RSS

Ma ville par El-Guellil

23 janvier 2012

Chroniques

Ma ville est moche, ou plutôt elle s’est enlaidie. La promotion des pôles industriels l’a effilochée, dans tous ses sens, et l’insécurité l’a recroquevillée sur elle-même. Et comme dirait l’autre, à tout malheur tout bonheur.      Mon voisin, artisan charpentier, dans notre tourmente collective et notre frénésie de « bunkérisation », a excellé dans l’art de confectionner des fortifications, tous bariolages, dimensions et épaisseurs confondus, ornées, ça et là, des plus subtiles nuances métalliques. Il est devenu le baron des barreaux. 

Les habitations ont commencé d’abord à ressembler à des dortoirs, pour ensuite cesser de ressembler à des maisons. Il était facile pour mes hôtes de remarquer tous ces balcons inusités, toutes ces fenêtres cloisonnées à longueur de saisons, au moment où mes voisins et moi étions de grands buveurs de soleil. Ce même soleil doré de mille et une lumières, pour lequel des artistes, et pas des moindres, se sont « orientalisés » parmi nous et dans nos contrées. 

Une ville respire, s’évertue, s’exhibe et s’angoisse comme une cellule vivante, m’a-t-on expliqué. Et sous d’autres cieux, m’a-t-on encore dit, l’impression de l’artiste précède la sollicitation de l’urbaniste, dans tout projet d’aménagement ou de restructuration de site. Dans ma ville, des maçons surclassent d’un revers de main, tous les plans d’architecture. Encore que de maçonnerie, les maçons de ma ville n’ont que la poussière du gâchis. 

Les façades de ma cité sont moroses, ses arbres déracinés, ses fresques et jets d’eau asséchés, sa pierre taillée repeinte, ses taxiphones et abribus malmenés. Et entre deux cafés est aménagé un café. Une véritable «kiosquemania» 

Ailleurs, il est planté un arbre pour chaque habitant, alors que les enfants des habitants de ma cité détestent la verdure, car nés daltoniens. Hérédité dominante, l’innée a anéanti l’acquise. 

Pris individuellement, le résident de ma ville est un type formidable, en apparence civilisé, très consciencieux et intelligent. Et hop ! il se métamorphose subitement dès qu’un autre résident ou d’autres voisins viennent à former avec lui, un groupe d’individus. L’association ainsi faite se transforme, comme par magie, en une démission collective, une indifférence totale ou, tout bêtement, en un laisser-aller écoeurant. Réunis, le quotient d’intelligence de mes voisins et le mien dégringolent à une allure vertigineuse. Mieux, nous manifestons et entreprenons, de plus en plus, un nouveau symptôme: la «lumièrophobie». Dès lors, il n’y a pas lieu de s’étonner que, dans ma ville que j’aime, des lumières s’en aillent ou qu’elles s’amenuisent en luminosité, pour ne pas perturber le vide dans son paisible et long sommeil. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...