RSS

Vrais enjeux ou fakhfakha ? par Abdou B.

29 décembre 2011

Contributions

«Ni despotisme ni terrorisme, nous voulons les progrès en pente douce» Hugo 
De nombreuses légitimes questions et inquiétudes animent les pages des journaux privés, à l’approche des prochaines législatives. Ces dernières vont se tenir à un moment particulier de l’histoire de l’ensemble des pays arabes et africains. L’appartenance souvent «forcée» à la seule sphère arabe, à la «oumma» inscrit donc, théoriquement, le pays dans la liste des pays qui, bon gré mal gré, appliquent une feuille de route, subissent des mutations, devenues inéluctables par la marche et les évolutions mondiales dominées par une série de crises, au cheminement incertain. 

A l’évidence, puisque les faits sont têtus, d’anciens paradigmes et même des identités «meurtrières», simplement plaquées pour des objectifs politiques ou des mariages idéologiques, n’ont plus les effets d’après les indépendances. Ces dernières détournées, confisquées ou à l’origine superficielle, sont remises en cause, profondément. L’émergence massive, violente, cataclysmique» de puissants mouvements islamistes, parfois avec des branches arrivées, de rites qui étaient assoupis, réprimés ou clandestins, ont atomisé de fragiles constructions d’états nations. Ceux-ci, toujours en voie d’achèvement, dans une interminable transition, sont immergés dans le bruit et la fureur dans des «printemps» ou des «révolutions dont les contours et les finalités sont encore fuyants et dans l’opacité. Les crises économiques, financières qui travaillent en profondeur les USA et l’Europe, ont de fait, accéléré les mutations et imposé des réformes institutionnelles, politiques et économiques à des systèmes rentiers, archaïques, fortement centralisés, autoritaires, construits depuis des décennies sur les modèles du parti unique (même avec plusieurs formations politiques) et d’une économie administrée par un centre omniscient et infaillible, selon des dirigeants trop souvent illégitimes, des castes incompétentes ou des familles de prédateurs incultes, managés par les USA, l’Europe, comme des sous-préfets assis sur des mers de pétrole. 

La première des répliques gigantesques réside en la «harkisation» de régimes leaders, longtemps parmi les membres de la «oumma». Ces régimes, à 100% arabes et musulmans, dans une mosaïque de pratiques (wahhabisme, sunna, chiia, moitié-moitié) sont progressivement recrutés (pouvoirs militaire et civil pour financer, prêter des troupes et leurs territoires pour faire tomber des pouvoirs et détruire des pays à 100% arabes et musulmans. Aujourd’hui, face à ces mutations, la seule question qui mérite d’être posée aux cadres des partis algériens dits «nationalistes», gardiens non assermentés des «constantes» arabes est : «que pensez- vous des positions de ces gouvernements qui s’allient à l’Occident mécréant, pour attaquer et occuper des pays arabes et musulmans?» La question mérite aussi d’être posée à des politiques à 100% berbères, dont l’accent est audible depuis la lune et qui ont psalmodié leur «arabité», au mépris du réel et des origines lointaines et enracinées des peuples maghrébins, avant l’arrivée des armées venues d’Arabie, aujourd’hui, base avancée des «croisés». 

Autant demander à tous les dirigeants américains et européens, ce qu’ils pensent des gouvernements qui appliquent la lapidation pour la femme adultère, qui condamnent par la justice les homosexuels, qui coupent la main du voleur et interdisent aux femmes de conduire et de fréquenter les grandes surfaces, en même temps que les hommes, qui considèrent la mixité et la laïcité comme des preuves irréfutables de l’athéisme… 

Leur embarras, toujours passager, est l’équivalent de celui du responsable berbère maghrébin qui discourt sur l’unité et la fraternité arabes. A observer et sans préjuger sur les développements éventuels sinon prévisibles pour certains en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Yemen, en Syrie, au Maroc et en Mauritanie, ce qui se passe dans le monde arabe, l’Algérie bénéficie d’un sursis à ne pas dilapider par un statu quo des plus explosifs. Le pays est, jusqu’à la fin du monde, dans un environnement qui le modifie et qu’il peut modifier s’il a les moyens d’une politique et une politique intérieure à même de faire de l’Algérie un pays pivot qui a tous les atouts pour rayonner et être leader. Or, les voies empruntées, si elles ne sont pas quittées au plus vite, le ramèneront au même sort de ses proches voisins. 

La valse hésitation au plan économique, l’absence de tout projet culturel au niveau des diversités enrichissantes et des capacités créatrices de la jeunesse, la chasse systématique aux libertés fondamentales, à celle de la presse, les compromissions et les cadeaux faits aux courants islamistes parmi les plus incultes et les moins patriotes de la «oumma» qui n’a existé que dans les rêves, l’exclusion féroce de l’opposition, le niveau de la corruption, la baisse terrifiante des systèmes éducatif et universitaire, mettent le pays en danger. 

Dans les contextes international et maghrébin, les messes anti-impérialistes ne sont que l’expression impuissante d’une fuite en avant stérile. La dépendance alimentaire, l’addiction à l’importation de médicaments, d’allumettes, de blé, de chocolat, de fruits exotiques, de voitures, d’armes, sont les meilleurs alliés «pacifiques» de «l’impérialisme» qui se gausse des meetings anti-machin. La passivité des anti-ingérences devant l’élargissement de la corruption, le rétrécissement des libertés associatives, de la régression culturelle, du massacre urbain, la destruction des espaces verts, la prohibition affichée officiellement, font le lit de n’importe quelle ingérence. Dénoncer les agressions extérieures, c’est bien. Ne pas se taire devant les atteintes intérieures à la République, à la démocratique aux droits de l’Homme, devant la dictature de l’administration, la clochardisation des villes et villages, c’es mieux. 

L’année 2012 est pour demain. Les combats, les vrais ne se mènent pas contre les «intouchables» qui ont la puissance atomique, tous les potentiels scientifiques, industriels, technologiques, diplomatiques… Ils se mènent surtout à l’intérieur pour faire aboutir des réformes, des consensus patriotiques qui arrivent et une place honorable, sans fakhfakha ni roulements d’épaules, dans le vide. La relation de l’Algérie avec les pays arabes, après la disparition du «front du refus» avec les composantes du mystérieux et fantomatique «Maghreb uni», avec le fonctionnement d’il y a deux siècles de la Ligue arabe et la place du pays en Méditerranée… Ce sont-là de vrais enjeux et débats aux lieu et place du préhistorique discours sur la future disparition de l’empire et ses alliés. Et 2012 sera une année charnière. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...