RSS

Á contresens par Ali Brahimi

29 décembre 2011

Contributions

C’est vraiment incompréhensible de se mettre à contresens de la tendance générale que des jeunes élites, de quelques pays arabes, ont tracé par le moyen des révolutions s’inscrivant dans le sens de l’Histoire des peuples qui ont pris en main, avec vigueur et sérénité, la responsabilité de leurs destinées face à un monde désorienté 

Chez nous, des louables initiatives ont été prises, dans le but de réformer au mieux les méthodes de la gouvernance, afin d’améliorer les conditions de vie des gens en général et, la preuve, cas intentions ont été mises en œuvre, en termes financiers, par cette agréable et opportune décision, annoncée en début de semaine par le conseil des Ministres, d’augmenter en particulier les rétributions de l’ensemble des retraités, de plis en plus nombreux, dont beaucoup d’entre eux n’arrivaient pas facilement a joindre les deux bouts. 

Certes, ces augmentations participeraient un tant soit peu a améliorer le niveau de vie et d’instaurer partiellement la justice sociale en termes de répartition «équitable» de la rente issue a plis de 97% des hydrocarbures, et qui, en principe, permettrait momentanément d’atténuer les grands clivages , qui se sont creusés entre les catégories sociales allocataires de cette pension, et d’autres écarts du même type au sein des composantes du peuple Algérien dont notamment les jeunes générations 

Ainsi, il serait utile voire constructive et productive de remarquer que les autres projets de reformes n’émanent pas du tout des souhaits encore moins de la détermination du peuple, ou qu’elles dépendraient de la rente ne bénéficiant, d’ailleurs, que d’un brin ( par rapport aux autres placements) aux générations montantes a la merci des groupes d’intérêts en train sciemment de les infantiliser et, donc, ne cessent de marcher a contresens de ses aspirations notamment celles souhaitées par des jeunes gens démunis n’acceptant plus de vivre sans perspectives d’avenir. Et de naviguer à contre-courant des vagues de la mer méditerranée ! 

Cela est également observé chez des jeunes diplômes, de plus en plus désoeuvrés malgré les multiples débouchés, particulièrement ceux liés au secteur de l’Agriculture, car la rente obtenue sans efforts de la collectivité nationale, déprécie beaucoup la valeur du labeur agricole et rural voire décourage la compétence des jeunes cadres capables d’élaborer des programmes pertinents et judicieusement réformateurs valorisants les terroirs et des multiples richesses qu’ils comportent qui sont ignorées voire défigurées au fil du temps.. En conséquence, ces jeunes cadres rencontrent des difficultés en termes d’affermissement de leurs personnalités 

Donc, il serait vain voire illusoire d’avoir une personnalité, un programme de développement des ressources naturelles…, en comptant sur le pouvoir politique ou celui de l’argent. La personnalité, d’un peuple plus précisément, est juste elle-même. Elle n’est ni au dessus des lois de l’existence encore moins au dessous de la médiocrité des pouvoirs ci-dessus mentionnés Elle est toujours elle-même ! 

A titre d’illustration, des approches de développement conjugué aux multiples aides financières aux ruraux ainsi que de mise en valeur des terres hâtivement élaborées et mises en œuvre a la va-vite, ont malheureusement transformé une terre féconde en stérile, des vergers devenus en quelques années rabougris et envahis par les broussailles, des bassins versants plus ou moins boisés en déboisés puis érodés, et le comble dans tout ça stimulent l’attentisme et la fainéantise susceptibles de menacer sérieusement l’avenir de la solidarité du système de retraite, a titre d’exemple, par répartition. Au fait, de quelle répartition il s’agit : celle des richesses durables et effectives intergénérationnelles ou celles éphémères voire fictives désignées a la rente des hydrocarbures que des stratégies du développement et du financement sont entrain d’exploiter a outrance ? 

