RSS

Actions publiques et démarche scientifique ? par Ahmed Bouyacoub*

5 janvier 2012

Contributions

Dans la situation de crise générale dans le monde, l’Algérie semble échapper aux principales contraintes financières qui pèsent sur un grand nombre de nations. 
Ce qui ne signifie pas l’absence de symptômes profonds de crise. Dans un grand nombre de villes et villages, des manifestations de colère des citoyens sont enregistrées presque quotidiennement sous forme d’émeutes, de blocages des routes, d’occupations des administrations, de grèves, mais aussi d’immolations, de hargas… Certains considèrent ces manifestations comme de simples dysfonctionnements, en partie liées à l’absence d’autorité de l’Etat, et d’autres les considèrent comme un signe d’une crise profonde du système institutionnel et socio-économique du pays. Ce qui se passe dans l’environnement arabe immédiat ne facilite pas la compréhension de la situation algérienne. 

Dans ces conditions, l’économiste (tout comme le sociologue, le politologue…) est souvent interpellé sur «les remèdes» ou «les principales actions» à mener dans une Algérie où, malgré les masses d’investissement injectées dans la plupart des secteurs, la croissance économique reste modeste et le décollage économique se fait toujours attendre. 

En réalité, l’économiste n’est ni un devin ni un magicien. Certains lui contestent même la qualité de scientifique1 , au regard de ce qui se passe dans les économies développées2 et des crises financières accumulées depuis quelques années. S’il exerce convenablement son métier, il doit en respecter quelques règles de base, pour appréhender le «réel», car, «Le réel n’est jamais «ce qu’on pourrait croire» mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser» comme le soulignait fortement le philosophe des sciences Gaston Bachelard3 . 

A la question «quoi faire ?» ou plus politiquement «que faire ?», il n’y a pas une seule réponse. Les réponses sont nombreuses et différentes. On peut identifier au moins trois approches différentes. 

LA PREMIERE APPROCHE PEUT ETRE APPELEE «L’APPROCHE BUREAUCRATIQUE» 

Les administrations produisent souvent des états de lieux et des relevés de situation concernant leurs domaines. La faiblesse de l’encadrement de l’administration et la faible tradition de transparence ont fini par produire des reflexes antinomiques avec la recherche de connaissance réelle de situations réelles. 

Ainsi, pour la connaissance des problèmes qui se manifestent dans le pays, le listing peut être très long et les différents secteurs administratifs peuvent produire des situations qui évaluent à leur manière ces problèmes. En fait, chaque centre urbain peut aligner de la même façon des problèmes de citoyens liés à l’accès au logement, au terrain, à l’emploi, aux soins, à l’éducation des enfants, au transport, à la consommation, au pouvoir d’achat, à la justice, à la sécurité, à la validité des diplômes, à l’accès à l’énergie dans certains cas, mais il y a aussi des problèmes liés à la pauvreté, aux libertés, à la corruption, à l’exclusion, à la drogue, à la harga, à la mal vie des jeunes… 

Cette démarche considère implicitement comme légitimes, les choix opérés par les administrations, parfois en dépit du bon sens. Au niveau local, ces administrations, quand elles se trompent, n’hésitent pas à «coller» ces erreurs aux administrations centrales. Ainsi, face à des problèmes cruciaux de la société, ces administrations incriminent soit la catégorie de citoyens qui se manifestent brutalement, soit les décisions centrales, pour leurs choix ou «l’insuffisance» des budgets alloués, soit les «décideurs locaux» précédents. 

Face à la croissance des problèmes non résolus et surtout à l’intrusion des citoyens dans la rue pour diverses contestations des choix, il ya peu de remise en cause des logiques administratives. Ce qui est requis c’est la croissance de moyens humains et financiers pour faire face à la contestation. 

La logique administrative telle qu’elle s’est développée en Algérie considère le volume de ressources comme le facteur déterminant dans la gouvernance des cités et des secteurs. Ainsi, les demandes fusent de toute part et concernent tous les problèmes. Ces demandes finissent par être insatiables. 

Ce mode de gouvernance exclut la fixation d’objectifs annuels et l’évaluation des résultats. Des réformes sont menées dans certains secteurs sans évaluation périodique des résultats et sans correction ou révision de ce qui doit l’être. 

