RSS

Quelle relève ? par Ali Brahimi

26 janvier 2012

Contributions

Dans peu de temps, le peuple algérien votera afin, espère-t-il, qu’il puisse réformer le mode de gouvernance du pays qui souhaite mettre fin aux rafistolages effectués depuis 1962 à ce jour. 
D’ici peu, l’Algérie fêtera le cinquantième anniversaire de son indépendance dans un contexte, interne et externe, qui, d’après les prémices, sera chargé de multiples tensions et, également, des grands bouleversements ordonnés et spontanés chez nous et ailleurs. Un ensemble de conséquences aux innombrables équations inconnues 

En effet, des élections un peu partout dans le Monde, vont se tenir durant cette courte période s’annonçant, a l’évidence, houleuse dés maintenant, du fait des rivalités politiciennes ainsi que les confusions entassées, particulièrement chez-nous, par un nombre important de jeunes citoyens et citoyennes accumulant les occasions ratées, par leurs aînés, en termes de relève d’un système de gouvernance, instauré dans des conditions embrouillées, manifestement parvenu a ses limites, malgré ses efforts, depuis déjà un certain temps, au vu de sa gestion approximative des affaires du peuple Algérien 

Cependant, il existe des acquis affichés a toutes les occasions, dont le libre choix des électeurs, en vérité manipulés a chaque fois afin de maintenir en l’état les fameux « équilibrages politiques », ne peuvent a la longue, et a force de les placarder itérativement, venir au secours des générations actuelles du fait qu’elles seraient moralement désarmées, amoindries, plus qu’auparavant et, donc, seront dans un état de faiblesse face a un Monde s’annonçant davantage rugueux que celui d’aujourd’hui 

A propos des difficultés, on dit chez nous : celui (individu, un pays, gouvernement ;;;) qui vous a devancé d’une nuit (en termes d’expérience et surtout de lucidité au moment critique, aurait plus de malices (tours de mains) dans son sac que celui qui en est dépourvu: Elliffatec blila, fatec bhila. Cela dit, ce n’est pas une loi immuable a plus forte raison que le genre humain, de n’importe quel âge et la ou il se trouve, est oublieux, changeant, faiblit et lâche prise devant l’ordre des choses. 

Néanmoins, si le changement véloce et continu est le propre du caractère de la jeunesse, par contre les gens âgés préfèrent la mutation dans la continuité et la lenteur. Pourtant, rien n’est constant, tout se transforme Le plus important, dans tout ça, nous semble-t-il, c’est d’éviter autant que possible de se retrouver à califourchon entre deux principes, deux époques…. Une position anormale voire dangereuse ! 

A propos, de relève d’une époque a une autre afin de sauvegarder la dignité (d’une personne, d’un peuple, territoire…) contre l’invasion dégradante de n’importe quelle agression, nous citons une phrase illustrant a merveille le sens de la mesure ; « Ecoute Belkheir, chaque période a ses hommes » (koul ouakt lih redjalou ya Belkheir). Ainsi parlait Cheikh Bouamama, chef charismatique de la résistance contre l’invasion coloniale du sud-ouest Algérien, à l’intention de son compagnon poète (Gaoual ladjouad) Belkheir. C’était, vers la fin du soulèvement des Ouled sidi cheikh disloquée ensuite entre Ghraba ( ouest) et Cheraga ( est) ; et peu avant son exil arrangé, en compagnie de quelques noms de familles combattantes, au Maroc, dont beaucoup sont restées dans ce pays. Sa clairvoyance ci-dessus affichée, entre autres prémonitions issues d’autres élites combattantes durant la présence coloniale, a été confirmée un siècle plus tard par la mobilisation d’une génération, d’Hommes et de Femmes hors du commun, puisque elle a unifié les rangs d’un peuple longtemps désuni, exploité, rabaissé au niveau de la médiocrité voire réduit a la clochardisation et la mendicité. 

Par malheur, les anciens germes, lesquels ont corrompu la cohésion du peuple Algérien dans la diversité du militantisme des idées, ressurgissent sous d’autres formes sournoises, aux temps actuels, liées aux clientélismes politiques, économique….Certes, des réalisations liées au bien-être de quelques couches sociales ont été enregistrées sauf en matière de l’amour profond du labeur et surtout l’amour de la patrie et la liberté dans toutes ses dimensions. Parmi la génération novembriste, il y a ceux qui ont oublié, après l’indépendance, de fonder une famille car ils se sont consacrés entièrement au bien-être du peuple Algérien. Et ce qui est admirable, ils n’ont rien regretté car pour la plupart ils ont opté, en leur âme et conscience, pour cette voie pénible d’entreprendre une deuxième fois. Une seconde révolution, liée a la Démocratie, en leur for intérieur. Le combat suprême, disaient-ils en 1962 

Cependant, ces gens-la ont toujours l’impression d’avoir un goût d’amertume voir d’inachevé et, ce qui est dramatique et même pathétique, pensent qu’il appartient a eux d’accomplir le bonheur parfait et, subséquemment, ils ont un penchant maladif d’exercer le pouvoir, contre vents et marées, y compris au mépris de la volonté des jeunes générations lesquelles aspirent a prendre la relève, certes, difficile a assurer notamment après une longue confiscation du pouvoir d’agir en tant qu’adultes. 

Et ce qui est encore affligeant, elles abandonnent tout espoir de s’imposer notamment par les urnes afin de choisir leurs meilleurs représentants aux institutions élues. En revanche, quelques couches sociales, notamment ruralisées (en vérité défigurées) lesquelles ont été abêties par tant de promesses, continuent de croire au papa Noël en faisant confiance a leurs élus lesquels, de leur part, savent qu’ils seraient dorlotés a coups de plusieurs millions de dinars chaque mois. Sans compter les trafics d’influences en tous genres. A force, d’abuser de la confiance des gens, par le biais de reformes anticipant le grand chamboulement, on risque d’augmenter les dégâts ! 

Finalement, n’importe quelle relève serait assurée, forcément, que si elle a une confiance en elle-même…Afin de posséder cette assurance, cela nécessiterait d’autres moyens, non rafistolés, en matière de veille permanente (1). 

NOTE 

1. Jadis, un agriculteur possédait et aimait intensément une jument laquelle lui rendait d’énormes services agricoles. Une nuit, elle a été volée. Le matin, 

ses voisins entendaient le paysan crier : Je n’étais ni endormi ni éveillé ( ?), et ils ont volé ma jument. Plusieurs fois, et il courrait comme un fou ! Allant dans le même sens, une histoire rapporte qu’un villageois confiât a son ami : j’ai mangé une succulente citrouille en sauce 

de couscous et ravi il ajoute : c’était comme du sucre, mais ça n’avait pas le goût du sucre, c’est plus, du miel non plus. Son compagnon, dérouté, lui dit : Donc, ça ne peut être que de la M… !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...