RSS

«Bipili!, Flexili!»

11 janvier 2012

Contributions

Le 11/1/2012  Chroniques

Soug N’ssa


Par Farida T.

«Bipili!, Flexili!»

Depuis l’avènement de la téléphonie mobile il y a de cela une douzaine d’années, à part le fait que nous sommes tous devenus esclaves de nos «portables», et au-delà des innombrables et indéniables avantages que nous offrent ces appareils téléphoniques mobiles, il faut nous avouer que nous avons enrichi notre vocabulaire. Tous. Tout âge confondus et tous niveaux d’instruction aussi. Certains ont perdu leur orthographe en cours de route, mais, tous ont gagné en vocabulaire «IN», «branché». Vocabulaire spécifique extrêmement important par la portée des actions et des conséquences de chacune de ses actions. Il n’existe pas un algérien qui ne connaisse pas la signification de «flexy» et encore moins celle de «Bippi». Deux pratiques socio- culturelles nouvelles, totalement importées et entièrement adaptées à des pratiques de téléphonie. Ainsi donc, les sociolinguistes ont du pain sur la planche. C’est d’ailleurs une merveilleuse aubaine de recherche linguistique, culturelle et anthropologique pour tous ceux qui se masturbent les méninges à essayer de définir l’étymologie de certains mots et les transformations éventuelles qui ont pu l’altérer à travers les siècles. Oui, une réelle chance, car d’un point de vue diachronique, ces néologismes se sont répandus à une vitesse fulgurante sur un continuum très court. Ainsi donc, avec «flexy» et «Bippi» pas besoin de recherches sur les origines. Par contre, une remarque et non des moindres, attire l’attention de ces mêmes scientifiques: Le verbe «flexy» qui signifie, donc, créditer une certaine somme d’argent vers un numéro donné, est quasiment toujours conjugué à l’impératif lorsqu’il est formulé par une femme qui s’adresse à un homme: «flexyli». Le deuxième verbe, «Bipi» quant à lui, peut se conjuguer à l’indicatif car, il ne consomme rien, ça donne donc: «nbipilek». Néanmoins, les recherches de concomitances, entre ces deux néologismes, ont démontrées, que ces deux verbes étaient interdépendants, puisque pas de «nbipilek»sans «flexili»!!!

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...