RSS

le retour aux affaires d’Abdelaziz Bouteflika une restauration de la splendeur «des temps passés»

26 décembre 2011

Histoire

 Il était attendu du retour aux affaires d’Abdelaziz Bouteflika une restauration de la splendeur «des temps passés», celle de l’ère Boumediene, précisément. Comment expliquer qu’il n’en fut rien ?

Quelle splendeur voulez-vous évoquer ? Sans doute le prestige international porté par la stabilité politique et impulsé par la prospérité économique et le progrès social ? Deux raisons  peuvent expliquer cet espoir déçu. D’une part, l’habileté manœuvrière de Abdelaziz Bouteflika. Qui pourrait contester le «bagout» de Abdelaziz Bouteflika qui a pu, facilement, séduire les chefs militaires qui l’avaient coopté, de préférence à tout autre candidat, car ils étaient à la recherche d’un personnage historique jouissant de notoriété internationale, capable de briser l’isolement du régime et acceptant de ne pas remettre en cause les options cardinales déjà fixées. Seulement, autant Abdelaziz Bouteflika peut exceller dans la forme – y compris au plan de la démarche tactique – autant il est, tragiquement, démuni en capacité d’anticipation et d’innovation stratégiques. Il a pu disposer, pourtant, de tout ce que pouvait espérer un chef d’Etat soucieux de laisser une marque positive sur l’histoire du pays. Des ressources naturelles et humaines à profusion, un contexte national et international propice pour des réformes d’envergure et, enfin, un pouvoir absolu sur tous les leviers de pouvoir. Tout cela dilapidé en pure perte. Faut-il lancer la pierre aux seuls chefs militaires qui ont coopté Abdelaziz Bouteflika ? L’opinion publique nationale aussi a été prise en défaut. Retenons, alors, la leçon. Rien ne sert d’imposer aux peuples le bonheur malgré eux. Il suffit de les laisser exprimer, librement, leur choix.

 

 

Mohamed Chafik Mesbah. Ancien officier supérieur de l’ANP et politologue*

«Le souvenir de Boumediène renvoie, malgré les privation endurées, à une forme de grandeur nationale»

le 23.12.11 | El watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...