RSS

La métropole algérienne par El Yazid Dib

12 janvier 2012

Contributions

La «France algérienne» n’est pas une géographie. Elle est une sociographie. Elle se vit comme une certitude qui vient côtoyer un rêve demeuré en eternel accomplissement. Vivre dans l’Hexagone, voir et commenter ce qui s’y passe, avec des yeux que commande toujours un cerveau arrimé à des racines d’outre-mer, c’est vivre sa «France algérienne».  

Il fut un temps, dans une injustice lointaine où des cris-bondirent de gosiers corses, maltais et provinciaux scandant «l’Algérie française». Peu après l’histoire s’asseyant à ses bonnes séances et fit dire dans une douleur généralisée à des gosiers asséchés, martyrs que cette Algérie n’est qu’algérienne. Sang, fer, mort sacrèrent l’auréole de ces derniers dans une équité recouvrant une indépendance, que l’on dit inachevée. 

2011/2012, fin débutante d’une année post-révolutionnaire, morose, soucieuse et fortuite. Quelque part, vers le nord-est de Paris, dans l’un des départements français qui semble contenir le plus gros lot d’une nouvelle génération d’arrivants. Là se tissent dans leur petit cosmos, des relations quasiment familiales. Elles sont nombreuses. Elles proviennent de différents horizons, de contrées toutes aussi différentes. Ces personnes sont comme un assemblage ficelé par la force imprenable du destin. 

Personne ne savait qu’un jour viendra pour les faire unir sur un mot, sur une tache, sur un partage de sentiment. Tout le monde savait, comme le reste de l’humanité qu’elles allaient survivre dans un désarroi mythique et mitigé entre gène et naissance, vie et résonnance. Miriam, une jeune parmi cet aréopage algérien, nommée initialement Meryem installée depuis peu dans la banlieue parisienne, affichant un sourire que dissimule une angoisse quasi apparente, ne s’empêchait pas d’arborer fièrement son appartenance d’algérienne. Etendard national en bandeau et en bandoulière, elle crie du fond de ses trippes : one ,two , three viva l’Algérie ! C’était lors d’une fête de la fin d’année agencée aléatoirement dans le p’tit arrondissement. 

Au même moment presque à quelques intervalles de temps, à la place de la république la France ouvrière, salariale, chômeuse et retraitée crie sa colère face à la déferlante crise financière et aux effets néfastes qui commencent à semer le trouble et la tourmente dans tous les foyers. 

L’échiquier politique de l’immigration algérienne en France se trouve déjà mis en branle. Avec un Guéant intraitable, celle-ci ne va pas désappointer de si tôt. Le monsieur est en œuvre de puiser, pour réduire le flux migratoire même dans la légalité des choses. L’émigration légale est la plus ciblée après celle dite coutumièrement clandestine. Par conséquent tous les accords et protocoles devront subir un lifting au sens de ce monsieur. 

