RSS

Publication : «Ma destinée était écrite quelque part», 3ème roman de Abdelkader Ghellal

13 janvier 2012

1.LECTURE


le 28.11.11 | 01h00

 	Abdelkader Ghellal, une valeur sûre  en littérature, qui s’investit totalement dans la formation universitaire.

Abdelkader Ghellal, une valeur sûre  en…

Écrite par Abdelkader Ghellal, enseignant de littérature francophone et comparée à la faculté des lettres, langues et arts de l’Université d’Oran , l’œuvre «Ma destinée était écrite quelque part» est avant tout un cri de révolte, une dénonciation ardente qui fait écho aux pires moments de l’histoire d’Algérie ou à ses plus cruels blocages.

L’allégresse narrative et langagière de ce roman apparaît aussi pour ce qu’elle est: une forme de pudeur, une manière de réintroduire de l’humain là où l’intolérance et la haine, la jalousie et le conformisme, se sont ligués pour l’exclure. Mais le tragique, même s’il ouvre grand la parole sur le spectacle de l’honneur, n’est pas exempt d’un certain apaisement, d’une certaine paix de l’âme avec la certitude du triomphe des victimes sur des bourreaux qui ne seront pas parvenus à les réduire. L’originalité de cet ouvrage, édité en France, tient en partie à son caractère déroutant: classique et moderne dans ses rythmes et registres narratifs continus et fragmentés, mêlant à l’art du récit une attention poétique au jeu de mots.

C’est d’abord cela, le talent d’Abdelkader Ghellal, que confirme son troisième roman : un rapport de maîtrise et de jeu, avec les codes du récit, qui s’explicite parfois ironiquement et de manière intelligente dans des adresses directes à son lecteur et un irrépressible goût des mots.  Originaire de Tighennif (ex-Palikao) dans la commune de Mascara, l’auteur  de «La seconde mort de Houria», livre édité à la maison Dar El Gharb, est un chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran. Romancier, poète mais aussi lecteur avisé et critique des romans à succès de Mohamed Yasmina Khadra  et de Bouziane Ben Achour, Abdelkader Guellal s’intéresse à cette mouvance de la littérature algérienne, dite en chantier, et qui déroge aux lois du romanesque traditionnel.              

M. Linda

© El Watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...