De ce fait, des malintentionnés ne cessent de répéter, a chaque occasion, que les générations actuelles ont de la chance puisque elles ont tout en main et…dans les vitrines, du point de vue matériel, alors qu’en vérité elles demeurent moralement figées, asthéniques, car parasitées par les sombres luttes sans merci entre des alliances d’intérêts mises en place d’un façon archaïque voire précipitée et, ce qui est paradoxal voire insensé, elles supervisent sans compétence des secteurs d’activités sensibles dont notamment celui des médias qui exigent pour durer, et convaincre, plus que de la prudence clairvoyante et, surtout, aptes a construire des opinions solides par le biais de pertinentes idées éditées, imagées…. A ce propos, celui de l’audiovisuel s’ouvre, a-t-on dit, après une longue période de fermeture, aux reformes de libéralisation. Cependant, la préoccupation essentielle serait : Qui va superviser et réguler, dans la sincérité et le bon sens, cette percée médiatique ? 

En attendant, ces groupes marchent têtes baissées a contresens de l’Histoire puisque ils ne cessent d’orienter comme bon leur semblerait la grande masse de la jeunesse, dont une partie est en marge de la societé en termes de pauvreté formative et informative ( une détresse pathétique) car engouffrée dans des voies sans perspectives d’avenir et reformes sans ancrages solides du moins par rapport aux grandes exigences de la période caractérisée, a titre d’illustration, par les ardeurs d’une jeunesse arabe en révolution face aux pesanteurs voire la frilosité des pouvoirs politiques angoissés. 

Un autre sujet d’actualité mérite une attention particulière du fait de ses impacts dans l’ensemble du monde arabe voire au delà. Ce 17 Décembre, la première bougie d’anniversaire de la révolution au pays de la merveilleuse et exemplaire Tunisie, a été célébré dans une grande allégresse et surtout avec fierté, malgré les difficultés actuelles, au tréfonds des consciences de chaque Tunisienne et Tunisien. A l’évidence, la rive sud de la méditerranée, contrée des rêves les plus fantastiques, des légendes et religions monothéistes, a eue la Toison d’or (1) après un périple dédaléen. A l’image de celui entrepris par la reine des Carthaginois. 

A propos du genre féminin, la femme arabe en général et Tunisienne en premier lieu puisque elle est la mieux disposée du fait de son rôle et le rang qu’elle a occupée dans la révolution des jasmins, certes imbibés du sang des jeunes lui donnant une odeur particulière, va encore étonner l’ensemble des femmes ainsi que les hommes du monde entier. Forcément, la palme d’or lui revient de plein droit. La révolution Tunisienne, initiée an partie par la Femme, aurait le mérite, d’une certaine façon, d’être le déclencheurs des reformes en cours dans le monde arabe. 

A l’image de sa voisine, l’Algérienne combattante, pendant la guerre de libération nationale qui l’a fait accéder au rang le plus prestigieux dans le domaine de l’émancipation a l’échelle mondiale. En effet, elle avait pris tout le monde à contre-pieds. A titre de comparaison, entre avant et actuellement, elle est parmi les dernières du peloton des jeux arabes d’athlétismes qui se sont déroulés au Qatar lequel, lui aussi, ne cesse d’étonner les pays arabes, puisque il est en train d’instaurer un véritable climat de confiance au sein de sa jeunesse. 

A titre d’exemple illustrant cette confiance, un responsable Qatari, chargé de la lutte contre la corruption, dans ce petit pays aux grandes idées, vient d’être promu cette semaine, au vu de ses résultats dans la protection des deniers publics, a de hautes fonctions d’Etat. Chez d’autres pays, ce genre de batailleur serait ; dans le meilleur des cas, limogé ou carrément banni chez lui ! 

Donc, malgré tous les moyens conséquents, dont financiers, accordés par l’Etat Algérien en proie à la corruption dans pratiquement tous les rouages de l’administration, la jeune sportive Algérienne va dans le contresens de ses possibilités par rapport a la Marocaine et la Tunisienne toutes les deux arrivés en tête du peloton des médaillées notamment en or !!! 

NOTE : 

1-    Selon Carl Gustav Jung, psychanalyste Suisse (1875-1961), le mythe de la Toison d’or symbolise la conquête de ce qui paraît impossible, l’accession à la sagesse en parvenant à vaincre ses «démons» intérieurs, ses pulsions et ses passions, figurés par le dragon gardien de la Toison d’or. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...