RSS

Qaïdiser, un métier d’Etat par Kamel Daoud

28 décembre 2011

Contributions


Syrie : on ne doit jamais sous-estimer un régime qui tue et sourit. En Syrie, les observateurs arabes, en action depuis hier, ne pourront rien observer. Les capacités de maquillage de ce genre de dictatures sont immenses. Déplacements de prisonniers, menaces sur les témoins, fabrications de rescapés, etc. Tout cela est connu et pratiqué. D’ailleurs, on se demande de quelles garanties de protection peut bénéficier un témoin syrien qui parle aux observateurs lorsque ces observateurs redémarrent leurs voitures et le laissent entre milices et murs. Le Régime du boucher de Damas connaît les techniques et est bien conseillé par des pays tiers : aujourd’hui, la recette est à la Qaïdisation du pays : attentats, voitures piégées hand made et cris au loup barbu. Cela a été utilisé un peu partout ces derniers vingt ans. Qaïdiser le pays, comme l’a fait le sinistre Ali Salah au Yémen, permet d’augmenter les répressions au nom du sécuritaire, d’immobiliser la pression internationale et surtout l’Occident traumatisé par le 11/9 et d’obliger les populations à accepter l’offre de protection des Moukhabarate et autres milices au Pouvoir. La Syrie ne sera pas remise à son peuple en un seul morceau et on le sait tous. Elle sera détruite, cassée, brisée, massacrée avant que la clique de Bachar ne tombe. Sauf que, note d’espoir technique, la Qaïdisation est généralement la dernière phase des scénarios de pourrissement volontaire des situations politiques. 

La Qaïdisation a été inventée par Georges Bush, comme on le sait tous. C’est une façon de coller une barbe postiche sur les moustaches de Saddam et d’en faire l’auteur des attentats du 11 septembre. Depuis, lorsqu’on veut noyer un opposant ou une opposition, on la Qaïdise. Par le discours, les médias, les fausses preuves et les ADM. C’est ce qu’a fait, trop brièvement, Moubarak et son régime face aux révolutionnaires de place Tahrir. C’est ce qu’a pratiqué, surtout, Kadhafi, jusqu’à son dernier discours : Qaïdiser les rebelles, l’opposition et le changement. Le Fou de Tripoli avait compris, avec son formidable instinct de rusé, que le traumatisme de l’Occident est encore vif et qu’à choisir entre un Ben-Laden bis et un dictateur utile, le choix est vite fait par le monde qui observe. La Qaïdisation a été pratiquée au Maroc avec un attentat trop opportun face au mouvement du 20 février, au Yémen, depuis quelques jours en Syrie, en Arabie Saoudite, en Jordanie. Au Bahreïn, c’est l’iranisation, cas singulier, mais sur le même schéma de base. En Algérie, la Qaïdiation est ce qui a sauvé le régime dès les années 2000 alors qu’il était cerné par les Troïka et l’ONU et les ONG. Depuis, la Qaïdisation en Algérie s’est déplacée vers le Sud. 

Mise au point : la Qaïdisation et El Qaïda ne sont pas choses semblables : la première est une organisation terroriste internationale qui tue, la seconde est une recette sur comment en tirer profit, argent, rente internationale et soutiens politiques divers. 

La Qaïdisation est en effet l’une des manipulations les plus faciles et qui demande le moins de logistique : une voiture piégée, un naïf manipulé avec deux versets, une revendication par fax ou par Net, un clip avec un barbu qui menace et 30 morts anonymes. Du coup, le peuple se terre, la demande de changement devient demande de protection, la communauté s’émeut, la vision devient floue, l’opposant devient douteux et le régime devient une nécessité. 

Le spectacle est aujourd’hui en live en Syrie. 

La règle veut que «Qaïdiser, il en restera toujours quelque chose» même quand c’est démenti, ensuite par les faits. 

Reste la question par l’absurde : comment les régimes arabes qui Qaïdisent à souhait peuvent à la fois expliquer cette présence, partout, et panarabe d’El Qaïda imaginaire et leur propre efficacité dans la fameuse lutte contre le terrorisme islamiste ? Si El Qaïda est tellement partout, à quoi ont-ils servi depuis des décennies ? Et s’ils étaient aussi utiles comme dictatures, pourquoi El Qaïda soulève-t-elle tant les foules, chaque jour de semaine, depuis des mois, dans presque tous les pays arabes ? 

Que disent les régimes arabes qui Qaïdisent ? Rien, «on répondra après». Après avoir vaincu El Qaïda imaginaire, c’est-à-dire les rebellions, c’est-à-dire les révoltes, c’est-à-dire les révolutions. Que ces révoltés ne soient pas tous des barbus d’Allah, qu’ils soient en jean comme en voile, que le martyre d’appelle Bouazizi et pas Oussama, qu’ils crient liberté et justice et qu’ils demandent la démocratie et des élections propres, ne signifie absolument rien pour les scénaristes des régimes arabes. L’essentiel est de faire peur et de gagner du fric. Un métier de gangs internationaux, avec un drapeau, un hymne et des ambassades. 

El Qaïda ? C’est un groupe armé. 

La Qaïdisation ? C’est un métier de dictateur cerné. Arabe surtout. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...