visait à la monarchie universelle, c’est-à-dire à la domination de l’Europe, idée rejetée et combattue par la maison de France. Contre l’adversaire commun, la France et le Sultan s’allièrent et leur alliance sauva l’équilibre européen, menacé par la politique hégémonique de Charles Quint.» 

En 1543, la flotte ottomane, commandée par Kheir-Dine et la flotte française s’emparent de Nice qui appartient au Duc de Savoie, allié de Charles Quint. Après quoi, la flotte ottomane vint hiverner à Toulon, au grand scandale de la chrétienté. 

Cette alliance est, en effet, considérée comme scandaleuse, à une époque où les Turcs sont redoutés des chrétiens, comme conquérants barbares, et abhorrés comme infidèles : «un rapprochement et une alliance entre un roi très chrétien et le Commandeur des Croyants apparaissaient donc comme un scandale inouï, ‘l’union sacrilège du lys et du croissant’. 

Il est vrai qu’une pareille politique heurte violemment l’opinion publique de l’époque. Et l’on comprend les tergiversations de François 1e dans la pratique de l’alliance turque. Cependant, le souverain de France sent le besoin, d’avoir dans ses rangs, le sultan ; il n’osait pas, bravant l’opinion, l’avouer ouvertement. Mettant de côté tout scrupule religieux, il signe l’alliance avec Soliman le Magnifique Les historiens commentent en ces termes cette alliance : «que François 1er s’y soit décidé, c’est la preuve que, dans l’esprit des princes et de leurs conseillers, les nécessités politiques et l’utilité immédiate primaient déjà les scrupules religieux.» et d’ajouter «Charles Quint n’avait-il pas, avant François 1er, tenté un rapprochement avec les Turcs.»(4) 

Les traités de Capitulations accordent à la France d’importants privilèges économiques et religieux dans l’Empire ottoman et en particulier en Algérie. En 1560, un établissement commercial est créé près de le Calle par un Marseillais. Il est à l’origine des ports de Bône et de Collo. Les Français exportent les cuirs et les céréales auxquels ils joignent le monopole de la pêche du corail. 

Ces traités confèrent des droits aux individus et aux consuls. Au regard des personnes et des nations bénéficiaires, la capitulation accorde plusieurs privilèges : liberté d’établissement, de circulation, de commerce et liberté religieuse 

Au regard des consuls, elle crée des compétences spéciales. Les consuls français ont le pouvoir de faire des règlements de police, applicables à leurs nationaux, de perquisitionner chez eux, de les expulser et de les juger, en matière civile, commerciale et pénale. Le texte suivant nous fournit d’autres précisions beaucoup plus subtiles : «le traité de commerce, d’un intérêt permanent, assurait à nos nationaux une situation privilégiée dans l’Empire ottoman : entière liberté de naviguer, acheter, vendre dans les Echelles ( les ports) du Levant ; droits de n’être jugés que par leur consul, liberté religieuse et garde des lieux saints, ce qui impliquait pour le roi de France, une sorte de protectorat sur tous les Chrétiens. 

Pour bénéficier du même traitement en matière commerciale, les nationaux des autres pays durent naviguer et trafiquer sous pavillon français.»(5) 

Les relations franco- turques dégénèrent rapidement. 

Hormis le XVIe siècle qui connait un rapprochement et un apaisement entre le «lys et le croissant», les liens se gâtent, notamment sous le règne de Louis XIV. Par une conduite contradictoire, celui-ci veut imposer son pavillon en Méditerranée, tout en conservant la traditionnelle alliance avec l’Empire ottoman et tous les avantages économiques qui en découlent. Il doit, également, faire honneur à ses obligations de souverain chrétien qui, au regard de la catholicité, devait «assurer la vengeance sur les Turcs par la justice des armes» 

En 1683, sous l’ordre de Louis XIV, l’Amiral Duquesne vient bombarder Alger, comme nous l’apprend par le document suivant : «la France se préparait à la guerre et le Roi se disposait à donner l’ordre à Duquesne d’aller à Alger, de l’incendier et de le détruire» 

Une autre archive précise clairement les relations qu’entretient la France avec ses alliés, les Turcs. «Le rôle brillant que jouaient les chevaliers français de l’ordre de S-t Jean de Jérusalem dans les croisières et les expéditions dirigées contre les puissances musulmanes, était la cause de bien des ruptures et de réclamations incessantes. Les Turcs ne voulurent jamais comprendre que le Roi de France permit à ses sujets de porter les armes contre une nation alliée, et nous accusaient de mauvaise foi. «Vous prétendez que vous êtes nos amis, disaient-ils, à nos ambassadeurs, et nous rencontrons partout les vôtres au premier rang de ceux qui nous font la guerre.» 

