RSS

Abdou Benziane, un homme libre par Abed Charef

5 janvier 2012

Contributions

Hommage à Abdou Benziane, journaliste, homme de télévision, passionné de cinéma, mais d’abord, un homme libre. 
C’était fin 1990. Abdou Benziane, fraichement nommé à la tête de la télévision algérienne, devait adapter cette institution au nouveau paysage politique. Il fallait en modifier le statut, pour permettre une expression équitable des partis et des courants politiques, rendra la chaine plus attractive, ouvrir davantage la chaine à la société algérienne, tout en assurant une mission de service public. 

Abdou Benziane convoque son DAG, et lui soumet l’idée. Celui-ci, hérité de l’ère du parti unique, refuse. « On ne peut pas changer le statut », dit-il, car « l’ancien statut a été signé par un ministre ; il faut donc un arrêté ministériel pour abroger l’ancien statut ». Mais dans le gouvernement de Mouloud Hamrouche, il n’y avait pas de ministre de l’information ! 

 Abdou suggère qu’il pourrait lui-même signer le nouveau statut. 

- Impossible, réplique le DAG ? vous n’êtes pas ministre, vous ne pouvez pas signer un arrêté ministériel. 

- Alors, le chef du gouvernement le signera, dit Abdou. 

- Non, le président Chadli Bendjedid a établi la liste des décrets que peut signer le chef du gouvernement. Celui-ci n’y figure pas. 

La discussion s’enlise. Les mêmes arguments sont répétés, mais tout ceci ne mène nulle part. Au bout de dix minutes, Abdou Benziane tranche. Il regarde un moment son DAG, puis déclare : 

- J’ai trouvé. Je vais te limoger, toi, pour pouvoir changer le statut de l’ENTV! 

Au-delà de l’anecdote, cette mésaventure traduit, en fait, toute la démarche et la manière de travailler de Abdou Benziane. Homme d’ouverture, ayant des convictions personnelles solidement ancrées mais n’excluant personne, Abdou Benziane était un homme de dialogue, de concertation, ayant un sens aigu de l’efficacité. Il discute, il aime le débat, mais il va aussi droit au but, n’hésitant pas à trancher dans le vif, quitte à se faire des ennemis. 

C’était aussi un homme libre, à la limite du libertaire. Il n’avait aucun tabou. Aucune innovation ne lui faisait peur. Il pouvait se le permettre car cette liberté d’esprit s’accompagnait d’un solide attachement aux règles, et en premier lieu à la loi. 

C’est ce qui lui a permis de briller lorsqu’il a dirigé la télévision algérienne, où il a bénéficié de trois facteurs qui n’ont jamais été réunis depuis. 

D’abord, une compétence personnelle exceptionnelle, une connaissance des médias et de la télévision forgée à travers de longues années de pratique et de débats sans limite. C’était l’un des meilleurs professionnels, doublé d’une forte personnalité. 

Ensuite, il a bénéficié d’une conjoncture politique rare. Abdou Benziane était, depuis longtemps, convaincu de la nécessité d’ouvrir les médias. Pour lui, c’était une évidence. Il s’est vu confier la télévision par un pouvoir qui voulait précisément, à ce moment, ouvrir les médias. 

Enfin, Abdou Benziane a rapidement compris que le fonctionnement de la télévision devait être codifié, avec des règles faciles à appliquer. Une charte pour les journalistes, un cahier de charges, une grille qui essaie, dans la mesure du possible, d’intéresser toutes les couches de la population, et le tour est joué. 

Avec ces ingrédients, il a réussi à mettre sur pied une télévision ouverte, attractive, qui avait une décennie d’avance sur les chaines les plus avancées du monde arabe. Mais Abdou Benziane n’a pas survécu au chef du gouvernement qui l’avait nommé. Un mois à peine après le départ de Mouloud Hamrouche, à l’été 1991, Abdou Benziane est relevé de ses fonctions, laissant une télévision qui n’avait pas achevé sa mutation. Ses successeurs vont rapidement démanteler les progrès que la chaine avait réalisés en deux ans. 

C’est à ce moment aussi que Abdou Benziane avait eu sa première alerte cardiaque. Il s’en relèvera, et se remet rapidement à l’œuvre. Car, et c’est là un autre trait de caractère de Abdou Benziane, c’était un homme qui ne se sentait heureux que dans l’action. Il ne supportait pas l’oisiveté, la retraite, le repos, le congé. Il était tout le temps en mouvement. Certains disaient que c’était un anxieux : s’arrêter le rendait malade. Pour lui, il vaut mieux repartir à zéro plutôt que de s’arrêter à mi-chemin. 

A La Nation, où j’étais son directeur –il avait été mon directeur général à la télévision, avant qu’on ne se retrouve tous les deux au Quotidien d’Oran, un des rares espaces de liberté à la fin des années 1990-, il n’était pas seulement le journaliste et le chroniqueur. Il était aussi le conseiller, l’animateur, l’homme qui aplanissait les difficultés et arrondissait les angles. Il avait une capacité étonnante à simplifier des situations compliquées, à réduire les problèmes à leur juste dimension. 

Mais cette souplesse ne signifiait pas faiblesse. Sur les libertés, la démocratie, les Droits de l’Homme, il était toujours fidèle à son propre « cahier de charges ». Et c’est tout naturellement qu’après une nouvelle et brève parenthèse à la télévision, sous Rédha Malek, il fut amené, en 1999, à participer à la campagne du candidat qui lui paraissait incarner le mieux ces valeurs, Mouloud Hamrouche. 

L’autre Abdou Benziane aimait la vie et le cinéma. Il aimait tellement la vie qu’il n’allait jamais au cimetière. Même pour dire adieu à des proches, comme Kheireddine Ameyar ou Bachir Rezzoug. A l’inverse, il voyageait beaucoup, et retombait toujours sur ses pieds pour trouver du travail là où, précisément, le voyage fait partie du boulot. Grâce à de solides réseaux, mais aussi grâce à son nom, il réussissait toujours à trouver le bon filon dans le monde du cinéma, de la culture et de la communication. Du festival de Cannes à l’exposition au musée du coin, il était dans tous les coups. 

Il savait pourtant que ce n’était qu’un palliatif. Ses proches savaient que c’était un immense gâchis, de réduire un homme de cette envergure à de petites opérations de communication alors qu’il avait l’étoffe pour mener de grands projets. Comme engager le pays dans le pluralisme audiovisuel. Il en était tellement frustré que ça devenait chez lui une maladie. 

Mais il avait tellement raison ! il y a vingt ans, il disait déjà que les chaines françaises, captées grâce à la parabole, étaient devenues des chaines nationales, car elles concurrençaient directement l’ENTV et contribuaient à forger l’opinion publique nationale. Aujourd’hui que l’opinion algérienne est livrée par Al-Jazeera et ses sœurs, en l’absence de chaines algériennes influentes, ces déclarations prennent toute leur importance. C’était l’ultime regret de Abdou Benziane : voir l’Algérie rater ce virage alors qu’elle avait été pionnière. Mais n’a-t-elle pas raté le virage de la démocratie après en avoir découvert la formidable saveur ? 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...