RSS

Reflet culturel Lorsque les véhicules particuliers remplacent les compacteurs Par : Abdennour Abdesselam

19 décembre 2011

Contributions

Mardi, 15 Novembre 2011 

Nous avons presque tous finis par être gagnés par l’appréhension, l’angoisse et l’inquiétude de voir des travaux routiers débuter dans nos quartiers, nos villes et villages. Cette appréhension, cette angoisse et cette inquiétude s’expliquent pour au moins deux raisons principales. L’une et l’autre provoquent les mêmes désagréments. Il y a d’abord la lenteur des travaux qui se prolongent et s’éternisent dans le temps même quand il s’agit de menues réparations. Ainsi, une simple tranchée destinée pour la pose d’une simple canalisation ordinaire met des mois entiers pour être accomplie quand elle n’est pas tout bonnement abandonnée dans un état d’inachèvement. Ensuite, pendant les travaux, le lieu se transforme en un chantier sauvage qui rend le passage impossible et devient même en dépôt pêle-mêle de matériaux de toutes sortes non destinés aux travaux concernés. Après un semblant  raccommodage, la tranchée est remblayée à la va-vite. Une dernière couche d’enrobé constituée d’agrégats et de goudron est posée sous la forme d’un dos d’âne qui dissimule à peine l’ouverture de la tranchée. Les tassements techniques d’usage et pourtant obligatoires sont alors imposés aux automobilistes qui voient leurs véhicules se transformer en compacteurs. Ce qui accélère la dégradation des pièces et le vieillissement anticipé des voitures. Le recouvrement de la tranchée prend alors d’autres configurations biscornues que les premières pluies ne tarderont pas à déformer encore davantage. L’ensemble devient un toboggan qui provoque de nombreux accidents. Ce genre de cas s’est, malheureusement, généralisé un peu partout et à toute nature de travaux. Aucun contrôle, aucune surveillance ne sont alors effectués. Plus encore, les entreprises prestataires se font quand même payer pour de tels et tristes travaux. Mais pour qu’une telle situation se produise il eut fallu qu’une chaîne de complices appâtés par des intérêts occultes se tissa d’un bout à l’autre des circuits administratifs. Les plaintes des citoyens, quant à elles, ne dépassent pas leur simple enregistrement auprès des services concernés et au demeurant elles sont de pure forme. Voilà une des causes qui enlaidit gravement notre environnement urbain.
A. A. 
kocilnour@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...