En fait, le Roi subissait la conséquence naturelle d’une situation ambiguë, étant d’une part, l’allié des Turcs, et de l’autre, le fils de l’Eglise.»(6) 

En effet, le Roi est conduit à manifester sa puissance par des actes de guerre. Le passage suivant nous donne une idée nette sur les relations entre les deux pays : «durant le long règne de Louis XIV, les expéditions, les croisières et les guerres, décidées par Versailles, tendaient à affirmer la gloire du Roi et le mépris des Barbaresques. Les coups d’éclat répondaient au goût de l’époque. Pour les nobles et les hommes d’église, la dignité de l’Etat consistait, avant tout, à asséner des coups aux Algériens. La tension entretenue par les malentendus et les récriminations demeura jusqu’au blocus d’Alger en 1827 et à l’agression de 1830. «(7) où les Turcs durent quitter l’Algérie. 

Le gouvernement français, après avoir témoigné à de Bourmont, son mécontentement de ce qu’on attaquât «les Turcs en général avec lesquels la France n’a pas cessé d’être en paix» fait saisir, le huit juin, les exemplaires de cette proclamation qui ne correspondait pas à sa politique…Une seconde proclamation fut rédigée où il n’est plus question de faire la guerre aux Turcs mais aux deys.»(8) 

Aujourd’hui, encore la Turquie n’admet pas que les coups fourrés puissent venir de la France, une nation qu’elle considère comme amie, vu leur histoire commune, plusieurs fois séculaires, leurs actuelles et immenses relations commerciales, diplomatiques, économiques et touristiques. Tout d’abord, elle appose son véto contre l’adhésion de la Turquie qui souhaite faire partie de l’Union européenne : une partie de son territoire, ne fait-elle pas corps avec l’Europe ? Son économie n’est-elle pas l’une des premières de ce continent? Pour le génocide arménien, aucune nation n’a demandé à la Turquie de le reconnaitre, excepté la France. Les générations d’aujourd’hui ont-elles seulement l’envie et la force d’assumer de lourdes responsabilités, endossant des actes qu’elles n’ont pas commis et à qui on demande d’en reconnaitre la légitimité ? Alliées ou rivales de longue date, leur histoire scabreuse et combien douloureuse n’a cessé de l’être, même en ce début du XXIe siècle. 

La terre ottomane ne fut-elle pas une terre d’accueil et d’asile pour bon nombre de citoyens, ceux chassés d’Espagne par les tribunaux de l’Inquisition ? Les archives historiques nous enseignent que les sultans ottomans se montrent respectueux des coutumes de leurs sujets et tolérants en matière de religion : «A leurs sujets chrétiens qui appartenaient pour la plupart à l’Eglise grecque, ils laissèrent le libre exercice de leur religion et leur hiérarchie ecclésiastique. Ils leur laissèrent, également, leur langue, leurs lois civiles, leurs tribunaux et leurs écoles.»(9). 

L’histoire de l’humanité a, toujours et très souvent, été ponctuée de guerres de religion, de tribunaux de l’Inquisition, de massacres collectifs, d’expropriations, de confiscations de biens, de razzias afin d’affamer des populations innocentes, d’enfumades, d’enlèvements. Ces actes ont-ils, pour autant, été tous reconnus ? L’histoire houleuse de tous les pays est jalonnée d’évènements peu flatteurs : essayons de ne pas remuer les eaux troubles du passé et d’en réveiller les odeurs nauséabondes. Entamons une nouvelle page et écrivons l’histoire avec une nouvelle encre, celle de la sérénité et de la paix ! 

Bibliographie : 

Le Milanais est un héritage familial de Louis XII, les Visconti. François 1er, cousin et successeur de Louis XII veut récupérer Milan et le Milanais. 

Le lys est la fleur emblématique de la royauté française. 

1 : A.Bonifacio et P. Maréchal, histoire de 406 à 1610, 5e Cours complémentaire, Classique Hachette, p 206. 

2, 9 : Nouvelle Encyclopédies Autodidactique Quillet, T 2, librairie Aristide Quillet, 278 boulevard Saint-Germain, Paris 7e, p 433. 

3 : Encyclopédie Larousse du XXe siècle, T 1, année 1928, p 1014-15 

4 : Nouvelles Encyclopédies Autodidactiques Quillet, T 2, librairie Aristide Quillet, 278 boulevard Saint-Germain, Paris 7e, p 434-35. 

5 : idem, p 435. 

6 Revue Africaine, no 22 années 1879, Voir Carrière, Négociations de la France dans le Levant, documents inédits, Tome IV, p. 502, 520, 550. P144 revue, 22e année 1879. 

7 : Moulay Belhamissi, les captifs algériens et l’Europe chrétienne, p 18 

8 : Charles Ageron, histoire contemporaine de l’Algérie, Que sais-je, les presses universitaires de France, p 10. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...