RSS

Souffles… Ils ont la tête ailleurs ! Par : Amine ZAOUI

19 décembre 2011

Contributions

Jeudi, 01 Décembre 2011 

à méditer sur les composantes de l’imaginaire de nos enfants, de nos écoliers, de nos jeunes : c’est hallucinant ! La folie. Face à ce chaos socio-culturel qui recouvre et entoure le quotidien algérien, on se demande : comment et par quoi l’imaginaire de la nouvelle génération est-il pétri ? Quelles sont les valeurs politiques, esthétiques, religieuses et culturelles les plus ancrées dans son inconscience ? Et c’est triste ! 
Tout ce qui constitue le train de la vie du jeune Algérien, depuis l’école jusqu’à la communication, fait de lui un être déséquilibré et aliéné. 
À l’école, on insiste sur l’enseignement de l’absent et on marginalise le réel palpable. On regarde vers le passé et on oublie le présent. Regard maladif ! 
à l’école algérienne, les enfants apprennent tous les noms des ghazaouet (les guerres saintes), et c’est tant mieux, et plus rien sur les guerres d’Algérie, et c’est triste. Ils retiennent les noms de tous les prédicateurs, les stars des TV, et apprennent, par cœur, leurs dourous (prêches) mais rien de ceux des chouhada de notre révolution, et ils n’arrivent pas à réciter l’hymne national Qassamen au complet, et c’est malheureux. Ils connaissent tout ou presque sur les lieux d’Arabie, mais plus rien ou presque sur leurs villages, sur leurs villes ou sur leurs quartiers. 
Leur mémoire et leur imaginaire sont retournés vers le passé. 
Par cette formation déformée et déformatrice, nous nous trouvons face à une génération dépaysée avec une mémoire démantelée et perturbée. Dont le capital des symboles est fracturé. 
Nos enfants savent sur le poète Imru Al Qais ou Hassane Ibn Thabète, et c’est bien, mais plus rien sur nos poètes : Jalwah, Si Mohand Ou M’hand, Moufdi Zakaria ou Malek Haddad, et c’est pesant. Ainsi on enseigne l’histoire : la vie et la guerre nazie illustrée par des images en couleurs d’Hitler, mais plus rien ou presque sur la sagesse, le courage et la résistance de l’émir Abdelkader, et c’est accablant. 
De notre presse écrite ou visuelle nous sommes bien informés sur la météo de Paris !! mais rien ou faussement sur le ciel de Jijel, de Hassi Bahbah ou de Hassi Messaoud. 
Nous apprenons les dernières nouvelles sur les “saharate” soirées d’Amr Diab, les vêtements intérieurs de Shakira et la marque du shampoing de Nawal Zoghbi, mais rien sur l’assassinat de Matoub Lounès ou sur la maladie de Blaoui Houari, et c’est douloureux. Nous apprenons aux enfants les heures des prières qui changent chaque jour, d’une minute ou plus, selon le soleil, selon les divergences politiques des imams ! selon la température de la salle de prière ! ou aussi selon le ton des prêches et le costume des prêcheurs ! Et en contrepartie nous ne leur apprenons rien sur le respect des horaires du travail, les heures de pointe, les heures de réception, les heures de réunions, les heures de récoltes, les heures de labours, les heures de dépôt des sacs-poubelles… 
Ils ne savent que peu de choses ou presque rien sur Nabil Farès, sur Tahar Djaout ou sur Abdelhamid Benhadouga. Mais en contrepartie ils connaissent tout ou presque sur les aventures et les scandales de Berlusconi, le nombre de buts marqués par Ronaldo ainsi que la marque de ses baskets! 
C’est triste et inquiétant de voir cette génération vivre ainsi : la tête ailleurs, le corps au bled et le cœur brisé ! 
A. Z. 
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...