Les concitoyens résidents dans l’ancien empire colonisateur ne sont pas uniformes sur les notions de gestion du Bled. En fait ce terme, à l’entendre se débiter, il ne dégage qu’un sens nettement diminutif. Il s’applique sans distinction aucune à tous les pays du Maghreb. Un marocain vous dira également « la bas, au bled… » Idem pour un tunisien. On s’abstient volontiers de citer in-extenso l’appellation officielle et usuelle du pays en question. Le « bled » devient ainsi un raccourci à une patrie non perdue de vue. Elle est nécessaire pour un ressourcement immédiat. Ces gens là, ont leur propre schéma des contrées lointaines qui les ont vus naitre ou d’où provient leur ascendance. Pour certains d’entre eux, le mythe du retour reste toujours présent.ils n’attendent pour ce faire qu’un oracle divin ou une sentence céleste. Pour d’autres, le retour ne se fera qu’une fois l’aller vers le bled aura lieu. Les jeunes sont là, prétendent-ils chez eux. Leurs parents demeurent suspendus justement jusqu’à ce retour «incertainement» attendu pourtant prémédité. Depouille mortelle dans un cercueil galvanisé. Un vieux, pionnier de la première génération rencontré selon les aléas de ma curiosité, fit de ce retour un départ sacré. Il en voit une obligation presque religieuse. Comme un destin prévu dès l’arrivée, il y plus de cinquante ans. Il l’évoque avec un brin de regret et d’hésitation. Le soupir itératif accompagnant sa dissertation sur le sujet exprime lourdement une note de chagrin et de contrariété. Là, les droits personnels sont respectés semblait-il m’inculquer avec persistance. Les nombreuses cartes non plastifiées en sa possession font de lui un être prioritaire en tout. Invalide sans l’être à l’apparence, son corps croule sous des dizaines d’années passées au Nord dans les sites miniers. Emile Zola en avait parlé dans son germinal. Mineur à son adolescence, il prétend avoir vendu sa force de travail. En lui, l’homme, cet être humain n’apparaissait pas beaucoup plus qu’apparaissait son ensemble de muscles, ses bras et sa robustesse à affronter le grisou et le froid terrible des entrailles de la terre dans ce village de Lourche à proximité de Denain dans les mines du Nord. Le souvenir l’estompe mais le rend allègre par tant de prouesse et d’état de services reconnus. La discussion fut vite interrompue à l’arrêt du bus. Moi je passais m’acquitter des droits excessifs d’accès, lui s’installa, sans le faire dans une place qui lui est spécialement réservé. Il a la gratuité du transport, des soins, de l’oxygène et une pension de retraite qu’il estime à l’équivalent meilleure que celle d’un wali en poste chez nous. Le monde, le mien tourne à mille tours autant que le bus marque les arrêts prévus et à l’horaire précis prédéfini. La minute ici est toujours une unité de compte. Elle n’est pas insignifiante. Au même titre que l’heure. C’est cette France là, du respect de l’invalide, de la reconnaissance du mérite et du travail, de la garantie de la protection sociale une fois out la vie active, de la rationalisation du temps que mon vieil ami d’un moment voulait exporter vers le bled. La France algérienne. Mais ensemble, refusons cette France du chômage criard, de la crise visible, des méventes et de la course effrénée contre le temps et pour la survie. Tous les gens sont pressés de partir ou venir, de manger ou se coucher. Rien ne compte à leurs yeux que l’euro, cette monnaie en phase de déperdition. Ensemble, nous disions qu’au bled, la vie est quand bien même vivable malgré les couacs temporels. 

Ici, le trottoir est fait pour les piétons, les cyclistes ont le leur. Les bagnoles et les bus aussi. Chez vous» me dit-on «vous confondez toutes les parties de la chaussée, celle-ci sert aussi de corbeille ou de bac à ordures recyclables ou non, un bac à ciel ouvert» confus, j’acquiesçais, non sans émoi. «Est-ce une affaire de citoyens ou de gouvernants ? Tentais-je un semblant d’auto-défense. «Ici, c’est l’affaire des citoyens, chez vous elle est celle de vos dirigeants» que dois-je dire ? La réflexion se poursuit le long d’un grand boulevard en cette soirée hivernale et de découverte d’un ancien ami professeur en nanotechnologie dans l’une des grandes Ecoles parisiennes. Il est là depuis plus de trente ans. Il respire l’air francilien, mais inspire l’odeur du « bled ». Il vit son pays en virtuel et en toute permanence. Erudit qu’il est, il est au parfum du dernier accident routier survenu dans tel virage situé dans tel bourg. C’est lui qui m’informa des assisses du CNES, de la signature de la loi de finances, des déclarations de Soltani, du ciel et de la bourse de Sétif. Le net c’est son passeport sans visa ni contrôle aux frontières. Il voyage au gré de ses clics. Les retrouvailles lui ont permis d’apporter du tonus dans la mélancolie qui l’emplit. Il n’osait l’avouer. Le froid de la France est loin de n’être qu’un état climatique, il partage l’espace cardiaque de tout être. Mon ami, je le voyais moulu dans un gabarit testeur d’une norme qu’il n’a pas à discuter. Il s’y enfonce et c’est tout. Il se remue, s’ajuste et se modélise aux contours des mensurations du gabarit en question. Les petits bonjours gratuits par-ci, les grands mercis sans âme par-là, les « pardons » obséquieux distribués à chaque passage, montée, descente, entrée, sortie ont fini par le rendre un « citoyen normalisé ». Cette ubuesque position, qu’il me définit comme comportement civique, moi je la voyais de mon angle de visiteur comme une charge sociale exagérée. Je la refutais, en faisant privilégier mon instinct grégaire de bledard un peu désemparé. Au gré de nos pérégrinations vespérales la providence a bien voulu nous fournir une thématique testimoniale à la réflexion que nous menions. Un homme s’affale brusquement sur le trottoir. Crise d’épilepsie ou probabilité hypoglycémique ? Personne ne s’en est rapproché. Les nombreux passants l’enjambaient et continuaient paisiblement leur chemin. Vois-tu mon cher ami, quelle société ? Elle est inhumaine, impersonnelle me suis-je attelé à gueuler. « Patience ami » m’assurait-il « si cela c’est produit chez vous, tout le monde accourrait vers lui et chacun devient un secouriste, qui une clef, qui de l’eau, qui je n’en sais quoi d’autres ». Mais il faut faire quelque chose ? ai-je tenu pour le brusquer. Il m’apostropha en m’invitant à bien regarder les gens qui avaient au moment de l’acte enjambé l’individu. Ils étaient accrochés à leurs portables. Une civière, une équipe médicale, le Samu sont là. « Vois-tu mon cher ami, on n’est pas dans une société inhumaine ni impersonnelle, mais une société simple organisée et bien structurée, chacun fait son travail, les gens s’affairaient à appeler qui de droit » que dois-je dire encore ? C’est cette France là, celle de l’organisation civile, du sens civique, de la responsabilité individuelle que mon ami de toujours voulait exporter vers le bled. La France algérienne. 