Dans cet ordre d’idées, la démarche bureaucratique consisterait à dresser un listing des difficultés et à suggérer le volume de ressources nécessaires. Les problèmes, aussi graves soient-ils, seraient de simples dysfonctionnements dus, d’une part, à «l’incivisme, l’impatience ou à l’indiscipline de citoyens», ou, à «des manipulations malveillantes», (ici, on est dans la théorie de «la société qui tourne le dos à l‘Etat»), et d’autre part, à la question des ressources mobilisées, et notamment les ressources financières. 

Cette approche a montré ses limites dans tous les secteurs qui n’arrivent pas à «consommer» les budgets alloués. Elle alimente, par ailleurs, le poids de la gestion bureaucratique de la société et exacerbe les symptômes visibles de la crise. 

LA DEUXIEME DEMARCHE PEUT ETRE APPELEE «L’APPROCHE POLITICIENNE». 

En principe, toute proposition d’actions publiques relève d’une approche politique explicite ou non. Ce dont il s’agit ici, c’est de la démarche qui repose a priori sur un certain nombre de choix justifiés dans différents domaines. Ces choix peuvent être regroupés dans ce qu’on appelle un projet de société et embrasser un grand nombre de domaines, ou se limiter à ce qui est considéré comme stratégique. 

Les choix peuvent concerner, en particulier, les principaux domaines : politique, institutionnel, juridique, et économique, comme par exemple : 

• Degré d’ouverture de l’économie 

• Type de relations avec reste du monde et/ou zones économiques 

• Importance et rôle de l’Etat 

• Importance du secteur public 

• Types de mécanismes de régulation 

• Hiérarchie des secteurs économiques 

• Mode de gouvernance des finances publiques 

• Type de répartition des revenus 

Dans le domaine économique, à partir de choix explicites, il est possible de lister des actions publiques principales. Par ailleurs, ces choix peuvent s’appuyer sur une connaissance scientifique des expériences des autres pays, d’une part, et des ressources et des contraintes du pays, d’autre part. Dans le cas contraire, cette approche pourrait se contenter de calquer des schémas importés sur des réalités méconnues. 

Dans différents domaines, cette approche a montré ses limites comme dans les secteurs de l’industrie, l’éducation, l’enseignement supérieur, etc.… Au nom d’objectif, dit universel, on introduit des transformations parfois très importantes sans adapter le contexte et on aboutit à la perversion de certaines situations, car on n’a pas tenu compte des conditions réelles d’application. 

Les exemples sont très nombreux dans le domaine économique comme dans tous les autres domaines. A la faveur de la mondialisation, l’Algérie a été amenée à adopter des règles en cours dans les pays développés, sans une surveillance précise des impacts à court et moyen terme. Les résultats sont parfois tellement contraires aux objectifs que les pouvoirs publics s’empressent de remettre en cause des décisions prises auparavant. Ce qui amène les institutions internationales à classer l’Algérie parmi les pays à très faible visibilité réglementaire et les partenaires étrangers à considérer notre pays comme étant très instable au plan du droit, et notamment le droit des affaires. 

Cette approche qui repose sur une liste de grandes actions même inspirées des expériences d’autres pays bute sur la méconnaissance des conditions réelles d’application, faute d’études scientifiques détaillées et faute de connaissance des comportements d’acteurs chargés de la mise en œuvre. 

Par ailleurs, cette approche confond lourdement l’opinion, que tout un chacun peut avoir d’un phénomène économique ou social, et une véritable représentation scientifique de ce phénomène qui ne peut être construite qu’à partir d’une étude. Le mélange entre l’opinion et l’avis scientifique peut causer de véritables dommages sur le plan de la prise de décision. Gaston Bachelard soulignait avec force que «la science, dans son besoin d’achèvement comme dans son principe, s’oppose absolument à l’opinion4» 

Ainsi, les listes de «50 ou 100 mesures» sont dénuées de fondement et n’ont aucune chance de réussir à débloquer la situation socio-économique du pays, car elles ne reposent ni sur une vision systémique, ni sur une connaissance approfondie de l’économie et de la société. 

LA DEMARCHE DITE «RATIONNELLE» 

Il est nécessaire d’insister sur cette démarche, car en Algérie, à l’inverse des pays développés, la connaissance scientifique de l’économie et de la société est balbutiante. Elle n’embrasse pas tous les domaines et les travaux publiés sont encore quantitativement et qualitativement assez peu nombreux. Les données du dernier rapport de l’UNESCO sur la science sont assez significatives à ce sujet. En 2007, l’Algérie a enregistré 37,5 publications scientifiques pour 1 million d’habitants, quand la Tunisie en a enregistré 196,2 et l’Egypte 48,6 et les pays développés entre 1000 et 3000. Parmi les raisons admises de cette situation, il y a bien entendu le nombre de chercheurs, encore très faible, puisque l’Algérie ne compte que 170 chercheurs pour 1 million d’habitants, quand la Tunisie en compte 1588 et l’Egypte 617. Le deuxième facteur concerne les ressources dédiées à cette activité de recherche et développement. L’Algérie a dépensé 0,16 % de son PIB en 2007, quand la Tunisie en a dépensé 1,02 % et l’Egypte 0,23%. Les pays développés dépensent, dans ce domaine, entre 2 et 3,5% de leur PIB. Nous avions démontré dans une étude, il y a trois années, qu’il y avait une très forte corrélation entre le nombre de publications scientifiques et le niveau de financement de la recherche, dans le monde5 . En Algérie, La connaissance scientifique, dans les sciences humaines et sociales, n’a pas toujours été considérée comme une étape centrale de la prise de décisions. Celle-ci à différents niveaux, s’est toujours contentée, dans le meilleur des cas, en l’absence de travaux scientifiques, d’études conjoncturelles et urgentes menées parfois par des experts étrangers. Ces études ont le mérite de synthétiser et de présenter les données existantes. Peu d’organismes, en Algérie produisent et publient des travaux réguliers et détaillés sur leur domaine d’intérêt. On assiste même à un certain recul dans ce domaine. De nombreuses institutions ne mettent plus à jour la publication de leurs données ni des rapports conjoncturels qui sont essentiels à la recherche scientifique et à la connaissance de certains secteurs. On assiste également à des dénigrements systématiques du niveau de formation dans le système éducatif et universitaire, parfois de la part de ceux-là même qui sont censés en être les principaux acteurs ! Ces dénigrements avaient commencé, s’agissant des intellectuels et universitaires, quand il a été affirmé, impunément, que «les meilleurs étaient partis». 

La démarche scientifique doit impulser la connaissance scientifique de différents problèmes économiques et sociaux du pays6 . Les grands problèmes qui agitent notre société tels que le logement, l’emploi, la jeunesse, la consommation, le pouvoir d’achat, l’accès aux services publics divers, les libertés, la justice, la corruption, les exclusions de l’école, la consommation de drogue, la question du niveau des diplômés etc. pour ne citer que ce qui revient quotidiennement dans la presse, font l’objet de très peu d’études contradictoires qui renseignent à la fois sur le phénomène, ses caractéristiques, ses logiques et les solutions éventuelles. 

Ainsi, à titre d’exemple, face aux demandes insatiables de logement, ce qui est mis en relief dans les discours officiels ce sont la capacité de réalisation des objectifs affichés en termes de construction et les difficultés liées aux choix des attributaires ! La question économique et sociale du logement ne semble pas être posée dans toutes ses dimensions7 , et le fait que le recensement de 2008 relève l’existence de presque 1 million de logements inoccupés, un parc immense, face à 5,3 millions de logements occupés, ne semble pas déranger, outre mesure, les décideurs dans ce domaine. Pour cette question, la recherche de mécanismes de régulation adéquats est plus urgente que la construction elle-même qu’il faut naturellement encourager, peut être différemment. Le Bilan gouvernemental des réalisations montre que le quinquennat 2004-2008, malgré des efforts colossaux, n’a réalisé que 380 000 logements (en dehors de l’habitat rural et de l’auto -construction). De ce point de vue, l’objectif affiché de 1,2 million de logements parait non réaliste. 