Quelque part dans la rue de la Croix Nivert, un bel immeuble abrite un bout d’une Algérie qui mérite d’être visité une fois étant devant. Sa notoriété n’est pas intrinsèque à son architecture ou son design urbain mais au titulaire du poste de sa gestion. Une sommité dans la littérature universelle. Une icône internationale qui fait tout de même la fierté nationale. Juste à l’entrée, le dispositif d’accueil vous confirme bel et bien que vous y êtes. Un planton eu lieu et place d’un guide vous happe en vous saisissant par l’interpellation sur le motif de votre visite. Dans un espace culturel culturellement me suis-je dis le motif général n’est autre que de glaner entre les coulisses d’exposition, de vernissage, de galeries d’art ou de présentation artistique. Là le badaud que j’étais s’est vite désenchanté et se croit encore dans le hall d’une administration communale à Batna ou Saida. Heureusement pour l’image le chef des lieux a modifié les nuances de cette image que tentait de ternir son gardien. L’écrivain de « L’écrivain » vient de dégager un sentiment de bon accueil et s’acquitte à merveille au visiteur banal de ce que le jour doit à la nuit. J’y ai trouvé un petit homme au grand savoir. Il n’a rien perdu de son algérianité verbale ou vestimentaire, contrairement à son gorille du hall d’entrée. L’Algérie est toujours présente, surtout dans son petit clavier, là où se sont dessinées en graphie toutes les trames des tragédies romanesques qui ont fait de l’homme un romancier reconnu et avéré. J’ai eu droit en live, sur le plasma de cet écran de gouter déjà aux prémices d’une redécouverte de la ville d’Oran racontée par un migrant du sud, vers 1920. La description ressemblait à une scène filmique digne d’un bestseller hollywoodien. Le détail urbain, les tranches de vie, le portrait des gens, la terminologie adéquate vous sautent aux yeux. La lecture que me faisait l’auteur en direct de cette histoire encore inédite car en cours de couvaison est venue à point détruire l’incantation qui me bourdonnait à propos des critiques professées à son envers. Là aussi j’ai pu constater que l’Algérie existe également ailleurs. Dans les œuvres nées sur les hauteurs de la rue de la croix Nevert dans le 15 ème. 

Au retour de mes rêveries de solitaire, le constat fait est que les nationaux résidents en dehors du territoire national vivent dans une terre mais survivent toujours dans la leur. La dureté journalière, l’inquiétude des lendemains, l’incertitude de l’avenir les partagent tous. Les problèmes sont identiques à cette exception qu’ici on les vit dans un confort matériel extérieur et non dans un total dénuement. Les magasins achalandés, les terrasses de café fréquentées, les facilités de mobilité offertes ne suffisent plus à construire un bonheur. La quiétude de l’âme et la passibilité manquent. La bi-nationalité n’est plus regardée comme un reniement national. La nationalité n’exprime plus le nationalisme. Comme la religion tient à renier la race et l’espèce ethnique. Universalisme. Abord de ce Boeing qui en toute conviction ne partira pas à l’heure annoncée vers le retour programmé c’est la fin subite des p’tits bonjours, des grands mercis, et des pardons obséquieux. L’heure s’est vite réglée à dezni endezek. Pousse que je m’y mette. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...