L’autre exemple concerne la consommation de véhicules de tourisme. Les données indiquent l’existence de 7,6 véhicules pour 100 habitants à la fin de 2009. Ce taux d’équipement est plus élevé que celui de pays voisins qui abritent pourtant des usines de montage de véhicules. D’un autre côté, l’Algérie compte 35 véhicules par km de route, ce qui correspond presque au taux français (39), pays développé au plan de l’industrie automobile et de l’infrastructure routière. Comment justifier que ce segment de la société, les 23% de ménages qui possèdent un véhicule au moins, bénéficie d’une subvention indirecte sur les carburants, dont les prix sont fixes depuis presque une décennie (estimée à presque 3 milliards de dollars) et en plus fasse supporter à la collectivité tous les autres coûts (construction et entretien des routes, sécurité, accidents, décès, pollution…). Face à la suspension du crédit à la consommation des véhicules, on a rarement souligné ces impacts négatifs pour l’économie et les ressources rares du pays. Les arguments des politiques se sont confinés, au mieux, dans une posture défensive face au déchaînement de certains médias, par ailleurs, fortement intéressés par les publicités des concessionnaires de véhicules. Cette démarche est d’autant plus dommageable pour l’image du pays que la question de la consommation de véhicules n’a pas été posée, comme pour le logement, dans une vision systémique, qui tient compte de tous les facteurs déjà soulignés et de la question des subventions indirectes dont bénéficient les propriétaires de véhicules. Surtout que 10 % de ménages algériens résidant dans les grandes villes (Alger, Constantine, Bejaïa, Annaba, Oran, Blida, Boumerdès,) possèdent 55 % du parc de véhicules de tourisme d’Algérie. Ainsi, 10% seulement des ménages algériens (un peu plus de 580 OOO), autrement dit, les ménages les plus riches du pays, possèdent plus de la moitié du parc algérien et bénéficient d’une subvention indirecte sur les carburants supérieure à la somme de toutes les autres subventions sur les produits alimentaires. Cette question n’est jamais débattue sous cet angle, quand des tentatives d’augmentation des prix de carburant ont été formulées, il y a plusieurs années. 

Ces questions devraient être des chantiers d’étude et relèvent de choix importants. Le logement et le véhicule ne sont pas seulement des biens de consommation durables. Ils sont le symbole de réussite et traduisent de profondes inégalités économiques et sociales en Algérie. La solution, dans ces domaines, ne saurait relever d’une simple approche technique. 

Ainsi, l’approche scientifique doit recenser les questions centrales, telles qu’elles se posent dans une société8 , et permettre d’ouvrir des chantiers d’études scientifiques, dans le cadre d’une vision systémique de l’économie et de la société. Un simple listing «commenté» des problèmes soulevés dans la société et une liste de mesures urgentes ne suffiraient pas à éteindre le feu de la crise. 

CONCLUSION 

1. A court et moyen terme, la connaissance précise des phénomènes économiques et sociaux ne peut être remplacée par de simples opinions, même exprimées de manière systématique. La consultation des acteurs, nécessaire au plan politique, ne saurait remplacer l’étude scientifique des problèmes de société. 

2. La démarche scientifique peut permettre la production de connaissances scientifiques sur tous les phénomènes en question9 . Concernant les solutions proposées, les choix, au-delà de la question des ressources, sont opérés à partir d’une démarche politique dont le souci premier viserait à convaincre la société et les partenaires. 

3. Dans une situation de crise et de contestation généralisée de la part de certains acteurs, les pouvoirs publics ont intérêt à rappeler, à chaque circonstance, les réalisations du pays dans les secteurs concernés. Ils ont intérêt parce qu’ils doivent apprendre à rendre compte à la société de l’impact de leurs actions. 

4. Enfin, pour une meilleure connaissance des phénomènes économiques et sociaux du pays, Il est urgent, d’organiser des chantiers d’études scientifiques sur les principales questions qui se posent. 

*Université d’Oran 

Notes 

1- Chavagneux Christian, « Qu’est-ce qu’un bon économiste ? », L’Économie politique, 2011/3 n° 51, p. 5-6.

2- Cordonnier Laurent, « Pourquoi les économistes se sont-ils trompés à ce point ? » L’Économie politique, 2011/2 n° 50, p.32-44. 

3- Bachelard Gaston, La formation de l’esprit scientifique. Paris, Livre de poche 2004, p.15 

4- Bachelard Gaston, La formation de l’esprit scientifique. Paris, Livre de poche 2004, p.16 

5- Bouyacoub Ahmed , Dépenses en Recherche-et-Développement et production scientifique, Colloque international « Savoir et société » organisé par le CREAD, Alger du 11 au 12 novembre 2007, 15 p. 

6- Solignac-Lecomte Henri- Bernard, « Mettre les économistes au service du développement L’Économie politique, 2011/2 n° 50, p. 106-112 

7- Jacquot Alain, « Doit-on et peut-on produire davantage de logements ? », Regards croisés sur l’économie, 2011/1 n° 9, p. 150-158 

8- Jacquet Pierre, « La recherche en économie sert-elle le développement ? », L’Économie politique, 2011/2 n° 50, p. 84-92 

9- Walery Serge, «Productivité académique contre contribution scientifique : le cas de l’économie », L’Économie politique, 2011/3 n° 51, p. 70-96. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...